MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

DU CAFE AU THEATRE, DE CHARLES JOYON (2)


DU CAFE AU THEATRE, DE CHARLES JOYON (2)

 

 

( Suite des pages que Charles Joyon, auteur du livre ''DU CAFE AU THEATRE'' a consacré au Théâtre de la Mainate et Au café chantant du théâtre de la Mainate.)

 

 

Bancs Publics

 

Le Centre de la chanson d'expression française que préside Marc Chevalier (3) tient tous les mois, une scène ouverte, tremplin pour les jeunes chanteurs. Bancs Publics s'est installé au petit théâtre, puis au café chantant. Christian Marcadet et Didier Desmas ont la charge de son bon déroulement.

 

    Quelques fois la soirée se déroule autour d'un thème Les chansons de Francis Lemarque ou avec la participation d'un invité.

 

En mars 1997, ils accueillent Marie-Josée Villar.

 

    Ces mercredis mensuels de Bancs Publics permettent à des débutants et à des interprètes mieux rodés de faire un soir ce qu'ils souhaiteraient faire chaque jour, chanter.

 

L'aventure de la Mainate et du café-chantant se poursuit bon an, mal an, avec les difficultés inhérentes au fonctionnement des petites salles.

 

 Surtout depuis 1996, la chanson occupe une place essentielle. Il subsiste toutefois quelques humoristes dans les soirées du café-chantant, notamment:

 

- Les Chabada, théâtre burlesque avec Larigueur et Valentin.

- L'une chante et l'autre parle, une chanteuse Sylvie Boisel partage la scène avec une comique Isabelle Kansel.

La chanson et l'humour font aussi bon ménage chez les chanteurs, ainsi:

- Barthélémy: «Manie avec bonheur la nostalgie et l'humour le plus féroce '', écrit Marie Sauvion dans Le Parisien.

    - Robert Padula, chanteur poète, fait dans la simplicité décontractée d'insolites couplets.

 

(3) Marc Chevalier a passé la main en 1999 à Anne Sylvestre.

 

                                                            383





- Jean-Michel Brac, parolier habile et mélodiste inventif.

- Louise à la voix au timbre si chaud, à la présence envoûtante, dispose d'un répertoire composé de romances tendres et d'œuvres dramatiques et violentes.

- Claude Astier, facétieux auteur compositeur: sa venue est à chaque fois une nouvelle et agréable découverte.

- Séverine Couret, accompagnée au piano par Antoine Morel, fait découvrir à beaucoup les chansons d'Yvette Guilbert dans Quand on vous aime comme ça.

- Mouce, un musicien guitariste chanteur, persiste, loin des sentiers battus, à faire un tour de chant qui surprend toujours par son humour irrespectueux des habitudes et du savoir-vivre.

 

La Mainate et son café-chantant réalisent du très bon travail dans le domaine de la découverte, de la qualité et de l'originalité. Deux salles indispensables à la bonne marche de l'avenir du spectacle parisien.

 

Jeune public

1999

- L'ourson et le bouton d'or
- Pacôme le petit fantôme

 

2000

- Philémon le polisson

- Jean-Paul Hubert et son théâtricule

- Peter Din, le magicien voyageur

- Rosebonbon le petit cochon

- La souris, l'âne et le dinosaure

Tous les spectacles, sauf ceux du cabaret, sont écrits et joués par Pascale Mercier et Jean Pellé, âmes créatrices de ce petit cocon magique.

 

                                    Chanson encore

 

Le café-chantant de la Mainate a été ouvert pour être un tremplin permanent offert aux artistes interprètes auteurs compositeurs. En 1997, se poursuivent les rencontres auditions, carte blanche à des artistes confirmés et aussi à de nouveaux venus.

Une place plus longue en continuité (les vendredis) permet à quelques chanteurs de faire un tour de chant plus complet:

- Le toubib

- Sylvie Boisel

- Pascale Mimucci

- Sylvain Maillard

- Mouce

- Clémentine Duguet et ses chansons osées.

 

En 1998 et jusqu'en 2000, avec des formules diverses, la chanson est reine. Pourtant, les directeurs du Théâtre de la Mainate accomplissent des miracles pour faire face aux charges de fonctionnement, particulièrement pour ce qui concerne les droits d'auteurs.

 

                                                            384

 

 

 

 

 

Ils adressent une lettre ouverte à la SACEM (4) publiée dans le numéro 36 (hiver 1997-1998) des Petites Scènes édition de la Fédération des petites scènes de Paris.

 

«Nous regrettons de vous confirmer que nous ne signerons pas votre contrat dit: Contrat général de représentation... Nous sommes un petit lieu, qui a ses spécificités, et vous devez en tenir compte. ..

' Qu'il soit bien entendu que nous ne contestons pas les droits d'auteur, chacun mérite salaire, et vous êtes mieux placés que quiconque pour savoir que vous avez toujours été réglé en temps et en heure...

 

' Ce que nous refusons, c'est d'accepter certaines de vos conditions car il ne nous est pas possible, pour des raisons administratives et de survie, de les respecter.

Puisque vous (vous et nous) restons sur nos positions, nous Théâtre de la Mainate cesserons toute programmation musicale à partir du 20 décembre 97»

 

 

Ce qui fut fait... enfin... presque, car heureusement si le café-chantant accueillit musique et chansons, c'est en confiant le soin aux spectacles programmés d'acquitter directement les droits d'auteur à la SACEM. La salle est louée à la production, ce qui dégage la direction du théâtre d'effectuer ce paiement.

 

Depuis cette période, les rencontres auditions ne sont ouvertes qu'aux artistes interprètes non adhérents à la SACEM. Cela concerne tous les auteurs compositeurs débutants, et ils sont très nombreux. Les soirées Carte blanche utilisent la même formule, ainsi que le banc d'essai.

 

La liste de ces jeunes chanteurs, qui viennent ainsi se former, proposer leurs créations et se frotter à un public rarement complaisant, est très longue.


Il Y a aussi une place pour les humoristes et pour le théâtre dans des conditions différentes puisque les rapports du lieu avec la SACD (5) sont particulièrement réguliers. Depuis trois années de 1997 à 2000, les deux parties, SACEM et Mainate, campent sur leurs positions. Les artistes interprètes et compositeurs ne sont pas lésés tant qu'ils ne sont pas adhérents de la SACEM. A partir de cet instant, nous leur souhaitons de devenir des professionnels et pourquoi pas, des vedettes de la scène et de l'audiovisuel et de recevoir le montant de leurs droits d'auteurs. La SACEM est là pour ça.

 

 

Les spectacles des enfants constituent le fond des activités de théâtre de la Mainate. Entre 1996 et jusqu'à la fin du siècle, ils occupent une place prépondérante dans la salle vouée au théâtre.

 

1997

- La fermière et le renard, théâtre marionnettes et lumière noire de Jean Pellé et Pascale Mercier, costume de Régina Gothe, arrangements musicaux d'Olivier Luck.

Le dimanche après-midi:

- Le cabaret pour les enfants avec Sam le magicien

- Les contes-de Grand-Père par les auteurs directeurs du théâtre

 

(4) SACEM (Société des auteurs compositeurs et éditeurs de musique).
(5) SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques).

 

                                                            385

 

 

 

1998

- Les caprices d'Augustine la tortue

- Kopio et le serpent python, théâtre en marionnettes et lumière noire,
et aussi le cabaret avec Fabrice, magicien jongleur et Toto le clown




C'est sur Toto le clown, devenu un ami, que se termine l'exposé de Charles Joyon en presque huit pages. Un exposé qui nous a étonnés, La Pascale et Le Jean, mais qui nous a ''rudement'' fait plaisir. Cependant il y a à redire tant sur le devenir de nos lieux que sur nos rapports avec la SACEM. C'est pourquoi dans une prochaine chronique les points sur les ''I'' et les barres aux ''T'' seront remis.

 



20/01/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres