MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

AMHERSTIA NOBILIS Wall. 1829 (L’)

AMHERSTIA NOBILIS Wall. 1829 (L')

   

     

 

 

                Les premières illustrations de l'amherstia nobilis Wall.

 

Photo 1 : Planche 1 du 1er volume de ''Plantae Asiaticae Rariores'' de Nathaniel Wallich (1786-1854) paru en 1832.

 

Photo 2 : Une illustration  de la ''Pride of Burma'' extraite de l'ouvrage ''Fleurs fruits et feuillages choisis de l'île de Java'', peinte par l'artiste néerlandaise Madame Berthe Houla Van Nooten (1817-1892) et édité à Bruxelles par Emile Tardier.

 

Photo 3 : Planche 2 du 1er volume de ''Plantae Asiaticae Rariores'' de Nathaniel Wallich (1786-1854) paru en 1832.

 

 

L'amherstia nobilis porte aussi les noms communs suivants :

 

L'arbre du paradis (Tree of Heaven)

L'arbre orchidée (Orchid Tree) (*) 

Fierté de la Birmanie (Pride of Burma)

Queen of flowering trees (La reine des arbres en fleur)

 

Au Lanna : Sok-raya (โสกระย้า), sok-sapane (โสกสะปัน), sok-sam-souk (โสกส้มสุข), Asok-kra-ya (อโศกระย้า).

 

Au Japon : Yohraku-boku

 

Et en Birmanie où il est endémique cet arbre est appelé : Toha - Thoka

 

 

(*) L'arbre orchidée ou orchid tree, est aussi et surtout un nom utilisé pour désigner le ''bauhinia variegata'' ou ''bauhinia purpurea''. Or le seul point commun de ces deux arbres, l'Amherstia et le Bauhinia, c'est d'avoir une fleur qui fait penser à une fleur d'orchidée ?!... Il ne faut donc pas les confondre !

 

 

 

Nom botanique au cours des siècles :

 

AMHERSTIA NOBILIS Wall. 1829

 

Fait relativement rare, cet arbre n'a pas de synonyme. Il a été découvert et décrit en 1829 par le chirurgien-botaniste Nathaniel Wallich (1786-1854) et personne d'autre ne l'a décrit sous un autre nom.

 

Cependant certains donnent …

 

-      Amherstia nobilis

-      Amherstia nobilis W. Wall

-      Amherstia nobilis Wall

 

… des noms qui reviennent au même !...

 

   

 

 

                Dernières illustrations de l'amherstia nobilis Wall

 

Photo 1 : Une illustration concernant l'Amherstia nobilis extraite du 3ème volume de ''Natürliche Pflanzenfamilien'' de Paul Hermann Wilhelm Taubert (1862-1897) paru vers 1891.

 

Photo 2 : Une photo de la fleur de l'Amherstia nobilis prise à Chiang-Maï au Wat Chédi Luang, tout de suite à gauche en entrant par l'entrée principale.

 

Photo 3 : Une illustration de la fleur de l'Amherstia nobilis … sans plus de détail !...

 

 

Signification du nom :

 

Le genre :

 

Amherstia est la latinisation du nom propre Amherst ; une latinisation en hommage à la 1ère femme et à la fille de William Pitt comte Amherst d'Arracan (1773-1857) qui toutes les deux portèrent le prénom de Sarah.

 

William Pitt Amherst est un anglais qui fit carrière dans la politique, pour autant qu'on puisse qualifier de carrière ses deux missions. Jugez-en plutôt.

 

C'est en 1816 qu'il s'embarque pour la première fois vers l'extrême orient en tant qu'ambassadeur extraordinaire. Il a pour impératif de rencontrer l'empereur de Chine, Jiaqing (嘉慶) (1796-1820), afin d'améliorer les relations commerciales entre les deux pays.

 

Mais, dès son arrivée en Chine, au port de Pei Ho, il apprend que l'empereur ne lui accordera une audience qu'à la condition de se soumettre aux salutations d'usage ; c'est-à-dire à s'abaisser devant l'empereur comme si le roi d'Angleterre, George III (1738-1760-1820) était son vassal.

 

Comme son compatriote Lord George Macartney (1737-1806), le 14 septembre 1793 à la tête d'une semblable mission, William Amherst refuse.

 

Cette suite de refus de révérences ne sera pas sans ''justifier'' dans les années à venir, la 1ère guerre de l'opium (1839-1842) !... Lorsque la diplomatie ne conduit à rien, les armes la remplacent sans état d'âme !... surtout à l'époque.

 

Pour comble de malheur, sur la route du retour son navire, ''l'Alceste'', fait naufrage ; ce … ''changement de programme'' lui donnera l'occasion de faire halte à Ste Hélène et de rencontrer à plusieurs reprises … Napoléon Bonaparte retenu prisonnier … à quelque chose malheur est bon ?!...

 

       

 

 

Photo 1 : L'empereur de Chine, Jiaqing (嘉慶) (1796-1820)

 

Photo 2 : Le roi d'Angleterre, George III (1738-1760-1820) Une huile sur toile de Benjamin West (1738-1820). (Musée des Beaux-arts de Cleveland.)

 

Photo 3 : L'ambassadeur extraordinaire William Pitt Amherst  (1773-1857).

 

Photo 4 : L'empereur Napoléon Bonaparte (1769-1804-1815-1821) Une huile sur toile de 223 x 143 de François Pascal Simon Gérard, dit Baron Gérard (1770-1837). (Musée du château de Versailles.)

 

 

De retour en Angleterre, en août 1817, il se voit confier la charge de Gouverneur général des Indes Orientales dont la résidence était à Calcutta. Il prendra ses fonctions en août 1823 avec à ses côtés sa femme Sarah (1762-1838) et sa fille Sarah Elisabeth (1801-1876) l'aînée de ses quatre enfants.

 

William Amherst est un homme sans expérience, alors ses officiers vont le manœuvrer. Ainsi sous prétexte d'un incident de frontière sur la rive de la ''Naaf'' le 24 septembre 1823, la première guerre anglo-birmane va s'engager (1824-1826). A la fin des combats l'Angleterre rajoute à sa couronne deux provinces birmanes, l'Arakan et le Tenasserim qui, de ce fait, entrent dans le giron des Indes orientales !... petit détail important, comme nous le verrons, pour notre arbre

 

Ce coup d'éclat vaut à William Amherst de recevoir tout aussitôt  le titre de premier comte Amherst d'Arracan (*).

 

Il sera mis fin à ses fonctions de Gouverneur en 1928, alors cette même année il rentrera définitivement en Angleterre avec sa famille.

 

 

De 1823 à 1828, Sarah Amherst (**) et sa fille Sarah sont loin de rester inactives. Elles vont parcourir à plusieurs reprises les pentes de l'Himalaya et constituer au fils des jours une remarquable et très riche collection botanique qu'elles vont rapporter en Angleterre.

 

C'est aussi durant cette période qu'elles vont rencontrer, et se lier ( ?…) avec le chirurgien-botaniste Nathaniel Wallich (1786-1854). Ce dernier  est alors surintendant du jardin botanique de Calcutta depuis 1815. Il quittera ses fonctions en 1846 pour des raisons de santé.

 

De retour en Angleterre Sarah Elisabeth Amherst a fait une carrière d'artiste graphique. Alors – peut-être – que ces deux femmes accompagnèrent Wallich dans ses expéditions et que Sarah Elisabeth a mis ses talents de dessinatrice ou d'illustratrice au service de Nathaniel Wallich ?... qui sait ?... (Ce n'est qu'une suggestion que je n'ai pas pu vérifier.) 

 

En tout cas, un an après le départ des deux femmes, en 1829, Nathaniel Wallich leur dédira le genre … ''Amherstia'' pour les honorer et remercier d'avoir contribué au développement de la botanique.

 

 

Si depuis cette époque le genre ''Amherstia'' est passé à la postérité, par contre la ville d'Amherst-Town créée près de l'embouchure de la Salouen, l'un des grands fleuves birmans qui se jette dans le golfe de Martaban, est tombée elle … dans l'oubli, car les birmans l'ont rebaptisée ''Kyaikkami'' !...

 

 

(*) L'Arakan et le titre ''Arracan'' se rapportent bien à la même région, seule l'orthographe diffère !... (Il y a d'ailleurs d'autres orthographes !...)

 

(**) Sarah Amherst, (1762-1838) née Sarah Archer, fut aussi Sarah Hickman comtesse douairière de Plymouth à la suite d'un premier mariage. Elle épousera, en deuxième noce suite au décès de son mari, leur ami commun William Amherst le 24 juillet 1800. A la mort de cette dernière, William Amherst prendra lui aussi une deuxième épouse en la personne de Mary Sackville (1792-1864) la fille du 3ème duc de Dorset. Ce second mariage eut lieu le 25 mai 1839.

 

  

     

 

 

Photo 1 : Un portrait de Sarah Hickman comtesse de Plymouth qui deviendra Sarah Amherst comtesse d'Arracan. Ce portrait est de Sir Thomas Lawrence (1769-1830) et appartient à la collection du collège Amherst.

 

Photo 2 : Les Indes orientales.

En rouge les deux provinces rattachées à la couronne anglaise : L'Arakan qui est aujourd'hui l'état Rakhine et le Tenasserim, qui fut un temps très court Siamois. Il porte aujourd'hui le nom de Tanintharyi.

Les Indes orientales et la Birmanie font donc … deux, et non en 1830 une seule et même colonie. Alors c'est en Birmanie que l'Amherstia nobilis fut découvert et non en Inde. Et, peut-être est-il aussi endémique du Lanna qui se trouve tout à côté ?!....

En tous cas on trouve maintenant l'Amherstia nobilis dans nombre de pays du Sud-est Asiatique mais très rarement à l'état … sauvage. Il est le plus souvent ''cultivé'.  

Les régions cerclées en vert sont celles qui ont été visitées par Nathaniel Wallich et peut-être ?... par les Sarah Amherst ?!...

 

Nota bene : La ville de Serampore qui, là encore s'écrit sous différentes orthographes, se situe à environ 25 kilomètres au nord de Calcutta devenue … Kolkata.

 

Photo 3 : une œuvre de Sarah Elisabeth Amherst : La façade de la maison du gouvernement de Calcutta et une partie de son jardin.

 

 

L'espèce :

 

Nobilis, est un mot latin qui après moult transformations vient du grec ''γνωρίζω'' (gnorizo) qui signifie apprendre à connaître, faire savoir. De ce mot découlent ''gnose'' (la connaissance) ''gnarus'' (qui sait) et, ''ignarus'' (qui ne sait pas), dont la parenté avec notre mot ''ignorant'' est incontestable.

 

A certains mots latins qui ont découlé de ce mot grec, comme ''Notum'' (connu) et ''nobilis'' (qui sait) en plus de l'idée d'avoir la connaissance s'est surajoutée celle de détenir le pouvoir. Car le fait d'avoir la connaissance donne un pouvoir par rapport à celui qui ne sait pas.

 

Alors tout naturellement celui qui détient la connaissance et le pouvoir dans un domaine donné acquiert de la renommée, de la notoriété, (encore un terme qui vient du mot grec)  voire la célébrité.

 

Le nom ''Nobilis'' signifie tout cela en même temps.

 

D'ailleurs l'arbre dont il est question dans cette chronique est un arbre unique au point que son genre ''Amherstia'' est unique et que son espèce ''Nobilis'' est elle aussi … unique ?!... fait rare en botanique.

 

L'abréviation Wall. :

 

Wall. est l'abréviation botanique de Nathaniel Wallich (1786-1854).

 

Nathaniel Wallich, de son vrai nom Nathaniel Wolff Wallich, ou encore Nathan ben Wulff, était le fils d'un commerçant allemand d'origine juive.

 

Il est né à Copenhague où il a suivi jusqu'en 1806 des études de chirurgien et de botaniste.   

 

Dès 1807, à l'âge de 21 ans, il s'embarque pour l'Inde, où il a été nommé comme chirurgien à Serampore au Bengale, où résidait une colonie danoise.

 

 

A cette époque, en Europe l'Angleterre a maille à partir avec Napoléon. Alors, entre autres mesures sous prétexte de garantir ses arrières, elle somme le roi du Danemark, Frédéric VI (1768-1808-1839) de lui remettre sa flotte en gage de neutralité. Ce que ce dernier refuse, et à juste droit.

 

En représailles Londres bombarde Copenhague qui capitule le 7 septembre 1808 et remet aux anglais sa flotte, contrainte et forcée. Mais au lieu d'opter pour la neutralité, les danois vont signer un traité d'alliance avec la France le 13 Octobre de la même année !...

 

Pour les raisons qui précèdent, en Inde les anglais s'en prennent aux Danois et emprisonne Nathaniel Wallich.

 

Mais la botanique n'a pas de frontière. En 1809, Nathaniel Wallich, alors ''prisonnier de guerre'' est appelé à seconder le médecin botaniste écossais William Roxburgh (1759-1815) à la demande de ce dernier. William Roxburgh est alors directeur du jardin botanique de Calcutta.

 

Nathaniel Wallich accepte ce qui va le conduire à diriger des expéditions botaniques au Népal, en Hindoustan, en Birmanie et … à devenir un proche collaborateur de William Roxburgh.

 

Pour des raisons politiques faciles à comprendre, l'écossais Francis Buchanon-Hamilton (1762-1829) prendra la succession de William Roxburgh en 1814.  Mais pour des raisons de santé ce dernier devra mettre fin à ses fonctions dès l'année suivante. C'est-à-dire en 1815 année de la défaite de Waterloo, le 18 juin 1815 très exactement.

 

Avec l'élimination de Napoléon la paix est censée revenir en Europe, vraisemblablement de ce fait, Nathaniel Wallich est alors nommé surintendant du jardin botanique de Calcutta. Il y restera jusqu'en 1846. Cette même année, s'installant en Angleterre, il deviendra vice-président de la Société Linnéenne.

 

C'est en 1829 que Nathaniel Wallich découvre et nomme l'Amherstia en hommage à Sarah comtesse Amherst d'Arracan  et sa fille … Sarah Elisabeth. (*)

 

On doit à ce médecin botaniste un superbe herbier qui se trouve aujourd'hui au jardin botanique royal d'Angleterre, le Kew Herbarium et, un ouvrage où il répertorie plus de 20.000 espèces, en donnant nombre de détails sans oublier, pour chacune d'elle, le nom du botaniste qui en fit la description.

 

Avec William Carey (**) (1761-1834) dès 1820 il collabore à la publication de ''Tentamen Florae Népalensis illustratae'' ; deux volumes que William Roxburgh (1759-1815) n'avait pu publier de son vivant. Le 1er sortira en 1824 et le second, que Nathaniel Wallich enrichira de nombreux commentaires et descriptions en 1826. En 1832 il signera et publiera ''Plantae Asiaticae Rariores'' une œuvre personnelle en trois volumes où il décrit … ''l'amherstia nobilis'' dans son premier volume, et dès la première page.

 

Ses pairs lui rendront hommage en latinisant son nom pour lui dédier quelques espèces comme la ''Wallichiana'' ou encore la ''Wallichii''.

 

 

(*) Une espèce d'oiseaux de la famille des ''Phasiannidae'' leur est aussi dédiée, le ''Chrysolophus amherstiae '' ou … ''le faisant de Lady Amherst''.

(**) William Carey, était un missionnaire baptiste venu vivre à Serampore au Bengale pour évangéliser les populations. Il rendra son dernier souffle dans cette ville.

 

 

     

 

 

Photo 1 : Le médecin botaniste écossais William Roxburgh (1759-1815), une gravure de Charles Turner Warren (1767-1823).

 

Photo 2 : Le médecin botanique Nathaniel Wallich (1786-1854) une lithographie de Thomas Herbert Maguire (1821-1895) réalisée vers 1854 d'après un portrait de Sir Daniel Macnee (1806-1882).

 

Photo 3 : Une gravure de William Carey (1761-1834) … par lui-même !...

 

Nota : La capacité de travail et le savoir, tant intellectuel que manuel, de ces hommes sont remarquables. Ainsi le pasteur William Carey, qui fut d'abord cordonnier, tout en exerçant son ministère fut, entre autres choses, un passionné de botanique ; ce qui le conduisit, tout en traduisant la bible en 44 langues à classer les notes de William Roxburgh, et à les faire éditer !... (Tentamen Florae Népalensis illustratae en 2 volumes). Il fut aussi un maître graveur !.... et vraisemblablement un excellent dessinateur ou … illustrateur ?!...

Cette personne et ses semblables me laissent admiratif !... pas vous ?...

 

 

La classification de l'amherstia nobilis Wall.

 

L'amherstia nobilis est une plante dicotylédone, c'est-à-dire dont la graine, qui se développe à l'intérieur d'un fruit, donne naissance à deux feuilles primordiales.

 

Cet arbre appartient à la famille des fabacées (Fabaceae) (*) ou légumineuses (leguminoseae) ou encore des papilionacées (Papilionaceae.) (**). Une famille qui comptait plus de dix neuf mille espèces et 700 genres (Lewis 2005) se répartissant en trois sous-familles dans l'ancienne classification, celle de Linné .

 

L'une de ces sous-familles, celle des caesalpiniaceae ou caesalpiniacées, répertorie deux mille espèces dont l'amherstia nobilis.

 

Cette sous-famille figure dans la classification de Cronquist datant de 1981 (Une autre classification) mais, elle a été associée à la sous-famille des caelpinoïdéae de la famille des fabaceae dans la classification phylogénétique APG III.

 

Cette classification APG III a été très largement adoptée vers les années 1960. Elle tient compte elle, des degrés de parenté entre les plantes dans le cadre de leur évolution.

 

La botanique est une science vivante qui de ce fait est en perpétuelle évolution, alors les classements s'affinent mais … donnent du fils à retordre aux néophytes comme moi !....

 

Pour en finir avec cette sous-famille, cette dernière se subdivise en tribus dont celle des ''detarieae'' (***) qui compte pas moins de 84 genres sur les 156 de la tribu, dont 53 dont d'origine africaine. L'amherstia, et le tamarin (Tamarindus indica) seraient les deux espèces les plus remarquables de cette tribu ?!...  

 

 

(*) Le nom de ''fabacée'' ou ''fabaceae '' vient du latin ''faba'' qui signifie ''fève'', et concerne les plantes dont le fruit se présente sous forme de gousses contenant des graines.

(**) Le nom de ''papilionacées'' ou ''papilionaceae a été donné aux plantes dont la fleur fait penser à un papillon.

(***) Le nom de ''detarieae'' créé par Augustin Pyrame de Candolle (1778-1841) en 1825 a été associé, quelque temps plus tard, à celui de … ''amherstieae'' avec qui il a cohabité un certain temps et qui comptait alors 20 genres; au départ detariaeae a commencé par remplacer le nom de ''cynometreae'' donné par George Bentham (1800-1884) qui est aussi le créateur du nom des ''amhersatiées''.

 

 

Description de l'amherstia nobilis Wall.

 

     

 

 

Photo 1 : L'arbre se trouve dans le jardin de l'Hôtel Shangri-La (โรรงแมแชงกรีลา), tout près de la piscine. (Chiang-Maï)

 

Photo 2 & 3 : L'arbre s'élève tout à côté du viharn du Wat Chédi Luang (วัดเจดย์หลวง), juste après le sanctuaire du pilier de la ville, à gauche en entrant par l'entrée principale. (Chiang-Maï).

 

……….. Pour les voir en fleurs c'est courant février !.....

 

 

Le tronc de l'amherstia nobilis Wall.

L'amherstia est un arbre qui mesure entre 10/12 mètres, dont l'écorce fait penser, au touché, à du très gros papier de verre.

 

Elle est de couleur grisâtre avec de nombreuses petites tâches de couleur rouille

 

     

 

La feuille de l'amherstia nobilis Wall. de forme oblongue est à sa base pétiolée sur à peine un centimètre et, à son sommet cuspidée, c'est-à-dire se terminant par une pointe de deux ou trois centimètres.

 

Les plus grandes mesurent une vingtaine de centimètres de long sur 4 ou 5 de large. Certains observateurs écrivent 15 à 30 centimètres de long ?!...

 

       

 

Elles sont glabres et d'un beau vert sur leur dessus, bien nervurées, et légèrement blanchâtres et pubescentes sous leur dessous.

 

Elles sont aussi opposées, et ces paires de feuilles, à raison de 8 à 12 paires constituent des pennes dont l'extrémité se termine par deux feuilles, et non une feuille dite impaire.

 

       

 

La fleur de l'amherstia nobilis Wall. se présente sous la forme d'une inflorescence, genre de grappe florale pendante, de couleur rouge. Tout au long d'un rameau qui se termine par une ou plusieurs fleurs, prennent naissance d'autres fleurs, entre 30 et 50 environ. Il est rare qu'elles fleurissent toutes en même temps.

 

       

 

Ces fleurs se développent sous la forme d'un long tube de 5 ou 6 centimètres dont l'extrémité se termine par un bouton floral que semblent protéger deux feuilles.

 

Du cœur de ces deux feuilles un nouveau segment végétal va pousser et ces dernières vont rester en place en formant avec la tige un angle presque droit.

 

Ce nouveau tube, le calice de notre fleur, va se terminer par quatre lobes. C'est donc un calice aux sépales soudés entre eux.

 

   

 

La fleur proprement dite développe cinq pétales inégaux qui la font ressembler à quelques spécimens d'orchidées d'ou le nom de l'arbre : ''l'arbre orchidée ''.

 

Les deux pétales inférieurs, les plus petits et très rudimentaires se terminent en pointe, (pétales subulés), les deux latéraux, de forme cunéiforme, s'enroulent sur eux-mêmes, quant au supérieur, appelé l'étendard, c'est un pétale imposant, relevé, qui ressemble à un cœur inversé et s'agrémente à son sommet d'une touche de couleur jaune.

 

Du cœur de la fleur jaillissent une dizaine d'étamines (organe mâle) dites ''diadelphes'', parce qu'elles se répartissent en deux groupes. Neuf d'entre elles sont soudées en gaine, et la dixième est libre. Parmi les neuf, il y en aura 5 grandes et 4 petites.

 

Toutes sont fertiles et supportent une anthère (sac à pollen) biloculaire, déhiscente par deux fentes longitudinales.

 

L'ovaire est porté par un support en forme de faux relié au tube du calice.

 

Enfin j'ajouterai que la fleur n'a pas d'odeur !...

 

     

 

Le fruit de l'amherstia nobilis Wall. a la forme d'une gousse extra plate allongée de couleur rouge. Il est plus large à son extrémité inférieure et légèrement arqué. Sa longueur varie entre cinq et dix centimètres et sa largeur entre deux et quatre centimètres.

 

C'est un fruit bivalve qui s'ouvre à maturité pour libérer ses graines.

 

       

 

La graine de l'amherstia nobilis Wall. contenue dans la gousse varie en nombre d'un contenant à l'autre, cinq ou six, voire plus voire moins.

 

C'est une graine de couleur marron, de forme quelque peu oblongue et aplatie.

 

Elle est exalbuminée c'est-à-dire sans réserve nutritive (Sans albumen). Son tégument ne contient qu'un embryon charnu.

 

     

 

En conclusion :

 

L'arbre est donc originaire de Birmanie, et non de l'Inde ; tout du moins c'est en Birmanie que le premier spécimen a été décrit, et non en Inde. Si d'anciens auteurs lui donnent une origine indienne c'est à cause de l'intégration de la Birmanie dans l'empire des Indes Britanniques. (Voir plus haut le 1er conflit anglo-birman.)

 

En fait l'arbre a été découvert dans les environs de la ville de Martaban, (*) aujourd'hui Mottama. Compte tenu de cette situation géographique il n'est pas improbable qu'il soit endémique de la Birmanie de l'est voire … peut-être ? … du Lanna ?...

 

Chiang-Maï en possède plusieurs spécimens, et le Lanna sans doute, mais c'est un arbre assez rare. Il faut le chercher pour le trouver sauf quand il est en fleurs !... Car ses fleurs ne laissent pas indifférent et attire l'œil systématiquement.

 

 

(*) Sur la carte de cette chronique la Ville de Martaban se situe sur le ''O'' de Rangoun. A noter qu'à cette époque la région n'était pas encore sous la botte Anglaise mais elle y tombera quelques années plus tard.

 

Nota bene : Dans son livre ''Ceylan'' (Sri Lanka) paru en 1898, en décrivant le parc de Peradenia, Edmond Cotteau (1833-1896) écrit ''l'incomparable amherstia nobilis de Penang'' ( ?) L'île de Penang serait-elle endémique de l'amherstia nobilis ?...

 

 

        


11/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres