MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

A - CORRADO FEROCI et le MUSEE NATIONAL SILPA BHIRASRI

CORRADO FEROCI

                                      et le

MUSEE NATIONAL SILPA BHIRASRI & MEMORIAL

 

พิพิธภัณฑสถานแห่งชาติศิลป์ พีระศรี อนุสรณ์

 

       

 

 

Photo 1 : Silpa Bhirasi - Un pastel sur papier de 36x26 cm. réalisé en 1935 par Fua Haribhitak (เฟื้อ  หริพิทักษ์ ) (1910-1993). Fua Haribhitak, aux dires de Feroci était le meilleur de ses élèves peintres. (Collection du musée Silpa Bhirasri.)  

Photo 2 : Silpa Bhirasi - Un bronze de 45 cm. réalisé en 1964 par Sanan Silakorn (สนั่น ศิลากรณ์) (1919-1986) l'un des élèves préféré de Silpa Bhirasi.

(Collection du musée Silpa Bhirasri.)

C'est aussi Sanan Silakorn qui sculpta en 1972 la statue de Silpa Bhirasi qui s'élève dans la cour de l'université Silpakorn, et dont un autre exemplaire se trouve au MOCA de Bangkok.

Photo 3 : Silpa Bhirasi - Une photo prise après 1958. Il devait alors avoir 66 ou 68 ans car on devine tout derrière lui l'oeuvre d'Anik Somboon ''L'arbre de vie'' (ต้นไม้แห่งชีวิต) primée en 1958.  

 

 

Compte tenu des trois chroniques qui ont été écrites au sujet de Corrado Feroci, il était difficile, pour être aussi complet que possible concernant sa personne, de faire l'impasse sur le musée qui lui a été consacré.

 

Ce musée se situe à l'intérieur de l'université Silpakorn, qui elle s'élève en face du palais royal. L'entrée de l'université, à quelques 20 ou 30 mètres près, fait face à celle par où accède le public pour visiter l'auguste résidence.

 

Autrement écrit la visite des deux lieux peut se faire l'une à la suite de l'autre sans grever le budget du visiteur car, si l'entrée du palais royal est payante celle du musée ''Silpa Bhirasi'', c'est le nom Thaïlandais de Corrado Feroci, est gratuite ; une gratuité qui n'est surtout pas synonyme de visite à trois sous.

 

Au contraire, pour qui veut découvrir quels furent les artistes au départ de l'art contemporain Thaïlandais, j'ai envie d'écrire de l'école du ''neuvième règne'', bref de la rupture avec l'école  ''Rattanakosin'' héritière de l'art d'Ayutthaya, il faut visiter ce musée. Car on y découvre de visu les premières oeuvres des tout premiers artistes à l'origine de la peinture et de la sculpture du ... ''neuvième règne''.

 

   

 

 

Photo 1 : Silpa Bhirasi - Un bronze de 13x15x22 cm réalisé en 1956  par Paitun Muangsomboon (ไพฑูรย์ เมืองสมบูรณ์) (1922-1999) (*) un élève de Silpa Bhirasi. Collection du musée Silpa Bhirasi.

Photo 2 : Un plan indiquant l'emplacement du musée.

Photo 3 : L'entrée du musée Silpa Bhirasi.

 

(*) Les biographies Thaïlandaises, dont les plus sérieuses, font naître Paitun Muangsomboon le 17 septembre 1922 et termine ... par ... meurt en 1999 à l'âge de 86 ans. S'il meurt à 86 ans c'est qu'il est né en 1913 et non 1922. N'étant pas plus royaliste que le roi !... je ne fais que relever l'incohérence.

 

 

Accéder au musée :

 

Pour se rendre au musée ''Silpa Bhirasi'' il existe plusieurs accès.

 

1/ L'accès le plus logique, c'est par l'entrée principale de l'université, 31 rue Na Phra Lan (ถนน หน้าพระลาน). Cependant la logique ne fait pas cause commune avec la commodité du parcours. Ce qui signifie que le musée n'est pas évident à trouver au sein de l'université, mais ... pas introuvable.

 

2/ L'accès le plus rapide est celui qui se situe à l'extrémité de la rue Na Phra That (ถนน หน้าพระธาต). Il donne sur une cour tout en longueur, parallèle à la rue et au bâtiment qui longe la rue Na Phra That sur une centaine de mètres.

Sitôt le portail franchi il suffit de tourner à gauche ; le musée est tout au bout légèrement sur la droite.

 

3/ Le troisième accès se fait via un fast-food à l'enseigne ''Au bon pain'' (โอ บอง แปง) une enseigne qui fleure bon la France. Il se trouve très exactement à l'opposé de l'entrée du palais royal, réservée aux visiteurs.

 

Autrement écrit, à la sortie de votre visite du palais royal vous entrez dans cet endroit pour vous reposer quelques minutes, les produits y sont un peu chers mais de qualités, et vous en ressortez par la porte du fond. Le musée est tout de suite sur la gauche.

 

   

 

 

Photo 1 : L'entrée du bureau de Silpa Bhirasri, devenue aujourd'hui l'entrée du musée Silpa Bhirasri.

Photo 2 : Silpa Bhirasri dans son bureau décoré des oeuvres de ses élèves.

Photo 3 : ''Le mont d'or'' ou ''La montagne d'or'' (ภูเขาทอง) ou encore le Wat Saket, car c'est de lui dont il s'agit - une huile sur toile de 50x63 cm. réalisé en 1955 par l'un de ses élèves, Tawee Nandakwang (ทวี  นันทขว้าง) (1925-1991). Cette oeuvre a obtenu la médaille d'or à la 6ème exposition d'art nationale en 1955. (Collection du musée Silpa Bhirasri.)

 

   

Un peu d'histoire :

 

Au départ ce musée n'était rien d'autre que le bureau de Corrado Feroci dit Silpa Bhirasi, ou Silpa Bhirasri (*) qui fut vers 1932, avec Phra Saroj Ratana Nimman, (พระสาโรชรัตนนิมมานก์) un architecte diplômé de l'université d'architecture de Liverpool, (1913) le corédacteur de ce que nous appelons aujourd'hui un cahier des charges en vue de créer une école des Beaux-arts à Bangkok alors capitale du Siam.

 

Cette école des Beaux arts verra le jour en 1935 et tout naturellement Phra Saroj Ratana Nimman se verra confier le département de l'architecture et Corrado Feroci ceux de la sculpture et de la peinture.

 

Un certain Luang Vichit Vadakan (หลวงวิจิตรวาทการ) (1898-1962), ou Luang Wichit Wathakan, dont nous allons reparler, en aurait été alors, à cette époque, le directeur général. (Lire photo 3)

 

 

(*) Les occidentaux écrivent le ''r'' de Bhirasri que les Thaïlandais écrivent mais ne prononcent pas, d'où les deux orthographes ... Bhirasi et Bhirasri.

 

 

   

 

 

Photo 1 : Phra Saroj Ratana Nimman (1895 ?-1954 ?) a été l'architecte de nombreux bâtiments administratifs dont certains, rénovés dernièrement (2007), sont du plus bel effet, mais il existe peu de documents à son sujet. Alors !... Cependant !...

 

C'est lui, qui avec 33 autres architectes créa courant 1933 l'association des architectes siamois et beaucoup de ses pairs le considèrent aujourd'hui comme le ''grand-père'' (ปู) des architectes thaïlandais. Le 18 avril 1934, l'association tint sa 1ère réunion et le nomma président.

 

Cette association naît au début d'une période architecturale (1932-1979) qui va s'approprier l'art occidental - l'art déco - pour promouvoir une idéologie fascisante et mettre en oeuvre des structures publiques nationales, dont l'école des beaux arts et nombre de facultés.

 

Les nouvelles technologies et les matériaux modernes comme le béton armé vont remplacer les anciennes techniques et le bois ; visuellement des lignes rectilignes vont se substituer aux mille et une fioritures d'antan réduisant ainsi la décoration à l'essentiel.

 

En faisant ainsi table rase des styles antérieurs, les nouveaux dirigeants voulaient marquer la fin de la monarchie absolue et faire de ce nouveau type de construction le symbole de la démocratie acquise ... soi-disant par le ... peuple.

 

Phra Saroj Ratana Nimman semble être né en 1895 (*). En tout cas c'est en 1913 qu'il quitte ou qu'il entre à l'université d'architecture de Liverpool en Angleterre. Il fut parmi le 1er contingent d'étudiants siamois en architecture que le roi Vajiravudh ou Rama VI envoya étudier en Angleterre, en France et aux Etats-Unis pour prendre la relève des architectes italiens.

 

Comme Corrado Feroci il va servir la mégalomanie du dictateur d'alors Plaek Phitbun Songkram (แปลก พิบูลสงคราม) (1897-1964) qui prit le pouvoir le 16 décembre 1938.

 

Parmi ses nombreuses réalisations il y a : la tour de l'horloge (หอนาฬิกา) (1930) - la poste centrale de Bangkok (ไปรษณีย์กลางรัก) (1935-1938) - la faculté de chimie de l'université de Chulalongkorn (ตึกเคมี จุฬาลงกรณ์มหาวิทยาลัย) (1940) - l'hôtel Rattanakosin (Royal Hôtel de la place Sanam Luang) (โรงแรมรัตนโกสินทร์) (1941) - La faculté des sciences Pharmaceutiques de Chulalongkorn (คณะเภสัชกรรมศาสตร์ จุฬาลงกรณ์มหาวิทยาลัย) (1941) - L'hôtel de ville d'Ayutthaya (ศาลากลางจังหวัดพระนครศรีอยุธยา) (1941) - La chancellerie (สถานกงสุล) (1943) - la Cour suprême (อาคารศาลฎีกา) (1943) - et le ministère de la justice (กระทรวงยุติธรรม) (1943) pour ne citer que celles-là.

 

Après la seconde guerre mondiale, il n'est plus question de  Phra Saroj Ratana Nimman. En fait je n'ai plus rien trouvé le concernant ?!... ce qui me fait écrire, compte tenu de certains textes que j'ai parcourus, qu'il semblerait qu'il se soit réfugié au Japon, sans doute pour échapper aux arrestations d'après guerre et qu'ensuite il se soit exilé au Canada. Mais le contenu de ce chapitre demande vérifications.

 

(*) Je ne garantie pas les dates, mais en faisant des recoupements elles sont fort probables.

(**) Pour rappeler le coup d'état du 24 juin 1932, qui marque la fin de la monarchie absolue et l'instauration de la démocratie, dans les années qui suivirent les inaugurations se faisaient toutes, ou presque, ... un ... 24 juin.

 

Photo 2 : l'hôtel Rattanakosin (Royal Hôtel de la place Sanam Luang) (โรงแรมรัตนโกสินทร์) (1941) dont Phra Saroj Ratana Nimman fut l'architecte.

Cet hôtel de prestige, pour l'époque, a perdu de son lustre d'antan mais c'est un hôtel où j'aime me rendre car il est au centre de l'ancienne cité et que les conditions d'accueil restent de bonne qualité.

 

Photo 3 : Luang Wichit Wathakan (1898-1962) de son vrai nom Kim Liang ou Kim Leung (กิม เหลืยง - 金良) était d'origine chinoise, ce qu'il cacha fort longtemps. Il prit son nouveau nom en 1913 à la suite du décret de Rama VI instituant le nom de famille.

 

Après des études au Wat Mahathat de Bangkok en tant que moine où il semblait familiarisé avec le Français, l'anglais et l'allemand, vers l'âge de 21 ans ce grand idéologue du ''Pan-Thaï'' (mouvement ultra nationaliste) se retrouve secrétaire aux affaires étrangères de Bangkok.

 

De 1921 à 1927 il occupe un poste de 3ème secrétaire à la légation royale du Siam à Paris, où il fera la connaissance de Pridi Phanomyong (ปรีดี พนมยงค์) (1900-1983) et du futur dictateur Plaek Phitbunsongkram (แปลก พิบูลสงคราม) (1897-1964) tous deux à l'origine du coup d'état du 24 juin 1932. (Renversement de la monarchie absolue.)

 

Après Paris ce sera Londres où il restera peu de temps, et Bangkok.

 

A Paris il épousa une française Lucienne Laffite née Guillaume dont il eut deux enfants. Tous les trois le suivront au Siam puis rentreront en France suite au divorce entre Lucienne Laffite et Wichit Wathakan.

 

A Bangkok Wichit Wathakan retrouvera les ''révolutionnaires'' parisiens, fréquentera leurs réunions mais ... se désolidarisera du coup d'état de 1932. (Peur d'un échec ou eu égard à Rama VII ?!... lui seul pourrait - peut-être - le dire et encore !...) Ce qui ne l'empêchera pas, par la suite, de ... ''collaborer'' activement avec le dictateur Plaek Songkram Phibun puisque !...

 

En 1932 à 34 ans il est sous-directeur des affaires étrangères ; en 1934 directeur du département des beaux arts, 1940 ministre de l'éducation, 1941/42 ministre des affaires étrangères et 1943 ambassadeur au Japon.

 

Ce qui signifie que, contrairement à ce que j'ai lu dans tous les documents thaïlandais, Luang Wichit Wathakan a demandé la libération de Corradi Feroci en tant qu'ambassadeur du Japon, poste alors très important, et non en tant que directeur du département des beaux arts, à moins qu'il ait cumulé les deux fonctions ( ?).

 

A la capitulation japonaise, Corrado Feroci jugera plus prudent de retourner en Italie, tandis que Wichit Wathakan sera arrêté à Tokyo par les américains puis ... libéré. De retour à Bangkok il sera à nouveau arrêté (Pour la forme ?...) puis une loi d'amnistie lui permettra de poursuivre ... ''brillamment'' sa carrière, tout comme Plaek Songkram Phibun continuera la sienne et reprendra le pouvoir à la suite d'un coup d'état en se mettant au service ... des Etats-Unis !...

 

Wichit Wathakan a quitté notre monde le 31 mars 1962, c'est-à-dire un mois et demi avant Corrado Feroci.

    

 

Quelques années plus tard, sous la collaboration avec les Japonais, le 12 octobre 1943, les Beaux-arts se transforment en une université ; l'Université Silpakorn (มหาวิทยาลัยศิลปากร) (Maha Withaya Lay Silpakorn) de Bangkok, capitale de ... la Thaïlande depuis 1939.

 

Corrado Feroci devenu entre temps Silpa Bhirasi pour échapper aux griffes des japonais (*) en prend la direction. De ce fait il en fut le premier directeur tout en étant aussi le premier doyen des facultés de peinture et de sculpture.

 

 

(*) Corrado Feroci, comme son nom l'indique, était italien. Or l'Italie en capitulant le 3 septembre 1943 rejoignait le camp des alliés et par voie de conséquence quittait l'axe Rome-Berlin-Tokyo.

 

De ce fait, l'ami d'hier - Corrado Feroci - devenait un ennemi ... pour les Japonais mais ... pas pour les Thaïlandais qui tenaient à l'homme.

 

Les Japonais, qui considéraient alors les Thaïlandais comme des alliés de second rang, arrêtèrent purement et simplement Corrado Feroci. Leur intention était alors de l'envoyer construire le chemin de fer de la mort, celui du pont de la rivière Kwai, car ils manquaient de ... ''main d'oeuvre''.

 

Heureusement pour lui, Luang Vichit alors directeur général du département des Beaux arts, (dixit les textes Thaïlandais, mais en fait ambassadeur au Japon) avec habileté et diplomatie tira Corrado Feroci de ce mauvais pas en arguant qu'il était, non pas Italien mais Thaïlandais et que son nom était, non pas Corrado Feroci, mais ... Silpa Bhirasi. Bons princes, mais pas dupes, les Japonais libérèrent  Corrado ... pardon ... Silpa Bhirasi. (ศิลปะ พีระศรี)

 

C'était ce même Luang Vichit, ''le'' chantre ''pan-thaï '' de la dictature Phibun, qui se plaisait à dire que ... ''Le Japon est un tigre avec lequel il vaut mieux être ami''. En somme, cet auteur savait en toute occasion trouver les mots justes pour plaider la cause qu'il défendait.   

 

 


 

 

 Photos 1 : ''Sous la fraîcheur des palmiers'' (ตาลสด) (Coconut Syrup) - Une tempera sur bois de 61x239 cm. réalisée en 1959 par Manit Poo-Aree (มานิตย์ ภู่อารีย์) (1935). Cette oeuvre a obtenu la médaille d'or à la 10ème exposition Nationale d'art de 1959. Elle a aussi été reproduite sur l'un des murs des longs couloirs de l'aéroport de Suvarnabhumi de Bangkok. (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

Photos 2 : ''La vie quotidienne - des jardiniers'' (ชีวิตประจำวัน - ชาวสวน) (Everyday life) - une tempera sur bois de 62x247 cm. réalisée en 1960 par Manit Poo-Aree (มานิตย์ ภู่อารีย์) (1935). (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

 

 

Pour diriger son université Silpa Bhirasi installe ses bureaux un peu à l'écart des salles d'enseignements. Et c'est là, pendant près de vingt ans qu'il officiera, quand un cancer viendra mettre un terme à ses fonctions et à sa vie.

 

Après quarante ans de bons et loyaux services rendus à l'art, et au Siam d'abord puis à la Thaïlande ensuite, il s'est éteint en l'hôpital Siriraj de Bangkok à l'âge de 70 ans, le 14 mai 1962 à 20 heures 10 très exactement.

 

Ses bureaux sont alors fermés et les lampes de ces lieux ne se rallumeront que pour commémorer son souvenir. Car à l'instigation de ses élèves, amis et quelques comités, il fut décidé de créer un musée national Silpa Bhirasi.

 

Il s'agissait alors d'honorer un homme unanimement apprécié par tous et considéré comme le père de l'art moderne thaïlandais ou ... le père de la peinture et de la sculpture du neuvième règne ?!...

 

Il est très rare qu'en Thaïlande un Farang soit aussi adulé car, ne l'oublions pas Corrado Feroci était ... italien.

 

Plus de vingt ans vont s'écouler entre la mort de Feroci et l'ouverture de ce musée qui sera officiellement inauguré le 15 septembre 1984, c'est-à-dire le jour du 92ème anniversaire de Corrado Feroci né le 15 septembre 1892, sans la moindre précision horaire !...

 

C'est le ministre de l'éducation, un futur premier ministre, Monsieur Chuan Leekpai (นาย ชวน หลีกภัย) qui aura le privilège d'inaugurer ce mémorial et musée tout à la fois.

 

   

 

 

Photo 1 : Naï Chuan Leekpai (นาย ชวน หลีกภัย) Homme politique Thaïlandais qui fut deux fois ''premier ministre'', le 28ème de 1992 à 1995 et le 31ème de 1997 à 2001 après avoir été à la tête de quatre ministères dont celui de l'éducation de 1983 à 1986.  

Photo 2 : Paitun Muangsomboon (ไพฑูรย์ เมืองสมบูรณ์) (1922-1999) élève de Silpa Bhirasi de 1940 à 1943. Cet artiste excella dans la sculpture animalière. Ainsi, après avoir eu la médaille d'argent à la 1ère exposition nationale d'art en 1949 il raflera trois fois de suite l'or, en 1950 avec son poulain, en 1951 avec son veau et en 1953 avec son cerf. Une salle lui est entièrement consacrée au Moca de Bangkok (Musée d'art contemporain). Mais ses mini caricatures montrent qu'il savait aussi croquer ses contemporains. En 1986 il enseigna son art à l'université de Silpakorn.   

Photo 3 : Chuan Leekpai - Un bronze de 14.7 cm réalisé en 1993 par Paitun Muangsomboon (ไพฑูรย์ เมืองสมบูรณ์) (1922-1999). Un ''croquage'' ou une caricature plutôt réussi non ?...

 

 

Du fait de l'étroitesse des lieux, deux pièces de quatre mètres sur quatre, et de la manière dont ils sont aménagés, on a l'impression d'être dans un musée de province un peu désuet et poussiéreux.

 

Mais cet aspect vieillot ne signifie surtout pas qu'il manque de grain à moudre. C'est au contraire une véritable caverne d'Ali baba, où les trésors sont si nombreux qu'ils se font de l'ombre l'un l'autre.

 

   

 

 

Photo 1 - 2 & 3 : La première salle photographiée à différentes dates.

 

 

La première pièce recèle quantité d'oeuvres, des sculptures et des toiles, plus d'une quarantaine pour ces dernières !....

 

Elles sont si nombreuses qu'il n'y a pas la place de les mettre en valeur et dieu sait qu'elles ont de la valeur ; certes une valeur financière mais aussi et surtout une valeur sentimentale ... inestimable ... car ce type de valeur n'a pas de prix.

 

Les plus grands noms du début de l'art contemporain Thaïlandais, qui furent tous les élèves de Silpa Bhirasi, ont voulu témoigner de leur reconnaissance envers lui, alors ils ont fait don au musée d'une ou de plusieurs toiles.

 

       

 

 

Photo 1 : ''Table de dîner'' (โต๊ะอาหาร) (Dining Table) - Une gravure sur bois de 49x42 cm. réalisée en 1959 par toile de Chalood Nimsamer (ชลูด  นิ่มเสมอ) (1929). (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

Photo 2 : ''Une femme'' (ผู้หญิง) (Woman) - Un pastel sur papier de 53x32 cm. réalisé en 1962 par Chamras Kietkong (จำรัส เกียรติก้อง) (1916-1966). (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

Photo 3 : ''Village de pêcheurs'' (หมู่บ้านชาวประนง) (Fisherman Village) - Une tempera sur toile de 89x110 cm. réalisée en 1960 par Damrong Wong-Uparaj (ดำรง  วงศ์อุปราช) (1936-2002). Cette oeuvre a obtenu la médaille d'or à la 11ème exposition nationale d'art de 1960. (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

Photo 4 : ''Modèle féminin - composition'' (นางแบบ - องค์ประกอบ) (Nude) - Une huile sur toile de 89x66 cm. réalisée en 1957 par Fua Haribhitak (เฟื้อ หริพิทักษ์) (1910-1993). Cette oeuvre a obtenu la médaille d'or à la 8ème exposition nationale d'art de 1957. (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

 

 

Parmi les donateurs peintres et pour certains tout à la fois sculpteurs il y a ... Chalood Nimsamer (ชลูด  นิ่มเสมอ) (1929-2015) - Chamras Kietkong (จำรัส เกียรติก้อง) (1916-1966) - Damrong Wong-Uparaj (ดำรง  วงศ์อุปราช) (1936-2002) - Fua Haribhitak (เฟื้อ หริพิทักษ์) (1910-1993) - Manit Poo-Aree (มานิตย์ ภู่อารีย์) (1935) - Manote Kongkananda (มาโนช กงกะนันทน์) (1934) - Nakorn Sakornsathien ou Sakornsatiera (นคร สาครเสถียร) ( ?) - Noparat Livisiddhi (นพรัตน์ ลิวิสิทธิ์) (1932) -  Pichai Nirand (พิชัย นิรันต์) (1936) - Prasong Patamanuj (ประสงค์ ปัทมานุช) (1918-1989) - Prayura Uluchadha (ประยูร  อุรุชาฏะ) (1928) - Sawasdi Tantisuk ou Sawat Tantisuk (สวัสดิ์  ตันติสุข) (1925-2009) - Sompot Upa-In (สมโภชน์ อุปอินทร์) (1934) - Somyat Songmalai ( ?) ( ?) - Tawee Nandakwang (ทวี นันทขว้าง) (1925-1991) - Thawee Ratchaneekorn (ทวี  รัชนีกร) (1934) - Vira Jothaprasert ou Vira Yothaprasert (วีระ โยธาประเสริฐ) (1934-2002) ... que du beau monde !...

 

    

 

 

Photo 1 : ''Bovins'' (วัว) (Oxen) - Un mélange de techniques sur papier de 54x55 cm. réalisé en 1960 par Manote Kongkananda (มาโนช กงกะนันทน์) (1934). Cette oeuvre a obtenu la médaille d'argent à la 11ème exposition nationale d'art en 1960. (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

Photo 2 : ''Final'' (จุดจบ) (Ending) - Une huile sur carton de 61x102 cm. réalisée en 1960 par Pichai Nirand (พิชัย นิรันต์) (1936). Cette oeuvre a obtenu la médaille de bronze à la 11ème exposition nationale d'art en 1960. (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

Photo 3 : ''Clair de lune'' (แสงจันทร์ - จันทร์แรม) (Moonlight) - Une tempera sur papier de 82x59 cm. réalisée en 1959 par Prasong Patamanuj (ประสงค์ ปัทมานุช) (1918-1989) (Collection du musée Silpa Bhirasi.)  

 

 

La première pièce est souvent réaménagée. Jamais je ne l'ai vue agencée deux fois de la même manière, sauf pour les toiles accrochées aux murs. Hélas cela ne change rien à l'atmosphère des lieux. Car le souvenir poussé à l'extrême dessert plutôt qu'il ne sert le disparu.

 

Heureusement les oeuvres sont là pour faire oublier cette première impression de sanctuaire ronronnant sur lui-même.

 

 

Quand on franchit le seuil du musée, ce sont les sculptures qui d'abord attirent l'oeil, en particulier le fameux et magnifique ''joueur de Kloui'' (เสียงขลุ่ยทิพย์) ou ''Musical rythm'' de Kiem Yimsiri (เขียน ยิ้มศิริ) (1922-1971).

 

Les bustes de Corrado Feroci sont toujours en première ligne, y compris celui de sa dernière compagne, Malini Kenny devenue Malini Bhirasi (1930-2008).

 

     

 

 

Photo 1 : Malinee ou Malini Bhirasi (มาลีนี พีระศรี) (1930-2008) - Un bronze de 38 cm réalisé par Corrado Feroci dit Silpa Bhirasi et dont Malini fit don au musée en 1995. (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

Photo 2 : Le couple Bhirasi. Assemblage des bronzes des deux autres photos.

Photo 3 : Corrado Feroci ou Silpa Bhirasi (พีระศรี) (1892-1962) - Un bronze de 45 cm. réalisé en 1966, 4 ans après le décès de Feroci, par Sanan Silakorn (สนั่น ศิลากรณ์) (1919-1986) (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

 

 

     

 

 

Photo 1 : Kiem Yimsiri (เขียน ยิ้มศิริ) (1922-1971) élève de Silpa Bhirasi, puis artiste sculpteur, va devenir professeur adjoint de Silpa Bhirasi et au décès de ce dernier doyen des facultés de peinture et sculpture Arts graphiques à l'Université de Silpakorn, du 15 mai 1962 au 14 mars 1971.

 

Photo 2 : Le joueur de kloui ou Flute divine (Musical Rhythm) (เสียงขลุ่ยทิพย์) - Un bronze de 36x57 cm réalisé en 1949 par Kiem Yimsiri (เขียน ยิ้มศิริ) (1922-1971). Cette oeuvre a obtenu la médaille d'or à la 1ère exposition Nationale d'art de 1949. (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

 

Photo 3 : ''Siam pays du sourire'' (The land of smile) (สยามเมืองยิ้ม) - Un bronze de 67.5 cm réalisé en 1950 par Kiem Yimsiri (เขียน ยิ้มศิริ) (1922-1971). Cette oeuvre a obtenu la médaille d'or à la 2ème exposition Nationale d'art de 1950. (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

 

Photo 4 : ''Le miroir'' (กระจก) (Vanity) - Un bronze de 40x60 cm. réalisé en 1959 par Kiem Yimsiri (เขียน ยิ้มศิริ) (1922-1971). (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

 

Nota : Les oeuvres changent de nom au gré des auteurs. J'ai pris ceux donnés par le musée Silpa Bhirasi qui, bien évidemment, ne sont peut-être pas forcément ceux donnés par le sculpteur !....

 

 

Puis apparaissent pêle-mêle ... les sculptures des élèves de Corrado Feroci dont toutes, ou pratiquement, ont été primées, à savoir celles de ... Anik Somboon (อนิก สมบูรณ์) (1932) - Chamruang Vichienkhet (ชำเรือง วิเชียรเขตต์) (1931) - Paitun Muangsomboon (ไพฑูรย์ เมืองสมบูรณ์) (1922-1999) - Sanan Silakorn (สนั่น ศิลากรณ์) (1919-1986) - Sweang Songmangmi (แสวง สงฆ์มั่งมี) (1918-1957) - Sitthidet Saenghiran (สิทธิเดช แสงหิรัญ) (1916-1957) et Kiem Yimsiri (เขียน ยิ้มศิริ) (1922-1971) déjà cité et pour cause puisqu'à lui tout seul il a fait don de nombreuses sculptures..

 

     

 

 

Photo 1 & 4 : ''Tristesse'' (เศร้า) (Sorrow) - Un plaster de 59x62x53 cm. réalisé en 1956 par Chamruang Vichienkhet (ชำเรือง วิเชียรเขตต์) (1931). (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

Photo 2 : '' '' (บุญส่ง ขลังธรรมเนียม) (Boonsong Klangthomniem) - Un bronze de 29.5x33 cm. réalisé en 1953 par Sawang Songmangme ou Sweang Songmangmi (แสวง สงฆ์มั่งมี) (1918-1957).

Photo 3 : ''La penseuse'' (คิด) (Thing) - Détail d'un plaster de 75x72 cm. réalisé en 1955 par Chalood Nimsamer (ชลูด  นิ่มเสมอ) (1929). Cette oeuvre a obtenu la médaille d'argent à la 6ème exposition Nationale d'art qui se déroula en 1955. (Collection du musée Silpa Bhirasi.).

 

 

 

En entrant dans la deuxième pièce, on pénètre alors dans l'intimité de Corrado Feroci. Tout ce qui constituait son univers se trouve là, du plus gros objet au plus petit et vraisemblablement du plus intime au plus commun.

 

C'est aussi l'occasion de jeter un oeil sur des objets aujourd'hui obsolètes comme la machine à écrire et de découvrir quelques ustensiles de modelage et de peinture.

 

       

 

 

Photo 1 : ''Le poulet'' (ลูกไก่) (A Chick) - Un bronze de 29 cm. réalisé en 1944 par Paitun Muangsomboon (ไพฑูรย์ เมืองสมบูรณ์) (1922-1999). (Collection du musée Silpa Bhirasi.).

Photo 2 & 3 : Corrado Feroci à sa machine à écrire et la fameuse machine à écrire qui à l'époque était à la pointe de l'écrit automatique. Cela a bien changé depuis !... (Collection du musée Silpa Bhirasi.).

Photo 4 : ''Roses en fleur'' (ดอกกุหลาบในจกันดอกไม้) (Roses) - Une huile sur toile de 62x49 cm. réalisée en 1960 par Sawasdi Tantisuk ou Sawat Tantisuk (สวัสดิ์  ตันติสุข) (1925-2009). (Collection du musée Silpa Bhirasi.).

 

 

Quelques oeuvres sont aussi présentes dans cette salle comme le bronze représentant la caricature de Corrado Feroci, son fils Romano et le fameux ''poulet'' de  Paitun Muangsomboon (ไพฑูรย์ เมืองสมบูรณ์) pour ne citer que celles-là.

 

Bref !... C'est ici, dans ces deux pièces, et nulle part ailleurs que vous découvrirez les ''oeuvres incontournables'' qui sont à la base de l'art pictural et sculptural du neuvième règne ou, plus simplement de l'art contemporain thaïlandais. 

 

Alors si vous passez par Bangkok !... vous savez ce qu'il vous reste à faire.

 

     

 

 

Photo 1 : ''Piazza del Popolo'' (จัตุรัสปอโปดล) (Popolo square) - Une aquarelle sur papier de 28x50 réalisée en 1963 par Vira Jothaprasert ou Vira Yothaprasert (วีระ โยธาประเสริฐ) (1934-2002). (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

Photo 2 : ''La pureté de la nature'' (ความบริสุทธิ์แห่งธรรมชาติ) (Purity of nature) - Une sculpture sur bois réalisée en 1956 par Chalood Nimsamer (ชลูด  นิ่มเสมอ) (1929). Cette oeuvre a obtenu la médaille d'argent à la 7ème exposition Nationale d'art qui se déroula en 1956. (Collection du musée Silpa Bhirasi.).

Photo 3 : ''Lotus'' (ดอกบัว) (Lotus) - Une huile sur carton de 120x181 cm. réalisée en 1956 par Tawee Nandakwang (ทวี นันทขว้าง) (1925-1991). (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

Photo 4 : Danseuse de lakhone (ละครรำ) - Un bronze de 51 cm.5 réalisé en 1953 par Sitthidet Saenghiran (สิทธิเดช แสงหิรัญ) (1916-1957). (Collection du musée Silpa Bhirasi.)

 

 

Se quitter en s'amusant :

 

La photo qui suit est celle d'une huile sur toile de 200x510 cm. Elle a été réalisée en 1999 et s'intitule ''D'où venons-nous ?... Qui sommes-nous ?... Où allons-nous ?... '' .

Elle est signée par Chatchai Puipia (ชาติชาย ปุยเปีย) (1964) et tenait grand place - et pour cause vu ses dimensions - dans une exposition qui a eu lieu à Bangkok courant 2012.

 

La publicité de cette exposition précisait qu'il s'agissait de la plus importante exposition d'art de cette décennie concernant l'histoire de l'art contemporain des soixante dix dernières années ; en fait ce que j'appelle ''l'art du neuvième règne''.


           

           La photo est de : Truelife.com

 

Si vous regardez de près cette toile vous êtes amenés à constater qu'elle se compose d'une quantité d'oeuvres dont toutes, ou presque, remontent aux années Silpa Bhirasi. (*)

 

Lors de la présente chronique j'ai présenté certaines d'entre elles ; sauriez-vous les reconnaître ?... voire les nommer ?...

 

A vous de jouer.

La réponse ou les réponses ?...

Mais, à vous de les trouver en relisant la chronique pardi !...

Bon courage.

 

 

(*) Pas une oeuvre relativement récente n'a acquis suffisamment de charisme ou fait autorité pour figurer parmi ce peloton d'oeuvres incontournables. Alors précipitez-vous vite au musée Silpa Bhirasi ou Silpa Bhirasri pour les voir de visu.

Pour en voir plus sur cette expo :

//www.bloggang.com/mainblog.php?id=haiku&month=29-10-2012&group=2&gblog=61

 

 

Pour terminer, une belle oeuvre se trouvant au musée Silpa Bhirasi !... ''L'arbre de vie'' (ต้นไม้แห่งชีวิต)

 

       

   

 

 

Photo 1 : Son sculpteur : Anik Somboon (อนิก สมบูรณ์) (1932). Il fut aussi un élève de Corrado Feroci car il entra à l'université de Silpakorn en 1954.

L'année 1958 va doublement compter dans sa vie.

D'abord il obtient la médaille d'or à la 9ème exposition Nationale d'art avec  ''L'arbre de vie'' (ต้นไม้แห่งชีวิต). (Collection du musée Silpa Bhirasi.).

Ensuite  il entre comme enseignant à l'université Silpakorn où il restera pendant 35 ans c'est-à-dire jusqu'à l'âge de 61 ans qu'il fêta en 1993 !...   

Photo 2 � 3 � 4 : ''L'arbre de vie'' (ต้นไม้แห่งชีวิต) (The plant of life). Cette oeuvre obtint donc ... la médaille d'or à la 9ème exposition Nationale d'art en 1958. (Collection du musée Silpa Bhirasi.).

Photo 5 - 6- 7 : ''L'arbre de vie'' mesurant à sa base 1,20 sur 1,20 et faisant 3 mètres de hauteur. Il s'élève dans le parc de Lumphini Patumwan (สวนลุมพินี ปทุมวัน) de Bangkok.

                      

            

La réponse : (Sympa non ?...)

 

 

01/ ''Nymphette'' (แรกแย้ม) (Blooming) (1949) de Sawang Songmangme ou Sweang Songmangmi (แสวง สงฆ์มั่งมี) (1918-1957)

02/ ''Le veau'' (ลูกวัว) (Calf) (1951) de Paitun Muangsomboon (ไพฑูรย์ เมืองสมบูรณ์) (1922-1999)

03/ ''Le cercle'' (วงกลม) (Circle) (1953) de Sitthidet Saenghiran (สิทธิเดช แสงหิรัญ) (1916-1957)

04/

05/ ''La tête du roi Taksin'' (Monument de Thonburi) (1954) de Corrado Feroci dit Silpa Bhirasi (1892-1962)

06/ ''Professeur Silpa Bhirasri'' (ศาสตราจารย์ ศิลป์ พีระศรี) (1972) de Sanan Silakorn (สนั่น ศิลากรณ์) (1919-1986)

07/ ''Ramana'' (รำมะนา) (1950) de Chit Rienpracha (ชิต เหรียญประชา) (1908-1994)

08/ ''Flute divine'' (เสียงขลุ่ยทิพย์) (Musical Rhythm) (1949) de Kiem Yimsiri (เขียน ยิ้มศิริ) (1922-1971).

09/ ''Le matin'' (ยามเช้า) (The morning) (1981) de Prayat Phongdam (ประหยัด พงษ์ดำ) (1934)

10/ ''Lotus'' (ดอกบัว) (Lotus) (1956) de Tawee Nandakwang (ทวี นันทขว้าง) (1925-1991).

11/ ''La penseuse'' (คิด) (Thing) (1955) de Chalood Nimsamer (ชลูด  นิ่มเสมอ) (1929)

12/ ''Siam pays du sourire'' (สยามเมืองยิ้ม) (The land of smile) (1950) de Kiem Yimsiri (เขียน ยิ้มศิริ) (1922-1971).

13/

14/ ''Derniers souffles de vie'' (ปลายวิถีแห่งชีวิต) (The last quest) (1950) de Sitthidet Saenghiran (สิทธิเดช แสงหิรัญ) (1916-1957)

15/ ''L'allée des rêves'' (วิถีแห่งความฝัน ou สันติคาม) (Dreamer's avenue) (1949) de Misiem Yipintsoi (มีเซียม ยิบอินซอย) (1906-1988)

 

Les toiles du fond ont été volontairement omises.

 

 

 

Si vous voulez en savoir encore plus sur Corrado Feroci dit Silpa Bhirasi et les bronzes qui s'élèvent un peu partout en Thaïlande, je vous invite à visiter la galerie des sculptures qui se trouve à ... 30 mètres du musée Silpa Bhirasi, tout de suite à gauche de sa sortie.



06/12/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres