MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

A - MOCA de Bangkok – Museum Of Contemporay Art (2/2)

MOCA de Bangkok – Museum Of Contemporay Art

                      (พิพิธภัณฑ์ศิลปะไทยร่วมสมัย) 

 

MUSEE D'ART CONTEMPORAIN de BANGKOK


                                                  - Deuxième partie -


Le 3ème niveau ou 2ème étage :

 

Le 2ème étage se constitue de six salles d'exposition, d'un espace angulaire où a été construit et aménagé une grande cabane et d'un hall où s'élèvent des œuvres de Nonthivathn Chandhanaphalin (นนทิวรรธน์ จันทนะผะลิน) ; celui-là même qui réalisa la sculpture qui trône dans la cour.

 

Le Hall d'entrée du 3ème niveau ou deuxième étage :

 

   

 

 

                                                   Quelques œuvres de :

  Nonthivathn Chandhanaphalin (นนทิวรรธน์ จันทนะผะลิน) né le 16 octobre 1946.

Photo 1 : Le hall d'entrée

Photo 2 : ''Nu'' un bronze de 49x31x93 cm.

Photo 3 : ''La mère et son enfant'' un bronze de 28x24x70 cm.                       

Photo 4 : ''Une femme''.

 

 

Les deux premières salles du 3ème niveau ou deuxième étage :

 

La première salle présente des œuvres primesautières et légères s'inspirant des belles heures d'antan. La précision du pinceau l'emporte sur l'imagination, en tout bien tout honneur. Elles sont signées de Rearngsak Boonyavanishkul (เริงศักดิ์ บุณยวาณิชย์กุล) (né en 1961) - Suporn Parintarakul (สุภร พรินทรากุล) - Sompop Budtarad (สมภพ บุดราช) (Né en 1957) – Watchara Klakhakhai (วัชระ กล้าค้าขาย) et Chatchai Saithong (ชัชชัย สายทอง).

 

Dans la deuxième salle sont accrochées des toiles où les artistes se sont libérés de la réalité pour donner une vision plus … psychologique de leurs sujets sans vraiment entrer dans le monde du surréalisme. Les auteurs de ces créations ont pour nom : Charoon Boonsuan (จรูญ บุณสวน) (Né en 1938) (5 toiles) - Chuang Moolpinit (ช่วง มูลพินิจ) (Né en 1940) (4 toiles) – Somsak Raksuwan (สมศักดิ์ รักษ์สุวรรณ) – Surapong Somsuk (สุรพงษ์ สมสุข) (Né en 1970) (2 toiles) - Boonmun Kam Sa-ard (บุญหมน คำสะอาด) - Sawang Charoenpala (สว่าง เจริญปาละ) (Né en 1943) - Sirote Thongchompoo (สิโรตม์ ทองชมภู) (2 toiles) – Sudjai Chaiyapan (สุดใจ ไชยพันธุ์) (Né en 1969).

 


   

 

 

Photo 1 : ''Préparatifs au palais du prince'' (คำนานว้งหน้า) un acrylique sur toile de 200x500mm créé en 2011 par Rearngsak Boonyavanishkul (เริงศักดิ์ บุณยวาณิชย์กุล)

Photo 2 : ''Nu n° 3'' une huile sur toile de 105x85 cm réalisée par Charoon Boonsuan (จรูญ บุณสวน)

Photo 3 : ''Phra Pheugn Phra Phègn'' une huile sur toile de 135,5x101 cm peinte en 2004 par Chuang Moolpinit (ช่วง มูลพินิจ).

Photo 4 : ''L'escalier de la vie'' (บันไดชีวิต) un acrylique sur toile de 150x120 cm datant de 2006 réalisé par Surapong Somsuk (สุรพงษ์ สมสุข)

Photo 5 : ''Différentes existences'' (ความแตกต่างของชีวิต) une huile sur toile de 120x170 cm créée en 2007 par Sudjai Chaiyapan (สุดใจ ไชยพันธุ์)

 

 

Les deux dernières salles du 3ème niveau ou deuxième étage :

 

Les deux salles suivantes sont consacrées au surréalisme, mais un surréalisme propre au pays pour une majorité d'entre elles. Car au travers des œuvres percent les grands mythes autour desquels les peuples constituant la Thaïlande se sont construits au cours des siècles. Ainsi il y a Bouddha, l'océan de lait, les courges et bien d'autres thèmes ou symboles spécifiques à la région.

 

Les auteurs en sont : Sompong Adusarabhan (สมพงษ์ อดุลย์สารพันธ์) () – Kiettisak Chanonnart (เกียรตศักดิ์ ชานนนารฤ) () – Prateep Khotchabua (ประทีป คชบัว) () (Plus de 10 toiles à lui tout seul) dont la plupart ont été présentées lors d'une exposition intitulée ''Sur épisode III *destiny II*. Cette dernière était entièrement consacrée à Prateep Khotchabua et se tenait à ''Jamjuree Art Gallery'' en l'université de Chulalongkorn du 31.10.2011 au 13.11.2011.

 

 

   

 

 

Photo 1 : ''Barattage de la mer de lait'' (วาระการเกษียรสมุทรให้ได้มาซึ่งน้ำอัมฤทธิ์) une huile sur toile de 200x500 cm peinte en 2011 par Prateep Khotchabua (ประทีป คชบัว).  

Photo 2 : Une huile sur toile de 194x153 cm datant de 2006 et réalisée par Sompong Adusarabhan (สมพงษ์ อดุลย์สารพันธ์)

 

Et … trois autres œuvres de Prateep Khotchabua (ประทีป คชบัว) !...

 

Photo 3 : ''Quand les humains sont insatisfaits de l'art'' (เมื่อชาวโลกไม่สมใจศิลปะ) une huile sur toile de 120x150 cm créée en 2003.

Photo 4 : ''L'île sacrée n° 1'' (เกาะศักดิ์สิทธิ์ ๑) une huile sur toile de 150x200 cm réalisée en 2002.

Photo 5 : ''L'île sacrée n° 2'' (เกาะศักดิ์สิทธิ์ ๒) une huile sur toile de 165x300 cm réalisée en 2009.

 

 

L'espace angulaire du 3ème niveau ou deuxième étage :

 

Dans ce sanctuaire de l'art moderne thaïlandais la littérature a trouvé droit de cité par le biais d'illustrations se rapportant à une œuvre éternelle intitulée ''Khun Chang, Khun Phaen'' (ขุนช้างขุนแผน).

 

Cette saga met en scène trois amis d'enfance, Khun Chang, un jeune homme riche et laid, Khun Phaen, un jeune homme pauvre et beau et Nang Wathong, une jeune fille belle et indécise, qui deviendra reine de Suphanburi où commence l'histoire et qui paiera de sa vie son indécision à choisir comme époux l'un des deux hommes.

 

Présentée de cette façon l'histoire paraît simple, mais racontée à la mode Thaïlandaise elle devient rocambolesque et sujet aux rebondissements les plus abracadabrants. La guerre, la religion, la magie, la trahison, les enlèvements, les meurtres et même le sexe sont les ingrédients qui ont fait de cette légende le best-seller de la littérature thaïlandaise.

 

Cette œuvre est à la Thaïlande ce que ''Notre dame de Paris'' est à la France, à la différence que l'œuvre orale a été réécrite par différents auteurs. Alors il en existe plusieurs versions.

 

 

Après le sac d'Ayutthaya en 1767, aucune trace écrite n'a été retrouvée de cette légende qui faisait les beaux soirs des veillées d'antan. Seuls quelques vieux conteurs gardaient le souvenir de certains vers.

 

Alors à partir du XIXe siècle, période lors de laquelle le Siam se reconstruisait, nombre d'auteurs, et non des moindres, Rama II fut l'un des leurs, recomposèrent ce monumental poème en le remaniant sans état d'âme. Le prince Damrong Rajanuphab, (ดำรงราชานุภาพ) (1862-1943) grand historien, demi-frère de Rama V et fondateur du système éducatif thaïlandais se crut alors obligé de censurer certaines strophes de certaines versions jugées trop scabreuses ?!...

 

Au fil des ans, aux versions de ce poème épique se sont rajoutés de la musique et même de la danse au point de devenir un genre nouveau mais toujours rattaché à la poésie, qui a pour nom le ou la ''sepha'' (เสภา). (Prononcer Cepa)

 

Un illustrateur, artiste et écrivain, qui laissa plus de 50.000 œuvres, aujourd'hui très recherchées par les collectionneurs, Khru Vajakorn Hem (1904-1969) (ครุเหม เวชกร) illustra l'une de ces versions. Ce sont quarante huit de ces illustrations originales qui sont exposées au Moca.

 

        

 

 

Photo 1 : l'intérieur de la ''cabane'' où sont exposées les illustrations.

Photo 2 : Les trois protagonistes de la saga devant l'entrée de la cabane, à savoir : le pauvre et beau Khun Phaen, Nang Wanthong et le riche et laid Khun Chang dont la calvitie participe à sa laideur. (Les Thaïs sont rarement chauves)

Photo 3 : La belle Nang Wanthong.

Photo 4 : Le mariage entre Nang Wanthong et Khun Phaen. Hélas ce dernier va partir à la guerre et passer pour mort. Alors Nang Wathong va se remarier !...

Photo 5 : De retour de guerre Khuen Phaen enlève Nang Wanthong et tout deux se retrouve à dos de cheval dans une forêt.

Photo 6 : Hélas à la fin du poème Nang Wanthong est exécuté pour n'avoir pas su choisir entre les deux hommes. Ainsi en a décidé le roi.

  

Il y a aussi, sur tout un panneau, des illustrations de cette saga signées de Sukhee Somngoen (สุขี สมเงิน) un artiste résidant à Chiang-Maï.

 

Le 4ème niveau ou 3ème étage :

 

Le 3ème étage se constitue, lui aussi, d'un hall d'entrée, de six salles d'exposition, et, d'un grand espace angulaire où s'élève un gros œuf.

 

Le hall d'entrée et les six salles sont pratiquement entièrement consacrées à Thawan Duchanee ou Datchani (*) (ถวัลย์ ดัชนี) plus de cent œuvres de cet artiste sont exposées, y compris des armes blanches (coutelas poignards et autres types de couteaux) dont il a sculpté les manches.

 

 

(*) Thawan Duchanee à l'anglaise, s'écrit aussi Datchani (*) (ถวัลย์ ดัชนี) à la Française. La première orthographe et prononciation l'ont emporté sur les secondes qui pourtant sont plus proches de la phonétique Thaïlandaise.

 

 

     

 

 

                Le hall d'entrée des salles consacrées à Thawan Duchanee.

 

Photo 1 : Détail de la sculpture du panneau en bois de gauche.

Photo 2 : Le Hall d'entrée.

Photo 3 : Détail de la sculpture du panneau en bois de droite.

Photo 4 : Le panneau de droite en son entier.

 

 

Ce serait faire injure à Thawan Duchanee (ถวัลย์ ดัชนี) que de le présenter, car c'est incontestablement l'artiste thaïlandais, et par voie de conséquence du Lanna puisqu'il est originaire et installé à Chiang-Raï, le plus connu au monde.

 

Ne dit-on pas qu'un prince allemand lui aurait remis un chèque en blanc contre la promesse d'une œuvre ; et qu'un Italien aurait agi de même mais … avec une ''Ferrari'', autre pays, autre mœurs ?!...

 

Toujours est-il que Duchanee, avant de connaître cette notoriété mondiale fut, à son retour en Thaïlande et alors qu'il était un tout jeune homme d'une trentaine d'années, la cible des intégristes bouddhiques qui, considérant ses œuvres comme blasphématoires, saccagèrent son atelier et plus !...

 

Ainsi le 7 octobre 1971, 10 de ses grands tableaux, exposés dans le hall du centre des étudiants chrétiens furent lacérés, et réduits en miettes par une cinquantaine d'élèves, quatre vingt selon une autre source,  venus de l'école voisine ''Santirat Bamrung'' (สันติราษฎร์บำรุง) pour ne pas la nommer.

 

Cette action d'une barbarie et d'une violence contraire aux enseignements bouddhiques, aura au moins eu pour conséquence de mettre Thawan Duchanee sous les feux des projecteurs de l'actualité artistique mondiale !... Ce qui fut alors un sacré coup de pub !...

 

     

 

 

                                  Quelques œuvres de Thawan Duchanee.

 

Photo 1 : Une huile et feuille d'or sur toile de 200x150 cm datée de 1992 et restée sans nom.

Photo 2 : Une huile et feuille d'or sur toile de 200x150 cm datée de 1992 et restée, elle aussi, sans nom.

Photo 3 : Une huile et feuille d'or sur toile de 400x200 cm non datée et non nommée.

Photo 4 : Une huile et feuille d'or sur toile de 400x200 cm non datée et non nommée.

 

 

Il est vrai que la force et l'énergie sans précédant avec les quelles Duchanee renversa cul par-dessus tête les concepts picturaux de l'époque, issus d'une tradition aseptisée et satisfaite d'elle-même, fut un véritable séisme.

 

Mais comment traiter la haine, la cupidité, la violence et la convoitise pour ne citer que ces travers humains au moyen d'un art traditionnel à l'eau de rose ?... . Duchanee lui, a pris le taureau par les cornes, et avec une assurance, une force et une puissance sans précédent il a créé de nouveaux concepts au service du bouddhisme et non contre le bouddhisme.

 

Le ''mal'' n'est plus suggéré, mais matérialisé et balancé sur la place publique sans la moindre pudibonderie et, en mettant le doigt là où cela fait mal.

 

   

 

 

                            Quelques œuvres de Thawan Duchanee (suite).

 

Photo 1 : ''La force terrestre'' (ชุดพลังแผ่นดิน) une huile et feuille d'or sur toile de 200x150 cm non datée et non nommée.

Photo 2 : Une huile et feuille d'or sur toile de 200x400 cm non datée et non nommée.

Photo 3 : Une huile et feuille d'or sur toile de 200x150 cm non datée et non nommée. (Série appelée généralement ''la face de la terre''.)

 

 

Thawan Duchanee fut un élève de Corrado Feroci de 1958 à 1962. (*) C'est ce même Feroci qui lui a obtenu une bourse pour Amsterdam.

Thawan Duchanee est né le 27 septembre 1939, a été consacré ''artiste national'' en 2001, et est aujourd'hui en 2012 âgé de 73 ans.

 

C'est lui qui a Chiang-Raï a créé la maison noire ou Ban Dam (บ้าน ดำ), un espace d'art folklorique (aux deux sens du terme) très particulier.

 

Pendant plus de 35 ans, sur une quinzaine d'hectares il a construit diverses maisons noires dans lesquelles sont exposés des objets, de valeurs ou non, du monde entier mais plus particulièrement d'Asie du Sud-est.

Dans la plus grande de ces bâtisses il y présente des toiles de ses confrères. Alors si vous passez par Chiang-Raï !....

 

(*) Corrado Feroci décéda en 1962, mais Duchanee en cycle d'études ne quitta l'université Silpakorn qu'en 1963.

 

 

   

 

 

                       Quelques œuvres de Thawan Duchanee (suite et fin).

 

Photo 1 : (Aucun détail)  

Photo 2 : ''Trinité'' Une huile et feuille d'or sur toile de 200x400 cm de 2004.

Photo 3 : Une huile et feuille d'or sur toile de 200x150 cm non datée et non nommée.

 

 

 

Il est a noter que dans la dernière salle ''s'entassent'' un peu pêle-mêle de nombreuses toiles d'artistes de renom, pour la plupart aujourd'hui disparus, comme Angkarn Kalayanapongsa (อังคาร กัลป์ยาณพงศ์) (1926-2012) – Sawasdi Tantisuk (สวัสดิ์ ตันติสุข) (1925-2009) – Uab Sanasen (อวบ สาณะเสน) (1935-2010) – kid Kosalwat (คิด โกศัลวัฒน์) (1917-1988) – Nopparat Livisiddhi (นพรัตน์ ลิวิสิทธิ์) (1932-) et … parmi ceux qui n'ont pas été nommés …Anand Panin (อนันต์ ปาณินท์) (1938-) celui qui peignit en 1958 la toile intitulée ''Lady'' qui fut la première acquisition de Boonchai Bencharongkul.

 

   

 

 

Photo 1 : ''Aller à cheval'' (ขี่ม้า) une huile sur toile de Chalerm Nakhiraks (Chalœ̄m Nākhīrak) (เฉลิม นาคีรักษ์) (1917)            

Photo 2 : ''Lady'' une huile sur toile réalisée en 1958 par Anand Panin (อนันต์ ปาณินท์) (1938-)

Photo 3 : Une huile sur toile pour laquelle je n'ai pas retrouvé mes notes. Alors si vous passez par le Moka, merci de me communiquer le nom de l'artiste.

 

 

L'espace angulaire du 4ème niveau ou troisième étage :

 

Cet espace est en quelque sorte le ''clou'' du musée et fut vraisemblablement, à un moment donné le ''joujou'' de Boonchai Bencharongkul qui en bon bouddhiste a voulu se faire le porte parole de son maître spirituel.

 

L'initiation commence à l'entrée d'un œuf, tout un symbole !... elle se poursuit au travers d'un couloir obscur où apparaissent différentes étoiles et … la voie lactée. Ce qui crée une atmosphère propice à la réflexion.

 

A la sortie de cette … mise en condition, trop brève à mon avis, le visiteur se trouve en face de trois gigantesques toiles de 700x300 cm chacune.

 

Il s'agit des trois royaumes !...

 

 


Toile n° 1: ''Le Ciel'' de Sompop Buddharat (สมภพ บุตรราช)

Toile n° 2: ''La terre'' de Panya Vijitthanasarn (ปัญญา วิจินธนสาร) (*)

Toile n° 3: ''L'enfer'' de Prateep Kochabua (ประทีป คชบัว).

 

 

 

(*) Avec la terre, Panya Vijitthanasarn a représenté les différents stades par où chaque être doit passer, en partant de la bestialité, pour atteindre la grande délivrance ou, plus précisément, le nirvana.

 

                           

 

Sur la gauche, entre la troisième et quatrième ''espèce de côte'', on reconnaît Maryline Monroe et Elvis Presley qui, entre nous soi dit, ont encore bien des renaissances à accomplir pour atteindre le sommet. Mao et ses adeptes, quant à eux, sont encore une ''côte'' plus basse, sur la droite ?!....

 

 

 

Le 5ème niveau ou 4ème étage :

 

Ces salles sont consacrées à des artistes de nationalité étrangères. De ce fait, je me garderai d'en parler car ce n'est plus mon sujet. Il n'y a pas de peintre du Lanna.

 

Néanmoins sachez qu'il y a de très belles œuvres. Il vous suffit, pour vous en convaincre, de jeter un œil sur les trois dernières photos qui suivent !...

 

   

 

 

Photo n° 1 : ''La Madone et son enfant'' une huile sur toile de 60x50 cm d'Olga Polunin (Une artiste de Singapour).

Photo n° 2 : ''Home to '' une huile sur toile de 200x300 cm signée Luigi Rincicotti (Un peintre Italien né en 1941)

Photo n° 3 : Une laque sur tableau de 70x50 cm de La Thi Dung (Une artiste Vietnamienne.)

 

 

 

En conclusion :

 

Ce musée est loin de présenter un panel complet concernant l'art contemporain thaïlandais tant les artistes sont nombreux. D'ailleurs ce n'était pas l'intention au départ et, s'il fallait seulement présenter une œuvre de chacun d'eux, le musée ne suffirait pas, d'autant que, déjà, les œuvres exposées ne représenteraient que 30% de la collection personnelle de Boonchai Bencharongkul (บุญชัย เบญจรงคกุล) ?!...

 

Personnellement j'ai un faible pour les œuvres d'Anupong Chantorn  (อนุพงษ์ จันทร์) un homme d'une trentaine d'année qui fit scandale en 2007 avec sa toile ''Bhikkus aux airs de corbeaux'' (ภิกษุส้นดานกา) et qui, sauf erreur de ma part, n'a aucune toile dans cet espace, mais on ne peut pas tout avoir !... Peut-être qu'avec le temps ?!...

 

Une remarque quand même, il est dommage que le maître d'œuvre de ce musée, qui a tout pour compter parmi les grands musées d'art contemporain, ne se soit pas soucié de la bonne rédaction des plaquettes de présentation apposées auprès de chacune des œuvres.

 

Non seulement certains mots anglais sont mal orthographiés mais il en va de même, ce qui est un comble, avec les noms propres de certains artistes Thaïlandais, tant écrit avec des caractères romains que thaïs ?!...

 

Ces remarques étant écrites je ne peux que vous encourager à aller y faire un tour. Cela en vaut la peine … non ?!....

 

 

Les photos sont de Monsieur Louis Chu et de Jean de la Mainate.

 

 

Si vous voulez jeter un dernier œil sur le musée …

Sites du MOCA : www.mocabangkok.comhttp

www.mocabangkok.com/museum/web/th/museum_tour.htm


 



01/11/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres