MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

A - MOCA de Bangkok – Museum Of Contemporay Art (1/2)

MOCA de Bangkok – Museum Of Contemporay Art

                      (พิพิธภัณฑ์ศิลปะไทยร่วมสมัย) 

 

MUSEE D'ART CONTEMPORAIN de BANGKOK


                                                  - Première partie -

 

    

 

 

Photos 1 -3 : Le MOCA vu de l'extérieur

Photo 2 : Plan d'accès au MOCA

 

 

Adresse : 499 Vibhavadi-Rangsit road Ladyao – Chatuchak

10900 BKK

499 ถนนวิภาวดีรังสิต 10900 กรุงเทพฯ

 

Téléphone : 662 953 1005-7 – Fax 662 953 1008 (**)

Email : info@mocabangkok.com

Site : www.mocabangkok.comhttp

www.mocabangkok.com/museum/web/th/museum_tour.htm

 

 

                           Comment se rendre au MOCA ?...

 

Le MOCA est presque en face de l'université de l'agriculture de Kasetsart (มหาวิทยาลัย เกษตรศาสตร์) plus communément appelée Kaset. Le réseau routier et ferroviaire passe entre les deux établissements.

 

Dans les trois cas de figure qui vont suivre, descendre à la station citée et prendre un taxi.  

1/ Le train reliant la gare de Hua Lamphong à l'ancien aéroport de Don Muang, descendre à la station Bang Khen.

2/ Le BTS conduit jusqu'à la station Mo Chit.

3/ Le MRTA mène jusqu'à la station Chatuchak Park.

Il y a aussi les bus conduisant à l'aéroport de Suvarnabhumi (สุวรรณภูมิ) :

Les bus n° 134- 29- 510- 52- 191- 69- 504- 555.

 

Voitures particulières : Il existe un parking mais … premier arrivé … premier servi.

 

(**) Si vous prenez le taxi pour vous rendre au MOCA notez le téléphone car le musée n'est pas encore connu de tous les taxis. Ces derniers, équipés d'un portable, peuvent alors appeler le MOCA pour se faire guider.

 

 

Conditions d'admission :

Adultes : 180 baths (4 € 50)

Etudiants : 80 baths (2 €)

Conditions particulières réservées aux familles :

1 adulte accompagné d'un étudiant : 180 baths

3 adultes accompagnés de 3 étudiants : 360 baths (8 €)

 

L'entrée est libre et gratuite pour :

Les moins de 15 ans

Les plus de 60 ans

Les moines et les handicapés.

 

 

                    Musée ouvert tous les jours de 10 heures à 18 heures,

                                                         sauf le Lundi.

 

 

   

 

 

Photo 1 : L'entrée principale du MOCA

Photo 2 : Le MOCA vu depuis sa cour intérieure.

Photo 3 : Le plan d'eau aménagé à l'intérieur de la cour du MOCA où s'élève une sculpture de Nonthivathn Chandhanaphalin (นนทิวรรธน์ จันทนะผะลิน)   

 

 

Le MOCA est un tout nouveau musée qui vient de s'élever sous le ciel de Bangkok. Son ouverture au public date du 18 avril 2012.

 

Celui-ci présente quelques 400 œuvres, peintes ou sculptées, d'artistes pour la plupart Thaïlandais (*) qui ont œuvré après la seconde guerre mondiale, et étudié à l'université Silpakorn (มหาวิทยาลัยศิลปากร) (Maha Withaya Lay Silpakorn) de Bangkok.

 

Cette université fut créée le 12 octobre 1943 par Corrado Feroci dit Silpa Bhirasi (1892-1962). Il en fut le 1er directeur et le 1er doyen des facultés de peinture et de sculpture. (**) Ce qui signifie que tous ces artistes ont bénéficié, directement comme Thawan Duchanee ou indirectement pour les jeunes générations, de l'enseignement de cet Italien … naturalisé Thaïlandais.

 

Du fait de cet enseignement la création artistique thaïlandaise s'est émancipée de la ''routine'' des copistes de grand talent qui ont fait les beaux jours de l'art de Bangkok dit aussi l'école ''Rattanakosin''. Une école qui n'avait fait que reprendre l'héritage artistique d'Ayutthaya en … l'améliorant sans vraiment innover.

 

Autrement écrit, l'art contemporain thaïlandais est une école qui, sous la houlette de Corrado Feroci, a rompu avec le classicisme d'antan tout en restant un art spécifiquement thaïlandais. (***)

 

 

(*) Le 5ème niveau ou dernier étage du Musée est consacré à quelques artistes étrangers. Nous y reviendrons. 

(**) L'université Silpakorn est issue de l'école des Beaux Arts qui fut créée en 1935 par Corrado Feroci et Phra Saroj Nimman Rattana. (พระสาโรชรัตนนิมมานก์). Feroci était alors chargé des départements de la sculpture et de la peinture et Phra Saroj de celui de l'architecture qu'il avait étudiée à Londres.

(***) L'école Rattanakosin couvre, grosso-modo, les 7 premiers règnes de la dynastie des Chakri, (1782 à 1930 environ) tandis que la nouvelle école se rattache indubitablement au règne de Rama IX. 

 

 

 

L'origine du MOCA :

 

Le MOCA est l'œuvre d'un mécène, Boonchai Bencharongkul (บุญชัย เบญจรงคกุล). Cet homme de 58 ans, père de trois enfants, trois filles semblerait-il, d'après le classement Forbès serait la treizième fortune de Thaïlande avec un avoir de 990 millions de dollars en août 2012.

 

L'origine de sa fortune actuelle est liée aux télécommunications sans fil et plus particulièrement à l'entreprise DTAC (Dental Technologists Association Council) dont il fut le fondateur en 1989, et le président durant une douzaine d'années.

 

Cette société de téléphonie mobile, la deuxième de par son importance, couvrait alors 30% du marché thaïlandais et comptait plus de vingt trois millions d'abonnés.

 

En 2001 le groupe de télécoms norvégien Telenor devient actionnaire de DTAC. En 2005 la famille Boonchai Bencharongkul vend à l'un de ses actionnaires, ''Thaï Teco'' la société mère de la DTAC ; par la suite Telenor rachète tout ou partie ( ?...) de cette société et de ce fait possède aujourd'hui environ 65% des actifs de la DTAC !...

 

Durant ces années vouées à la téléphonie mobile, et bien avant, Boonchai Bencharongkul va acquérir de nombreuses œuvres d'art,  et se constituer une impressionnante collection personnelle.

 

''Lady'' créée en 1958 par Anand Panin (อนันต์ ปาณินท์) (1938), à l'âge de 20 ans fut la première pièce de sa collection. Il l'acheta dans une galerie. Mais l'acquisition qui marquera sa carrière et qu'il aime à raconter, c'est l'achat de sa première toile fait directement auprès d'un jeune peintre en 1980 … Panya Vijinthanasarn (ปัญญา วิจินธนสาร) (né en 1956). Ce dernier avait alors 24 ans et Boonchai Bencharongkul 26 !... Suivront quantité d'autres acquisitions !...

 

Alors que sa collection s'enrichissait, l'idée de partager sa passion le conduisit à décider de la construction d'un musée. Pour cela, il acquiert en 1998 un terrain dans le nord de Bangkok pour la somme de deux cent millions de bahts. (5 millions d'euros environ)

 

Ensuite il demande à une femme architecte Wannaporn Phronprapha (วรรณพร พรประภา) de la société P. Landscape (พี แลนด์สเคป) d'y construire un bâtiment en granit de quatre étages. Cette construction d'une Trentaine de mètres de haut va lui coûter la bagatelle de six cent millions de baths. (15 millions d'euros environ.)

 

Les quatre étages avec le rez-de-chaussée, soit cinq niveaux, constituent une aire d'exposition de quelques 20.000 m2 !....

 

Description du bâtiment :

 

Vu de l'extérieur le bâtiment ressemble à un énorme blockhaus qui ne donne guère envie d'aller y faire un tour. C'est une masse imposante et froide.

 

La cour comme le jardin ont les mêmes caractéristiques, seule la maison des esprits, située juste à côté du portail d'entrée a quelque chose d'humain !... un comble !...

 

Cependant il serait injuste de ne pas signaler la beauté des entrelacs par où passe la lumière du jour et la maitrise avec laquelle elle est captée. De l'extérieur, mais surtout de l'intérieur ces capteurs de la lumière naturelle ont la majesté et l'élégance des fenêtres de nos cathédrales gothiques. 

 

Les guichets sont tout aussi austères mais l'accueil y est agréable.

 

Il se trouve que l'entrée est gratuite pour les plus de 60 ans. Habituellement, en Thaïlande, ne sont concernés par ce genre de ''privilège'' que les Thaïlandais ?!...

 

Au Moca, non seulement les étrangers bénéficient de cette faveur mais sont crus sur parole concernant leur âge. Ce jour là je n'avais pas de pièce d'identité sur moi, pour justifier de mon âge. (J'espère que ma parole a primé sur mon physique ?!...)

Cette attitude est si rare en Thaïlande qu'elle mérite d'être signalée et soulignée d'un gros trait rouge. (Bravo)

 

   

 

 

Photo 1 : Boonchai Bencharongkul (บุญชัย เบญจรงคกุล) assis devant le plan d'eau du MOCA

Photo 2 : Boonchai Bencharongkul et quelques artistes un certain 20 août 2012 au MOCA.

Photo 3 : Boonchai Bencharongkul ''Je ne veux pas qu'on se souvienne de moi comme le fondateur de DTAC ou du gars qui a eu maille à partir avec le gouvernement concernant les réseaux pour mobiles, mais comme d'un esthète et d'un philanthrope !... L'argent n'apporte le bonheur que si vous savez le dépenser à bon escient. ''.

Photos et brides d'interview provenant du site :

http://bk.asia-city.com/city-living/article/interview-boonchai-bencharongkul

 

 

Si à l'extérieur du MOCA l'austérité et la froideur sont de rigueur, en revanche à l'intérieur, les salles d'expositions sont spacieuses, et d'un volume agréable. La hauteur des murs permet d'accrocher de très grandes toiles.

 

L'éclairage est chaud et met en valeur les œuvres. La signalétique du parcours est bien faite et le personnel, tout en se faisant discret est toujours là lorsque besoin s'en fait sentir.

 

Tout concourt pour que le visiteur puisse aller et venir avec aisance et se reposer sur des bancs dont l'originalité et la modernité est à souligner.

 

Soucieux du confort de ses hôtes le maître des lieux a fait installer un escalator montant en parallèle à chaque escalier.

 

Au niveau de chaque palier il y a des toilettes y compris pour les personnes handicapées ; d'ailleurs il y a aussi un fauteuil roulant et pliable à leur disposition à tous les arrêts des ascenseurs.

 

Ces ascenseurs permettent de rejoindre le rez-de-chaussée à partir du dernier étage sans que vous soyez obligés de redescendre les quatre étages à pieds.

 

Bref tout est fait pour que la visite se passe dans les meilleures conditions et l'heureux élu qui a eu la charge des aménagements intérieur s'appelle Rujiraporn Wanglee (รุจิราภรณ์ หวั่งหลี) de la société PIA aménagement.

 

Maintenant, commençons la visite.

 

Le 1er niveau ou rez-de-chaussée :

 

Le rez-de-chaussée se constitue de quatre salles d'exposition, plus le hall d'entrée où se trouve un bar dont les pâtisseries sont excellentes et … fraîches.

 

Deux des salles sont destinées à des expositions temporaires tandis que les deux autres sont consacrées à un accrochage permanent.    

 

Le hall d'entrée :

 

Dès l'entrée du musée un hommage est rendu à Corrado Feroci. Il est discret mais était essentiel. Ce détail montre combien Boonchai Bencharongkul est un véritable connaisseur de l'art contemporain thaï.

 

Car Corrado Feroci est celui qui a permis aux artistes Thaïlandais de se défaire du carcan classique traditionnel, pour trouver leur propre personnalité et œuvrer en restant attaché aux valeurs traditionnelles de leurs aînés.

 

C'est aussi lui qui a commencé à les faire connaître de par le monde, en les envoyant étudier et exposer à l'étranger.

 

     

 

 

                                Le hall d'entrée vu de l'intérieur du musée.

Photo 1 : ''Salvador Dali'' une œuvre en fibre de verre de 134x70x180 cm (2007) de Watchara Prayoonkum (วัชระ ประยูรคำ)

 Le peintre Dali (1904-1989) œuvre en se regardant dans un miroir … (sans doute en cherchant à exprimer son moi le plus profond ?!...)

Photo 2 : L'entrée du hall du musée. Le visiteur trouve à sa droite Dali et à sa gauche Corrado Feroci dit Silpa Bhirasi. (1892-1962)

Photo 3 : Corrado Feroci. Cette statue ressemble comme deux gouttes d'eau à celle qui s'élève dans la cour de l'université de Silpakorn et que sculpta l'un de ses élèves préférés, Sanan Silakorn (สนั่น ศิลากร). (Cette ressemblance reste à vérifier mais … je pense être dans le vrai.)

Photo 4 : La phrase fétiche de Corrado Feroci. ''L'art demande du temps alors que la vie est brève''.

 

 

   

 

 

                                               Trois œuvres équines de :

 Rearngsak Boonyavanishkul (เริงศักดิ์ บุณยวาณิชย์กุล) (né en 1961) (*)

 

Photo 1 : Détail d'un bronze patiné intitulé ''L'empereur''.

Photo 2 : ''Adam et Stève'' (2008/2009) un bronze patiné de 45,5x76x26

Photo 3 : Détail d'un bronze patiné de 56x125x99 cm intitulé ''Famille parfaite''. (2005)

 

(*) Sur les plaquettes de présentation l'artiste a été orthographié comme suit : Roengsak Boonyawanichkul ?!...

 

 

La première salle présentant une exposition permanente est consacrée à Chalood Nimsamer (ชลูด นิ่มเสมอ).

 

Chalood Nimsamer est né le 2 mai 1929. Il est donc aujourd'hui, en 2012, âgé de 83 ans.

Ce fut un élève de Corrado Feroci de 1950 à 1954.

De 1957 à 1958 Corrado Feroci l'envoya étudier à l'académie des beaux arts de Rome.

En 1959 il obtint la médaille d'or (1er  prix) en peinture de l'exposition d'art nationale.

Il enseigna à l'université des beaux arts de Bangkok et fut consacré ''artiste national'' (sculpture) en 1998.

 

                                         

   

 

 

                                                       Trois œuvres de :

                                            Chalood Nimsamer (ชลูด นิ่มเสมอ)

 

Photo 2 : ''Le maintien d'un enfant'' un acrylique sur toile de 80x60 (2009)

Photo 3 : Un bronze de 42x59x23 qui valut à son auteur la médaille d'argent de l'exposition d'art nationale de 1956. (*) Il est intitulé au MOCA ''Pureté de la nature'' et au musée Silpa Bhirasi ''l'immaculée'' (Immaculate)

Photo 4 : ''Méditation sous un arbre'' un acrylique sur toile de 80x60 (2009)

 

(*) Tous les ans, en Thaïlande, dans toutes les villes et les villages, et pendant plusieurs jours, tout un chacun peut exposer ses créations dans des divers lieux, aménagés pour l'occasion. Une façon originale de découvrir de nouveaux talents. C'est Corrado Feroci qui eut l'idée de cette pratique devenue une coutume.

 

 

 

La deuxième salle présentant une exposition permanente est consacrée à Paitun Muangsomboon (ไพฑูรย์ เมืองสมบูรณ์):

 

Paitun Muangsomboon est né le 17 septembre 1922 à Petchaburi, et est décédé en 1999 à l'âge de 76 ans.

Il fut élève de Corrado Feroci de 1950 à 1954.

De 1957 à 1958 Corrado Feroci l'envoya étudier à l'académie des beaux arts de Pennsylvanie aux Etats-Unis d'Amérique, ainsi qu'en France, en Angleterre et en Italie durant quelques mois.

 

En 1949 il obtint la médaille d'argent en sculpture (2ème prix) à l'occasion de la 1ère exposition d'art National, et en 1950, 1951 la médaille d'or (1er prix).

Il enseigna à l'université des beaux arts de Bangkok et fut consacré ''artiste national'' (sculpture) en 1986.

Paitun Muangsomboon excella dans les sculptures animalières.

 

   

 

 

                                                       Trois œuvres de :

                           Paitun Muangsomboon (ไพฑูรย์ เมืองสมบูรณ์)

 

Photo 1 : ''L'éléphanteau'' un bronze de 130x50x43 (1954)

Photo 2 : Un bronze représentant deux béliers dans un affrontement sans pitié.

Photo 3 : ''Le cerf'' un bronze de 175x81x172 (1953)

 

 

Le 2ème niveau ou 1er étage :

 

Le 1er étage se constitue, là encore, d'un hall d'entrée où s'élèvent des œuvres en fibres de verre de Watchara Prayoonkum (วัชระ ประยูรคำ) (le créateur du ''Salvador Dali'' du rez-de-chaussée) et de quatre salles d'exposition.

 

Le Hall d'entrée du premier étage :

 

   

 

 

                                                         Les œuvres de :

                Watchara Prayoonkum (วัชระ ประยูรคำ) né le 3 mai 1966.

 

Au travers de ses œuvres il cherche à montrer la relation entre le corps, l'esprit et la paix. Pour cela il sculpte des hommes politiques, d'hier ou d'aujourd'hui, pour signifier que leur corps n'est pas éternel et que la paix dépend de leur éthique et de leur morale.

 

Photo 2 & 3 : ''Hitler'' (Marionnette ou manipulateur ?!...)

Photo 4 : Des œuvres en fibres de verre d'environ 87x22x22 représentant, en partant de la gauche, Saddam Hussein, Staline, Mao, Ho Chi-Min et Churchill.

 

 

Les quatre salles présentent des artistes de différentes générations dont certains bénéficient actuellement d'une grande notoriété.

 

Ces créateurs traitent de thèmes très variés, comme les événements sociaux, les éternelles interrogations métaphysiques de tout un chacun et, … le bouddhisme.

 

   

                                

 

 

Photo 1 : (1ère salle) ''Vivre dans des bateaux en papier'' une huile sur toile de 200x220 cm créée en 2010 par Denpong Wongsarot (เด่นพงษ์ วงศาโรจน์). (Né le 31 juillet 1972 - 40 ans en 2012.)

Photo 2 : (1ère salle) ''Croyance et foi'' une huile sur toile de 190x300 cm réalisée en 2007 par Tawee Rajaneekorn (ทวี รัชนีกร). (Né le 10 octobre 1934 à Ratchaburi – 78 ans en 2012) – Elève de Corrado Feroci – consacré artiste national en 2005.

Photo 3 : (2ème salle) ''Le temps'' un acrylique sur toile de 185x145cm peint en 2008 par Chairat Saengthong (ชัยรัตน์ แสงทอง). (Environ trente ans.)

 Photo 4 : La deuxième salle du deuxième niveau.

 

 

   

 

 

Photo 1 : (2ème salle) ''Miroir n° 5'' une huile sur toile de 200x300 créée en 2009 par Amarin Buppasiri (อัมรินทร์ บุพศิริ) (Né le 16 juillet 1985 – 27 ans en 2012).

(Rien n'est plus vrai que ce tableau concernant les femmes et jeunes filles thaïlandaises qui se pouponnent du matin jusqu'au soir et du soir au matin. Cet artiste se joue des portraits de jeunes filles avec un art porté à son paroxysme. Allez à ses expositions vous ne le regretterez pas.)

Photo 2 : (3ème salle) ''คนละทาง'' (Différentes voies) une tempera sur papier de 262x217cm réalisée en 1980 par Panya Vijinthanasarn (ปัญญา วิจินธนสาร) alors âgé de 24 ans (Né le 24 juin 1956 – 56 ans en 2012).

Cette œuvre, parmi 400 autres, aux dires de  Boonchai Bencharongkul serait la toute première ''pièce'' de sa collection. Il l'aurait acquise en 1980 alors qu'il avait 26 ans, c'est-à-dire deux ans de plus que Panya Vijinthanasarn, son auteur.  

Photo 3 : (3ème salle) ''พิชิตมาร'' (Bouddha vainqueur des démons ou de Mara) un bronze de 60x40x85 cm sculpté en 2003 par Panya Vijinthanasarn.

 

 

   

                  

 

 

              Trois œuvres de Chalermchaï Kositpipat (เฉลิมชัย โฆษิตพิพัฒน์)

Né le 15 février 1955 – 57 ans en 2012 à Baan Rong Khun près de Chiang-Raï au Lanna, là où il construit le fameux temple blanc. C'est aussi lui le créateur de la grande horloge de Chiang-Raï.

Il a été consacré artiste national (Peinture) en 2011.

 

Photo 1 : ''L'œil de la spiritualité'' un acrylique sur toile de 65x95 cm datant de 1994.

Photo 2 : ''chemins d'accès vers la divinité'' un acrylique sur toile de 90x120 cm de 1989.

Photo 3 : ''Bénédiction de Phra Bouddha'' un acrylique sur toile de 125x95 cm réalisé en 2006.

Photo 4 : La 4ème salle avec une sculpture de Chalermchaï Kositpipat.

 

 

Comme il serait injuste de ne pas jeter un regard sur les sculptures des aînés, et premiers élèves de Corrado Feroci, exposées dans le hall du 3ème niveau alors …

 

 

 

 

Photo 1 : Le fameux joueur de ''khloui'' (ขลุ่ย) ou flûte, baptisé ''Musical Rhythm'' un bronze de 55x38x38 cm de Khien Yimsiri (เขียน ยิ้มศิริ) (1922-1971) qui valut à son auteur d'avoir le 1er prix en sculpture de la 1ère exposition d'art nationale en 1949.

Il obtint aussi celui de 1950, et le 2ème prix en 1951 ?!...

 

Photo 2 : Histoire de lancer un dernier regard sur le présent, l'œuvre d'une femme (elles sont rares) née le 28 décembre 1953 à Bangkok (59 ans en 2012) Sriwan Janehuttakarnkit, (ศรีวรรณ เจนหัตถการกิจ) installée à Chiang-Raï, ville du Lanna …

''เริงระบำ'' (Dancing) une huile sur toile.       

 

 

                                        FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE


Pour lire et connaître la suite reportez vous à la liste des rubriques puis cliquez sur :
11 PEINTRES DU LANNA
puis sur :
A - MOCA de Bangkok – Museum Of Contemporay Art (2/2)


(Les photos sont de Monsieur Louis Chu et de Jean de La Mainate.)




 


01/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres