MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

CHARGES AU PAS DE CHARGE (DES)

DES CHARGES AU PAS DE CHARGE

 

 

 

 

Au train où vont les choses, ce ne sont plus des chroniques que je vais écrire sur les prouesses mathématiques de ma charmante représentante du syndic, mais une véritable saga.

 

Car de jour en jour je découvre combien son art de la classification et du calcul vont bien au-delà de ce que je pouvais imaginer !...

 

J'en veux pour preuves mes deux derniers paiements de charges avec elles.

 

Le premier concernait un réajustement de fourniture d'énergie, et le second un paiement anticipé pour ne pas partir en voyage en laissant des dettes au condo ; et peut-être aussi avec l'espoir de ne pas trouver à mon retour une facture restée coincée durant un mois contre ma porte ?!...

 

 

Son employeur, donc mon syndic, lors de la dernière assemblée générale avait convaincu les copropriétaires de ne plus passer par son intermédiaire pour s'approvisionner en courant électrique, mais de s'abonner directement à la compagnie nationale. Car c'était alors la copropriété qui achetait cette énergie et nous la revendait … six fois plus chère.

 

Bien évidemment la différence de prix entrait dans la caisse commune et couvrait une partie des charges de fonctionnement du condominium.

 

Hélas, le syndic est toujours à court d'argent !...



 

Alors pour obtenir une nouvelle et sérieuse augmentation du prix du mètre cube d'eau, il avait eu l'idée ''géniale'' de lâcher d'une main six bahts pour en reprendre cent de l'autre ; les mètres cubes d'eau faisant rentrer plus de bahts dans la caisse que les kilowattheures d'électricité !...


Comme personne ne fit le calcul du coût de cette opération, et que sur le champ tous les copropriétaires furent persuadés de gagner quelques misérables bahts, son marché de dupes fut accepté et adopté à l'unanimité des présents … dont je ne faisais pas partie, étant alors en France.

 

 

Au Lanna, quand il s'agit de piéger les gens, plus la corde est grosse et plus ils se précipitent dans la nasse les yeux fermés.

 

En effet, ils n'ont pas la moindre once d'esprit critique, sont incapables de calculer un pourcentage, et ne voient jamais plus loin que le bout de leur nez.

 

Alors ils gobent tout et n'importe quoi … surtout lorsqu'ils sont persuadés de gagner un baht … dans l'immédiat.

 

 

Cette fois, le syndic lui-même s'est pris à son propre piège car il a perdu une cartouche pour son prochain tir !...

 

Alors j'attends avec curiosité sa grosse ficelle à venir pour augmenter ses ressources ; car ici plus qu'ailleurs personne ne pense que pour équilibrer un budget il suffit de faire des économies plutôt que d'augmenter les charges.

 

 

 

Bref, après avoir couru à droite et à gauche, déboursé la modique somme de 3.600 bahts de raccordement, ce qui allait me demander près de six mois de consommation pour rentrer dans mes frais, je m'étais retrouvé avec un rappel d'électricité de soixante bahts d'une part et de dix-huit bahts de l'autre, soit en tout et pour tout … 1 euro 50.

 

 

Mon reçu pour les dix-huit bahts ne posa aucun problème. Par contre celui pour les soixante bahts ne se fit pas sans peine !...


J'eus d'abord en main un reçu de quarante-huit bahts.

 

Comme je fis remarquer à ma charmante représentante du syndic que la somme n'y était pas tout à fait, elle éclata de rire, barbouilla de traits de stylo mon reçu et se remit à en taper un autre qu'elle me tendit triomphalement … cinq bonnes minutes plus tard.

 

Cette fois, mon reçu se montait à six bahts !...

 

Quelque chose me disait que la dizaine avait dû s'égarer dans les méandres de l'informatique.

 

Alors, pour la retrouver, ma charmante interlocutrice se remit à la tâche. Et après un laborieux démarrage de l'imprimante, qui me fit penser un long instant que je n'allais pas avoir de reçu ce jour là, elle me tendit le résultat de sa troisième intervention.

 

Le montant de ce reçu fut alors de six bahts !...

 

Comme je l'interrogeai du regard avec un léger sourire en coin, comme pour lui demander si elle ne se moquait pas de moi, l'œil pétillant de malice elle me redonna les deux premiers reçus.

 

Cette fois elle me stupéfia. Car en additionnant les trois reçus j'obtenais la somme de soixante bahts.

 

Elle avait réussi, et sans prendre sa calculette, mais certainement avec l'aide de son ordinateur, à faire un troisième reçu en tenant compte des deux premiers.

 

La façon de faire n'était pas spécialement rapide, et encore moins économique, mais son tour de passe-passe lui valut quelques compliments qui la firent rougir de plaisir.

 

 

Bref, j'avais en main mon deuxième reçu, certes en trois volets, mais un reçu quand même. Et un reçu d'autant plus précieux qu'avec la facture je devais avoir entre les mains pour plus cher de paperasserie que de consommation en électricité !....




Trois jours plus tard je me retrouvai à nouveau dans son bureau, car connaissant l'étendue de son savoir faire j'avais préféré ne pas trop la surmener, comme la fois précédente. Et ce qui allait suivre me prouva que je n'avais pas eu tout à fait tort !...

 

Cette fois il s'agissait de lui régler six mois de charges générales, pour chacun de mes deux lots, et le mois de charges particulières de septembre qui se résumait à ma consommation d'eau.

 

Elle commença par me taper à la perfection, et dans les règles de l'art, un premier reçu concernant les six mois de charges générales à venir de mon premier lot.

 

Et puis, allez savoir pourquoi, lorsque je pris connaissance de mes deux derniers reçus, son humeur primesautière et un tantinet fantasque avait défié une fois de plus ma logique et mon ordre à la mode … farang !...

 

En effet, au lieu d'avoir un reçu pour mes charges générales identique à celui du premier lot, et un autre pour mes charges particulières, elle avait trouvé le moyen de tout mélanger, sans pour autant rien améliorer.

 

Alors j'eus un premier reçu sur lequel figuraient mes trois premiers mois de charges générales à venir, y compris mes charges particulières de septembre ; et un second reçu concernant mes trois derniers mois de charges générales futures !...

 

Comme ses comptes étaient bons, et que sa façon de faire me permettait d'argumenter en cas de futures contestations, je la remerciai tout content d'avoir eu assez rapidement mes deux reçus, et je pris congé.

 

 

Cependant, outre le fait qu'elle avait désorganisé la façon de classer ma comptabilité, je n'ai toujours pas compris sa méthode de travail. Et je n'ai d'ailleurs même pas envie de la comprendre.

 

Mais peut-être n'y a-t-il rien à comprendre ?!...



15/11/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres