MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

DOKMAI GARDEN (Le) – ดอกไม้การ์เดน

DOKMAI GARDEN (Le) – ดอกไม้การ์เดน

 

De Chiang-Maï (เชียงใหม่) ou …

 

                    … Un arboretum qui ne dit pas son nom.

 

   

 

 

                  Les tout premiers clichés du ''dokmai garden''.

 

Photo 1 : Le Parking mis à la disposition des visiteurs.

 

Photo 2 : Le bâtiment ''administratif'' donnant accès au jardin.

 

Photo 3 : L'un des aménagements de la salle d'accueil du public.

 

 

Adresse :

386 Moo 10, Nam Phrae. Hang-Dong – Chiang-Maï 50230

386 หมู 10 น้ำแพร่ - หางดง เชียงใหม่ 50230

 

Téléphone : 08 – 13866244 ou (66) 89.4.339.045

 

 

                  Ouvert tous les jours de 10 heures à 17 heures

           Sauf les Lundis

                    Fermetures exceptionnelles les:

                 1er janvier (Fête de début d'année)

                 13-14-15 avril (Fête de Songkran),

                 31 décembre (fête de fin d'année.)

 

 

 

                            Les tarifs :

          Le ticket pour une visite guidée

    300 baths par personne. (Gratuit pour les enfants)

              La carte de VIP d'un an :

    600 baths entrées illimitées pendant un an.

                 La carte de VIP à vie :

         3000 baths entrées illimitées à vie.

 

Nota bene : Il existe des tarifs de groupes à partir de 10 personnes (Adultes ou Lycéens) Pour en savoir plus composez le 89.4.339.045  

 

 

 

 

Le Lanna, pour qui ne le saurait pas, est un véritable petit paradis terrestre et … à dimension humaine.

 

L'atmosphère y est agréable et la nature qui s'y développe d'une richesse considérable, surprenante et inépuisable.

 

Hélas, comme partout ailleurs, les autochtones ne prêtent pas attention à leur flore environnante, qui pourtant contribue sans relâche à leur bien être quotidien.

 

Alors le touriste qui cherche à connaître le nom de telle ou telle espèce de fleur ou d'arbre en est pour ses frais sauf … exception !...

 

Car il y a toujours une exception qui confirme la règle, surtout en Français !... et j'en ai trouvée une … une exception … et elle est de taille … exceptionnelle !...

 

 

Pour qui voudrait découvrir cette ''exception'' et la véritable identité des arbres qui font le charme et le prestige de la merveilleuse Chiang-Maï il lui suffit de se rendre à une vingtaine de kilomètres de la ville en prenant la direction de Hang Dong. Mais regardez plutôt le plan.

 

 

 

           Le plan pour se rendre au Dokmaï garden (ดอกไม้การ์เดน)

                    (Depuis les portes Sud et Ouest de Chiang-Mai.)

 

Pour plus de précisions sur le parcours, allez à la fin de la chronique, vous y trouverez moult détails pour vous y rendre sans encombre et sans tourner en rond.

 

Si vous ne disposez pas de véhicule, des téléphones de chauffeurs de taxi et de touk-touk vous sont aussi donnés en fin de chronique.

 

 

Là-bas, à quelques pas du Wat Nam Phrae (วัดน้ำแพร่) au beau milieu de la nature, mais comment pouvait-il faire autrement, un dendrophile venu tout droit de Scandinavie a réalisé, en compagnie d'une famille du Lanna, les Seehamongkol (สีหามงคล) une œuvre sylvestre que le créateur lui-même ne saurait renier.

 

Sur quelques 4 hectares soit 40.000 m2, là ou naguère s'élevait une plantation de longaniers (Dimocarpus longan), une ''longaneraie'' pourrait-on dire, et quelques autres arbres fruitiers, cet amoureux des arbres a planté avec ordre et fantaisie, de nombreuses espèces tropicales et subtropicales. Il y en aurait en tout … plus de mille en comptant les arbres, les fleurs et les légumes. Parmi elles il y aurait deux cents espèces d'orchidées.

 

Je ne les ai pas comptées, mais c'est surement vrai.

 

   

 

Dans ce parc, devant chaque individu du règne végétal s'érige un bel écriteau métallique, multilingue et avec un côté design, qui donne les principales informations le concernant.

 

Aucune de ces pancartes ne bat de l'aile, elles sont toutes parfaitement lisibles, contrairement à celles de bien des endroits de la région où elles sont carrément absentes.

 

Mais comme si ces renseignements étaient insuffisants, le maître des lieux vous fait l'honneur de vous guider dans sa propriété du Dokmaï garden (ดอกไม้การ์เดน) et de vous présenter ses différents pensionnaires.

 

 

Du fait de son état de Farang il est plus particulièrement attentif aux visiteurs occidentaux dont il parle quelques langues, alors que sa femme, Ketsanee (เกศนีย์) d'origine Thaïlandaise, reçoit et guide ses compatriotes au travers du Dokmaï garden (ดอกไม้การ์เดน).

 

   

 

 

                      Un florilège de pancartes

 

Photo 1 : Les moindres semis sont ''étiquetés'' en trois langues, anglais, japonais et Thaïlandais.

 

Photo 2 : Quelques bougainvilliers roses et blancs encadrent un bixa orellana, plus communément appelé roucou ou arbre rouge à lèvres. Celui-ci nous donne un aromate et un colorant alimentaire. Le E160b c'est lui. Autrefois le peuple Caraïbe, hélas aujourd'hui éteint, s'en servait pour se peindre le corps.

 

Photo 3 : Les plus petits comme les plus grands ont leur pancarte. La preuve, sur cette photo elle est à l'ombre d'un gigantesque Mangifera caloneura ou manguier sauvage, une des dix-sept espèces endémiques au Sud-est asiatique.

 

 

Cet hôte, soucieux d'accueillir au mieux ses visiteurs, vient tout droit de l'université d'Uppsala près de Stockholm en Suède où il était professeur en physiologie des plantes.

 

Un digne descendant du botaniste Carl Von Linné (1707-1778) en quelque sorte, qui lui aussi était Suédois et fréquenta ''l'universitet d'Uppsala'' ; d'abord dans sa jeunesse, en tant qu'étudiant (1728) et plus tard en tant que titulaire de la chair de médecine (1741) puis de la chair de botanique qu'il occupera jusqu'à la fin de sa vie, c'est-à-dire pendant une trentaine d'années !...   

 

Autant dire que ''l'universitet d'Uppsala'' est un label de qualité en soi. C'est l'une des plus anciennes et des plus grandes universités nord-européennes.

 

Il n'empêche que pour parfaire ses connaissances, Eric Danell puisque tel est le nom de ce Suédois, a éprouvé le besoin d'aller suivre les cours de ''biologie moléculaire et cellulaire'' dispensés par Francis Martin alors professeur à l'INRA en l'université de … Nancy en France.

 

   

 

 

        De Carl Von Linné à Eric Danell !...

 

Photo 1 : Le maître des lieux, Eric Danell, un homme à belle allure qui porte allègrement ses 46 ans (2012).

 

Photo 2 : Le jardin botanique ou bostaniska Trädgården de ''l'universitet d'Uppsala'' .

C'est très certainement l'un des plus vieux jardins botaniques du monde puisqu'il fut créé par Olof Rudbeck (1630-1702) en 1655.

Carl Von Linné (1707-1778) le remis en état en 1741 ; car suite à un incendie il resta 40 ans en jachère.

Il présente à l'heure actuelle plus de 11.000 espèces sur 34 hectares ou  quelques 340.000 m2.

 

Photo 3 : Le buste de Carl Von Linné se trouvant dans le jardin botanique de  ''l'universitet d'Uppsala'' . (Photo 2 & 3 Uppsalafoto.se)

 

 

L'ambition d'Eric Danell, lorsqu'il était plus jeune, était de se constituer une collection botanique. Avec son Dokmaï garden (ดอกไม้การ์เดน) il est allé au-delà de son projet puisque les ''sujets'' de sa collection sont vivants et qu'ils occupent un espace particulièrement favorable qu'il aurait difficilement, pour ne pas écrire jamais, trouvé en Suède.

 

Alors autant dire qu'il apporte un soin tout particulier à chacun des éléments de cette collection, mille pour le moment. D'ailleurs ce ne sont pas des ''pièces'' plus ou moins rares mais tout simplement ses enfants.

 

Il connaît tout d'eux, leur nom, leur âge, leurs qualités et leurs défauts.

 

 

Alors ce n'est pas sans émotion lorsqu'il parle du premier ''arbre'' qu'il a planté en juin 2006. Un arbuste qu'il était allé acheter au marché Khamthieng (ตลาดคำเที่ยง) de Chiang-Maï.

 

C'était un magnolia du genre ''Michelia x alba'' de la famille des magnoliacées, lequel devrait atteindre les 10 ou 15 mètres d'ici quelques années.

 

Si vous voulez faire la connaissance de ce ''michelia'', il vous suffit, lors de votre visite au dokmaï garden (ดอกไม้การ์เดน), d'aller faire un tour du côté des tigres. C'est là qu'il a pris racines et qu'il se sent au mieux de sa forme.

 

Pour les tigres, je vous rassure, ce ne sont que des reproductions de grandeur nature mais … ils font leur effet du haut de leur colline. C'est un coin du parc qui m'a donné l'impression d'être en Afrique.

 

     

 

 

         A défaut du ''Michelia x alba'' !...

 

Photo 1 : La colline aux tigres avec l'un d'entre eux stratifié pour le restant de ses jours. Hélas, le ''Michelia x alba'' s'est fait prendre la vedette, il est pourtant beau à regarder.

 

Photo 2  & 3 : La soue aux sangliers, et l'un de ses cinq ou six ''occupants'' d'origine thaïlandaise.

 

Car en plus des végétaux il y a aussi quelques espèces animales et plus d'une cinquantaine de volatiles qui en toute liberté viennent faire escale sur les branches des arbres du ''dokmaï garden''. Mais encore faut-il ouvrir l'œil, et le bon, pour les découvrir. 

 

Photo 4 : Un sandoricum koetjape qui outre le fait de donner des ''santols'' a la particularité d'avoir des feuilles qui virent au rouge avant de se détacher de ses branches.

Les humains ont les cheveux qui blanchissent et le santolier lui, (un de ses autres noms plus facile à retenir) a les feuilles qui rougissent !...  

 

 

Les autres spécimens de plantes viennent de la région. Il a trouvé les uns dans la forêt voisine et les autres au travers du pays, en Isaan surtout. Car si les toutes les plantes tropicales et subtropicales sont les bienvenues au dokmaï garden (ดอกไม้การ์เดน), Eric privilégie celles qui sont endémiques au Lanna.

 

Par le biais de graines, qu'il échange ou qui lui sont données des quatre coins du monde il complète ainsi patiemment et assidument sa belle collection de plantes, dont certaines sont impressionnantes.

 

   

 

 

    La Virginie au cœur du dokmai garden

 

Photo 1 : La fleur d'un gossypium arboreum, une espèce endémique à l'Asie, dont la fleur de couleur pourpre pour les uns mais rose pour moi devient blanche en s'épanouissant.

 

Photo 2 : Le fruit, en forme de grosse capsule, d'un gossypium arboreum dans lequel se développe une fibre dont le but est de protéger les graines.

 

Photo 3 : La capsule éclate et le coton apparaît. Car le gossypium arboreum est tout simplement un cotonnier mais … d'Asie et non de Virginie comme je l'ai écrit en titre. Mais … on peut rêver non ?...

 

 

Cependant si la collection de ce jardin privé se constitue de jour en jour, les individus ne sont pas plantés au … ''petit bonheur la chance''. Eric est un homme d'ordre et un botaniste averti. N'est-il pas un digne héritier de Linné ?...

 

Ainsi, il a jugé bon de mettre les plus … ''méchants'' de ses pensionnaires dans une cage avec au milieu d'eux … un lion.

 

Les arbres ne sont pas attachés car évidemment ils ne risquent pas de s'échapper et le lion dans sa gangue de bronze est incapable de la moindre agressivité ; alors le visiteur peut pénétrer dans la cage sans trop de danger ; mais encore faut-il qu'il tienne compte des conseils qui lui sont donnés, ou qu'il a pu lire avant d'entrer.

 

Dans le cas contraire s'il a l'audace, par exemple, de toucher une feuille du terrible ''Dendrocnide sp.'' il aura la main et l'avant bras engourdi durant trois jours.

 

Les arbres comme les hommes ont leur caractère. Il y a ceux qui tendent la main et ceux qui refuse qu'on touche … leurs feuilles. Le Dendrocnide sp. est de ces derniers.  

 

     

 

 

 

   La cage aux méchants

 

Photo 1 : L'entrée de la cage aux méchants. Elle renferme un solanium mammosum, un sterculis urena, un hura crepitans, un cerbera odollam et … un dendrocnide sp.

 

Photo 2 & 3 : Un hura crepitans dont la particularité est de produire un latex vénéneux et d'avoir un tronc tout recouvert d'épines.

 

Les indigènes d'Amérique du sud, d'où est originaire l'hura crepitans (zone tropicale) se servent de son latex pour endormir les poissons afin de les … ''pêcher'' sans coup férir ou … ferrer ; c'est-à-dire pour les prendre à mains nues.

Pour cela ils leur suffisaient de répandre de ce latex dans une zone d'eau et d'attendre que des poissons vinssent y nager. Rares étaient ceux qui résistaient alors au pouvoir soporifique de l'eau !....

 

Ses fruits peuvent être mangés à la condition d'être ''très très'' bien cuits.

 

Photo 4 : Le fruit d'un ''solanum mammosum'' dont certains de ces surnoms comme … ''mamelle de vache'', ''pis de vache'' ont plutôt un côté sympathique mais il en est un autre … ''pomme poison'' qui porte à réfléchir avant de mordre dedans !...

 

 

Heureusement les gentils sont plus nombreux que les méchants. Et Eric Danell très paternellement, à défaut de pouvoir leur titiller le lobe de l'oreille, cueille à l'un ou à l'autre une feuille ou un fruit, qu'il vous invite à sentir ou à manger, histoire d'encourager la plante concernée à persévérer dans une spécificité qui n'appartient qu'à elle.

 

Ainsi il y a les fruits qui servent de colorant alimentaire, les feuilles qui donnent un goût à nul autre pareil et les fleurs qui se mangent avec délice sans la moindre préparation culinaire.

 

   

 

 

   Un jardin en perpétuel évolution et …

…soucieux du confort de ses visiteurs.

 

Photo 1 : Cette large excavation que j'ai découvert en flânant dans le jardin laisse présager l'installation d'une aire aquatique … encore un plus !... 

 

Photo 2 & 3 : A la sortie de la visite vous pouvez vous reposer à l'ombre d'un cabanon, ou prendre un verre au bar, en discutant avec vos amis.  

 

 

Bref, vous l'avez compris, j'ai été enchanté de cette visite, qu'il serait trop long de vous raconter dans le détail ; d'autant que j'étais venu dans l'intention de passer seulement une petite heure dans l'unique espoir de pouvoir photographier un fruit d'uvaria grandiflora et qu'en fait l'après-midi a été trop courte pour satisfaire ma curiosité.

 

 

Alors un bon conseil, si vous êtes de passage à Chiang-Mai, sachez que le ''dokmaï garden'' doit être considéré comme l'une des attractions à ne pas manquer.

 

Quant à ceux qui demeurent Chiang-Maï ou les environs, vous êtes inexcusables si vous n'allez pas, un jour ou l'autre, faire un tour au … dokmaï garden.

 

Vous verrez, Eric Danell est intarissable et passionnant à entendre d'autant que ce Suédois, quelque peu modeste, et contrairement à ce qu'il m'avait dit en anglais lorsque nous avons fait connaissance, parle la langue de Molière c'est-à-dire … le Français !...

 

N'a-t-il pas été étudiant à Nancy ?!...

 


.- A bientôt Eric

      .- vi ses snart Jean

 

LE PETIT PLUS :

 

L'histoire du dokmaï garden tient à peu de chose, comme d'ailleurs la plupart des belles histoires, ou des moins belles.

 

Ne dit-on pas que l'occasion fait le larron ?...

 

Cependant je ne pense pas que l'occasion ou l'opportunité soit occasionnelle ou opportune. L'une ou l'autre, c'est au choix, nous attend sur notre route et … de longue date ; un peu comme un piège attend son gibier.

 

La comparaison manque un peu d'élégance je vous l'accorde, mais elle illustre parfaitement mon propos, à savoir que le destin, certains diront le karma, qui nous a été ''destiné'' s'accomplit toujours d'une manière ou d'une autre.

 

Mais laissons la métaphysique de côté et venons-en à Eric.  

 

 

Eric Danell donc, envisageait d'aller travailler en Chine. Alors tout naturellement il avait pris un billet d'avion pour se rendre dans ce lointain pays.

 

Hélas, ou heureusement, pour rejoindre la Chine, entre autres escales, il y avait la Thaïlande ; et en Thaïlande il y avait … Ketsanee, une belle et jolie jeune fille !...

 

La suite vous l'imaginez aisément, lorsque Cupidon décoche sa flèche et qu'elle atteint sa cible on peut bien dire …. Adieu prudence (*) et qui vivra verra !...

 

Sans cette escale, il n'y aurait peut-être pas aujourd'hui de dokmaï garden ?!...

 

Encore que … et j'en suis intimement persuadé, s'il n'y avait pas eu cette escale il y aurait eu une autre ''opportunité'' qui aurait rapproché Ketsanee et Eric pour que le dokmaï garden voit le jour ?!...

 

 

En tout cas, c'est à la suite de leur rencontre que s'est ouvert le 2 janvier 2009 le dokmaï garden.

Un joli conte non ?...

 

 

(*) C'est Jean de La Fontaine qui disait cela. Lire le Lion amoureux.

 

 

Pour en savoir encore un peu plus sur le dokmaï garden :

//dokmaidogma.wordpress.com/page/

 

Et … pour vous rendre au dokmaï garden :

 

 

 

 

A partir de Chiang-Maï il y a deux possibilités pour vous rendre au ''Dokmaï garden'' en véhicule.

1/ A partir du Sud c'est-à-dire de la porte Chiang-Maï (ประตูเชียงใหม่)

2/ A partir de l'Ouest c'est-à-dire la porte Suan Dok (ประตูสวนดอก)

 

1er itinéraire : Depuis la porte Chiang-Mai (ประตูเชียงใหม่) prendre la rue Wualai qui va vous conduire à la route 108. C'est la route Chiang-Mai Hang Dong (หางดง). Après 12 km, le rideau de végétation qui sépare la route 108 en deux voies disparait, alors avant le feu tricolore vous prenez la 1ère à droite juste après le marché de Hang Dong c'est la soï n° 8 (ซอย 8). Si vous la ratez, vous vous rattrapez en prenant, après le feu cette fois, la 1ère à droite juste après l'imposant bâtiment de la police, c'est la soï n° 10 (ซอย 10).

 

  

 

Le marché avant le feu tricolore et l'embranchement pour Baan Tawai (บ้านถวาย) sur la gauche.

 

Dans les deux cas, vous allez tout au bout de la ruelle, (environ 120 mètres) puis vous tournez sur votre gauche. Cette route, qui se faufile à travers champs et maisons pendant 3 km va vous conduire jusqu'à un stop. Car vous allez devoir traverser la grande route n° 121 et emprunter le pont se trouvant face à vous. (La suite au paragraphe intitulé : itinéraire commun.)

 

 

Le Stop (หยุด) que vous devez ''respecter'' avant de traverser la route 121

 

 

2ème itinéraire : Depuis la porte Suan Dok (ประตูสวนดอก) prendre la rue Suthep (ถนน สุเทพ) qui longe l'hopital Suan Dok et qui conduit au grand carrefour entre la route n° 1005 où vous êtes et la route n° 121 que vous allez prendre en tournant sur votre gauche. Vous ne traversez donc pas le canal, mais vous allez le longer pendant 20 km c'est-à-dire jusqu'à un pont portant sous son tablier un panneau bleu indiquant ''DOKMAIGARDEN''. Empruntez ce pont.

 

 

Itinéraire commun : Après 2 km vous allez arriver à un carrefour, ce sera le deuxième depuis le pont. Sur votre droite il y aura le Wat Nam Phrae (วัดน้ำแพร่) qu'on ne distingue pas vraiment de la route, et à votre gauche un très haut poteau rouge et blanc fait en armature métallique. Tournez à gauche et roulez pendant environ 1 ou 2 km … droit devant vous.

 

   

 

1/ à gauche un panneau                           2/ à droite le Wat Nam Phrae                      3/ L'arbre et la maison des esprits.

 

Vous allez arriver à un carrefour, où sur votre gauche il va y avoir un très gros arbre et une demeure en bois pour les esprits. Si vous découvrez ces deux repères, tournez à votre gauche.

 

200 ou 300 m plus loin un panneau ''DokMai Garden'' vous invitera à tourner sur votre droite. Après quelques mètres vous serez à destination. Il y a un grand espace parking.

 

Pour m'y rendre la 1ère fois je n'avais que l'adresse, c'est-à-dire aucun plan et je suis arrivé … sans avoir tourné en rond. Alors avec toutes ces explications vous devriez vous y rendre … les yeux fermés !....    

 

 

 

Renseignements concernant :

 

Les taxis :

 

Monsieur Boonma : 089 – 4.345.485 (500 ฿ la course)

 

Les touk-touks :

 

Monsieur Sanit : 084 – 7.653.913 (300 ฿ la course)



24/01/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres