MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

INTHAKHIN CEREMONIES et FESTIVAL - อินทขิล – พิธี และ เทศกาล


INTHAKHIN CEREMONIES et FESTIVAL

                       อินทขิล – พิธี และ เทศกาล


 

Avertissement :

Les dates des cérémonies et du festival qui sont attachées à la célébration du pilier de la ville le ''Sao Inthakhin'' sont mobiles et non fixes.

Elles se situent lors du huitième mois lunaire c'est-à-dire en mai/juin, durant sept jours au Wat Chédi Luang au 103, rue Phra Pok Klao (พระปกเกล้า).

La procession à lieu le 1er jour  à 14 heures, et tous les soirs à partir de 19 heures il y a des spectacles folkloriques du Lanna, sur scène, dans la cour du Wat Chédi Luang.

Nota bene :

Les photos ne sont pas en phase avec le texte, parce qu'elles respectent la chronologie de la programmation de la journée d'ouverture des cérémonies et du festival du mercredi 5 juin 2013.

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Photo :      

 

 

                             Les préparatifs avant l'ouverture des cérémonies.

         (Mise en place de plateaux ou bols pour recevoir les offrandes des fideles.)

Photo 1 : A l'extérieur, tout près du Viharn Inthakhin, 32 coupes sont installées sur deux rangs. Comme elles seront insuffisantes, d'autres réceptacles ont été agencés tout autour du Viharn Inthakhin.

Les dévots pourront ainsi déposer leurs offrandes en faisant le tour de la table et du Viharn, conformément à la ''pradaksina'' ou ''circumambulation'' ; un rite qui vient de l'Inde et qui consiste à tourner avec respect et adoration autour d'une personne ou d'un objet dans le sens de rotation des aiguilles d'une montre.

Photo 2 : Le grand Viharn du Wat Chédi Luang.

Photo 3 : A l'intérieur du grand Viharn 108 bahts (bols à aumônes) sont disposées sur quatre rangées. 108 comme les 108 marques distinctives trouvées sur le dessous du pied de Bouddha, les 108 coiffes de Bouddha, ses 108 noms et … 108 ''péchés'' durant son existence. La liste est plus longue !...

A l'entrée du Viharn, moyennant la somme de 30 bahts chaque fidèle reçoit un petit sac contenant 108 piécettes, des satangs (สตางค์) (*). Pieusement le dévot va les déposer une à une dans chacun des 108 bols conformément à la ''pradaksina'' ou ''circumambulation'' … expliquée plus haut.

(*) Le satang est la 100ème partie du baht. Il correspond à nos centimes d'euro. Il n'a pratiquement plus cours mais il circule encore des pièces de 25 et 50 satangs, surtout dans les supermarchés qui soi-disant cassent les prix avec des … satangs !.. . Ainsi les 5 litres d'eau ne valent pas 37 bahts mais … 36 bahts et … 50 satangs ... une affaire à ne pas manquer !...

 

 

''INTHAKHIN'' ou ''INDAKHILA'' sont des mots qui tirent leur origine du dieu hindou Indra, un dieu que les bouddhistes ont accueilli dans leur panthéon divin.

Matériellement l'Inthakhin est censé être le pilier de la ville de Chiang-Maï, c'est-à-dire en langue vernaculaire le ''Sao muang'' (เสาเมือง) ou ''Sua muang'' (เสื้อเมือง). (1)  

 

Si la plupart des villes thaïlandaises ont leur ''Sao muang'', seule Chiang-Maï possède un ''Sao muang'' qui porte le nom de … ''Inthakhin'' ou ''Indakhila''. C'est donc un ''Sao muang'' unique en son genre, (2) et très ancien !...

Dans les temps jadis ''l'Inthakhin'' aurait été une ''colonne'' que le monde divin, composé alors d'esprits divers et nombreux,  aurait fait don aux hommes pour matérialiser leur bienveillance et leur protection, à charge pour les hommes d'honorer cette colonne, donc les esprits, et de respecter certaines règles sociales pour vivre en harmonie entre eux.

Cette ''colonne'' ou ''pilier'' était alors comme le symbole d'un pacte entre les deux mondes, celui des hommes et celui des esprits ; mais plus particulièrement des esprits des ancêtres qui avaient rempli la fonction de ''chef de la communauté''.

Car c'est dans cette colonne que demeurent ces esprits dont l'une des fonctions principales est de protéger la communauté à laquelle ils avaient appartenu. Ce qui signifie que, plus la colonne est ancienne et plus son pouvoir de protection est immense.

 

De ce fait, le chef de la communauté en question était l'homme le plus indiqué pour communiquer avec le monde divin, ce qui lui assurait un pouvoir politique sur tous les autres membres de sa cité.

Il était celui qu'il fallait écouter pour accéder à la prospérité, car il savait comment s'adresser aux esprits et les honorer, mais il était aussi celui qu'on rendait responsable des éventuelles calamités et qui pour cette raison pouvait être remplacé par un membre plus compétent, ou jugé comme tel par la communauté.

Cette lignée n'était donc pas forcément une lignée du sang, mais une lignée issue du … mérite, comme ce sera le cas avec les rois de la région, des siècles à venir. Il sera alors question du Karma le plus adapté à la fonction royale.

 

 

(1) ''Sao'' (เสา) se traduit par : colonne, pilier, poteau et montant ; et ''Sua'' (เสื้อ) par : descendance, lignée, esprit et génie. Les deux mots, sans être synonymes, sont tout à fait interchangeables ou complémentaires.

(2) Dans sa traduction Camille Notton (1881-1961) parle de … ''L'Inthakhin'' de Lamphun, ce qui m'a étonné. De ce fait je suis allé à Lamphun. Lamphun à son ''Lak muang'' (Nous y reviendrons) et à chaque fois que j'ai voulu appelé ''Inthakhin'' ce ''lak muang'' auprès d'un ''khon-Lamphun'' (habitant de Lamphun) tous m'ont repris en m'expliquant que l'Inthakhin était à Chiang-Maï et que Lamphun avait un ''lak muang''. ''L'Inthakhin'' est donc bien spécifique à Chiang-Maï.

Par ailleurs dans la chronique concernant Lamphun je n'ai rien trouvé sur le ''lak muang'' de Lamphun ?!...

 

 

      

 

 

Ce 5 juin 2013, les enfants des écoles, dès 9 heures, viennent déposer leurs offrandes. Les plus grands n'ont qu'à écouter le moine qui dirige les opérations ; mais les plus petits, qui sont heureux d'être là, ont beaucoup de difficultés pour déposer leurs offrandes … heureusement leurs maîtresses sont là !...

 

 

Avec l'arrivée du Bouddhisme vers le VIe et peut-être Ve siècle, les us et coutumes animistes ont été adaptés à l'enseignement de Bouddha mais sans avoir été vraiment assimilé. Pour cette raison, aujourd'hui encore, au Lanna l'animisme et le bouddhisme cohabitent !...

 

Donc à défaut d'avoir pu mettre fin à la tradition des ''Sao muang'', le bouddhisme l'a adoptée.

À Chiang-Maï, ou plutôt à Napapuri (1) ce serait le dieu Indra lui-même qui, à la demande d'un ermite ou ''reusi'' (ฤาษี) portant le nom de ''Suthep'', (สุเทพ) aurait fait don à la cité d'une colonne en pierre précieuse.

Cette colonne aurait été apportée sur terre depuis le ciel ''Tavatimsa'' par deux Kumphans (2) qui furent un temps durant les gardiens sur terre de cette colonne.

Ce sont ces mêmes Kumphans qui la rapatrièrent au Tavatimsa car avec le temps les hommes lui manquèrent de respect, au point de se soulager auprès d'elle … dit la chronique.

 

Compte tenu de certains éléments cet épisode pourrait se situer entre le VIe et Xe siècle, à l'époque où le roi de la cité était encore un Lua et le vice-roi un t'aï. Les différences ''ethniques'' entre Môns, Luas et t'aïs devaient vraisemblablement se résorber et allaient donner naissance à un nouveau type d'individus où le t'aï allait prédominer.

 

Au XIIIe siècle, la société t'aïe prédomine mais sans encore avoir le pouvoir. L'un de leur chef, qui deviendra Chao Mengraï, (1239-1260-1317) (เจ้ามังพาย) le fondateur de Chiang-Maï en 1296, n'imagine pas que sa ville, c'est-à-dire Chiang-Maï, n'ait pas son ''Sao Muang''.

Mengraï, qui adopta le bouddhisme, ne fit pas pour autant table rase de ses anciennes croyances … ''on ne sait jamais'' ?!...

Les chroniques me donnent à penser que le dit Mengraï aurait fait élever ''sa'' nouvelle capitale sur les vestiges d'une ancienne cité Lua … ''Napaburi '' !... Attention, ce n'est que mon avis, cependant !...

Lors de la construction de Chiang-Maï, le saint des saints ou le ''Xayaphum'' (ไชยะพูม) de Napapuri (3) aurait été retrouvé … à l'intérieur de Chiang-Maï ?!... (Ce qui accréditerait l'hypothèse que Chiang-Maï se soit construite sur l'ancienne Napapuri.) Mais … il ne reste rien du ''Sao Muang'' de Napapuri !...  et pour cause puisque les Kumphans, voilà bien longtemps, l'auraient soi-disant remporté au ciel et cela … dans l'indifférence générale.

Ce serait – peut-être – ce manque de protection causé par l'absence de la colonne qui aurait conduit alors Napapuri à sa ruine ?... qui sait ?!...

 

Alors avec la naissance de Chiang-Maï un nouvel épisode de l'histoire de ce ''Sao muang Inthakhin''… s'ouvre. Un reusi est chargé d'aller plaider la cause des hommes auprès d'Indra pour obtenir le retour de la colonne.

Hélas les Kumphans qui ont la rancune tenace refusent de se prêter au jeu. Alors Indra, va donner au reusi un mode opératoire pour construire une colonne en briques après avoir creusé un trou en forme d'œuf dans lequel devront être entassés un certains nombre d'objets dont des vases contenant des couples de figurines de chevaux, crocodiles, poissons, daims et de nombreux autres animaux comme dans l'arche de Noé, à la différence que c'étaient des figurines et non des animaux en chair et en os.

 

Comme par le passé les hommes devaient honorer cette colonne, qui apparemment n'en avait plus que le nom, selon des rites bien précis pour que les pluies tombent et fertilisent les sols ; ces hommes devaient aussi respecter des règles sociales qui sont devenues pour l'occasion les huit préceptes bouddhistes. Dans cette formule, les animistes et les bouddhistes y trouvaient leur compte.

 

Ces huit préceptes sont :

1er s'abstenir de tuer, 2ème s'abstenir de voler, 3ème s'abstenir d'adultère, 4ème s'abstenir de mentir, 5ème s'abstenir de prendre des drogues, 6ème s'abstenir de s'alimenter l'après-midi, (4) 7ème s'abstenir de chanter, jouer d'un instrument de musique, assister à un spectacle et utiliser des produits de beauté. 8ème s'abstenir de dormir sur une couche moelleuse.

 

 

(1) Les chroniques laissent à penser que Chiang-Maï aurait été construite sur une ancienne cité Lua ou mône-lua qui aurait été appelée à l'époque Napapuri c'est-à-dire la ville (puri) des neuf (Napa) … familles, le mot famille étant sous-entendu.

(2) Les ''Kumphans'' (กุมพันธ์ ou กุมภัณฑ) (Kumbhandas ou Kusmmandas) sont des êtres surnaturels, des demi-dieux qui ont pour roi Virulhaka ou Virulha (กท้าววิรุฬหก) le gardien du Sud … dans la mythologie hindoue.

Ces ''Kumphans'' sont terribles. A chaque fois qu'un homme a voulu détruire l'une de leur image, y compris pour la reconstruire ailleurs, il en est mort. La chronique en donne plusieurs exemples !… 

(3) Le ''Xayaphum'' (ไชยะพูม) ou emplacement de gloire était un endroit surélevé où siégeait le roi, c'était … la meilleure des buttes de terre, le tertre royal en quelque sorte.

(4) Les trois derniers préceptes sont à respecter seulement les jours d'uposathas, c'est-à-dire durant les quatre jours saints que comportent chaque mois lunaire.

 

 

    

 

 

Photo 1 : L'image ''Fon Saen Ha'' sortant du Wat Chang Team pour être conduite au Wat Chédi Luang.

La tradition veut que ce soit l'image du Bouddha ''Fon Saen Ha'' (พระพุทธรูปฝนแสนห่า ou พระเจ้าฝนแสนห่า) qui soit en tête de la procession. Cette image se trouve dans le Wat d'à côté, le Wat Chang Team (วัดช่างแต้ม) le Wat des artisans dont l'art est de moucheter. (Une spécialité des artistes peintres ?!...)

Photo 2 : Phra Chao ''Fon Saen Ha'' en haut de son char devant le Viharn Inthakhin, au Wat Chedi Luang attend le grand départ.

Cette image de Bouddha dont le nom signifie ''Pluie – cent mille – ondée'' c'est-à-dire le Bouddha qui fait pleuvoir ''cent mille gouttes de pluie'' a été rapportée à Chiang-Maï par le roi Tilokaraja (1441-1487) (พระเจ้าติโลกราชะ) (*) à la suite d'une expédition militaire à Lamphun.

Cette image de Bouddha apporterait la richesse et l'abondance car elle assurerait la fertilité des sols en attirant la pluie.

(*) Tilokaraja est le neuvième roi de la dynastie ''Mengraï'' le fondateur de Chiang-Maï. Il fut le plus grand roi de cette dynastie et le Lanna connut son âge d'or avec lui.

C'est lui qui fit construite le grand Chédi du Wat Chédi Luang.

Photo 3 : Les moinillons du Wat Chédi Luang aménagent le rond-point de l'entrée du temple afin d'y placer ''Phra Chao Fon Saen ha'' après la procession de l'après midi. Là, pendant 7 jours et 7 nuits, il sera baigné au moyen de petits godets d'eau bénite versés sur lui, directement ou via trois ''rins'', (goulottes) par les fidèles !...

 

 

Les instructions données aux hommes par Indra : (1)

 

1/ La construction du Viharn INTHAKHIN ou INTHAKILA

Pour protéger la colonne un édifice à quatre face, percée chacune d'une porte, devait être construit. A la périphérie de celui-ci quatre maisonnettes, devaient être bâties en faisant en sorte que chacune de leur entrée soit orientée vers l'un des quatre points cardinaux. Enfin une clôture devait parachever cet ensemble fait au moyen de roseaux géants.

Du temps de Chao Mengraï ces constructions se trouvaient au Wat Inthakin Sadü Muang, (วัดอินทขีลสะดือเมือง) un Wat qui existe toujours.

 

En 1800, Chao Kawila (1742-1815) (เจ้ากาวิละ), qui ressuscita Chiang-Maï, fit transporter le ''Sao muang Inthakhin'' au Wat Chédi Luang. Ce qui signifie qu'aujourd'hui, le Wat Inthakhin Sadü Muang n'a plus de la colonne Inthakhin que … le nom.

 

Le chapitre de la chronique des annales du Siam qui traite de cet épisode est très court. Il raconte que le ''Chao reusi'' et 6 Kumphans placèrent la colonne dans un vase ( ?...), en y mettant des petites figurines représentant nombre de couples d'animaux ainsi qu'un couple humain.

Cette colonne, qui avait la forme d'un œuf de pluvier, ( ?...) fut transportée par deux Kumphans,  sans autre précision, dans le ''Phra Maha Viharn'' (พระมหาวิหาร) du Wat Chotikārāma, ou plus précisément le Wat Pom Wichian Chotikaram (วัดป้อมวิเชียรโชติการาม) aujourd'hui appelé Wat Chedi Luang Varaviharn (วัดเจดีย์หลวง วรวิหาร). (2)

 

Pour être plus complet, d'autres chroniques précisent que les bols furent mis dans un trou, recouvert de terre, et qu'une construction en briques paracheva … ''l'opération'' d'enfouissement.   

 

Ce ''Phra Maha Viharn'' qui protège la colonne Inthakhin se trouve à gauche de l'entrée principale du Wat Chédi Luang. L'un des trois arbres Yang-Na, ou ''diptérocarpus alatus Roxb. ex G. Don, que fit planter ''Chao Kawila'' se trouve tout à coté de lui. On ne peut donc pas passer près de ce Viharn sans le voir.

 

L'aspect actuel du Viharn Inthakhin ou ''Phra Viharn Caturmukha'' (พระวิหารจตุรมุข) daterait de 1953 et aurait été l'œuvre de ''Phra Khruba Chao Apichaï Khao Pi'' (1889-1977) (พระครูบาเจ้าอภิช้ยขาวปี) un saint moine disciple du saint patron du Lanna Phra Khruba Sri Vichaï (1878-1938) (พระครูบาศรีวิช้ย) qui rénova plus de 100 temples dont quelques un à Chiang-Maï et plus particulièrement ceux du Wat Chédi Luang, Wat Phra Singh et Wat Suan Dok pour ne citer qu'eux !....

 

Courant 2013 ce Viharn a été l'objet d'un ravalement qui lui a rendu toute sa jeunesse.

 

 

(1) Les ''reusis'', ''rishis'', ''Phra Rsi'' ou ''Chao Rasi'' (Il existe d'autres noms) sont des ermites-voyants dont l'un des rôles était alors d'être les intermédiaires entre les génies et les hommes, puis entre le dieu Indra et les hommes qu'ils rencontraient en ''voyageant'' d'un monde à l'autre. Ces ermites voyageurs sur terre, mais aussi dans l'espace et dans le temps, étaient aussi des guérisseurs et des sages. Il en existerait toujours !....

(2) Dans un chapitre précédent il n'était plus question de colonne, car les Kumphans n'avaient pas voulu la rapporter sur terre, d'ou les instructions d'Indra pour pallier cette absence.

Puis dans le chapitre concernant son transfert au Wat Chedi Luang, elle réapparaît en ayant la forme d'un œuf de pluvier ?!... Dans d'autres textes l'œuf de pluvier (un petit oiseau) concerne la forme du trou à creuser ?!...

Quant aux Kumphans ils sont tantôt six, tantôt quatre et tantôt deux. C'est à ne rien y comprendre. En tout cas, en 2013 il n'y a que deux images de Kumphans au Wat Chedi Luang, l'une à gauche de l'entrée principale (Sud) et l'autre à droite (Nord).

 

 

      

 

 

                                   Les alentours proches du Viharn Inthakhin

Photo 1 : Le reusi ''Chao Suthep'' (ฤาษีเจ้าสุเทพ) qui se trouve dans la niche ouest du Viharn. C'est à l'ouest de Chiang-Maï que se situe le Doï Suthep sur les pentes duquel vont méditer ceux qui sont en recherche de spiritualité. Astrologiquement parlant, l'Ouest est la direction des ''choses'' secrètes et cachées qu'on acquiert par initiation et méditation.  

Photo 2 : Le plan du Viharn Inthakhin datant de 2013.

Photo 3 : Le Kumphan du Sud couvert de ''symboles honorifiques'' de l'année lunaire précédente.

Photo 4 : Le même, un jour plus tard, c'est-à-dire le mercredi 5 juin, comme mis à nu pour être en mesure de recevoir de nouvelles marques de respect et d'honneur.

 

 

2/ Les offrandes à faire à la colonne INTHAKHIN ou INTHAKILA et aux Kumphans.

 

a) Pour célébrer la mise en place de l'Inthakhin et des Kumphans.

Parmi les offrandes à faire on trouve : des cauris, (1) un certain nombre de million d'arecs, (2) des cruches d'alcool, des pièces de tissus, du riz grillé, des fleurs, des petits cierges, et … des armes dont des canons. C'était en 1800.

En ce qui concerne les Kumphans aucune consigne n'est donnée car ces êtres ne respectent pas le 1er précepte : ils tuent pour manger alors !...

En cette année 2013 il leur a été offert à chacun une tête de porc.

 

 

(1) Les cauris sont de petits coquillages qui du temps de ''Phra Chao Mengraï'' et bien après, servaient de monnaie d'échanges.

(2) Le ''million'' était une mesure de poids d'autrefois, et l'arec est le fruit du palmier à bétel. Ce fruit, ou cette noix, enveloppé d'une feuille de bétel se mâche et noircie les dents.

Cette pratique fut interdite en Thaïlande par Rama VI (1881-1910-1881) mais elle a toujours cours en Birmanie. Naguère et encore aujourd'hui les hommes (les bouddhistes) ne peuvent avoir les dents de la même couleur que les animaux … carnassiers, c'est-à-dire qui mangent de la chair. (1er précepte ''s'abstenir de tuer''.)

 

 

    

 

 

                       L'intérieur du Viharn Inthakhin juste avant la cérémonie

Photo 1 : Dans un des angles du mur nord quelques paniers de riz attendent que des porteurs viennent s'en saisir. Ce sont quelques unes des offrandes qui prendront part à la procession.  

Photo 2 : Le monument à l'intérieur duquel se trouverait l'Inthakhin.

Photo 3 : Les sièges sur lesquels prendront place 9 moines pendant 7 jours, à 17 heures pour des cérémonies de bénédiction retransmises par haut-parleurs.  

 

 

2/ Les offrandes à faire à la colonne INTHAKHIN ou INTHAKILA et aux Kumphans.

 

b) A l'occasion des cérémonies et du festival :

Parmi les offrandes conseillées il y a : du riz grillé, des fleurs, des bougies, et tout autre présent comme par exemple des bâtons d'encens à raison de trois brins par offrande et des pièces d'un baht. L'important est de faire un don et surtout de quitter sa demeure pour se rendre aux cérémonies.

 

Les festivités durent sept jours. (1) Elles commencent, d'après les chroniques, le treizième jour de la lune décroissante, ou pleine lune, du huitième mois lunaire, et se terminent le deuxième jour après la lune croissante, ou nouvelle lune, du neuvième mois lunaire.

En raison de ce qui précède, en 2013, les cérémonies ont commencé le 5 mai et se sont terminées le 11 juin.

Exceptionnellement le 12 juin le ''Phra Maha Viharn Sao Inthakhin'', flambant neuf mais dont la remise en état était loin d'être terminée, s'est enorgueilli de deux nouveaux ''chofas'' (ช่อฟ้า). (2)

 

 

(1) En 1924, d'après Camille Notton (1881-1961) le consul de France à Chiang-Maï, les cérémonies et festivités n'ont duré que 3 jours ?!...

(2) Le Chofa est comme un éperon qui s'élève du faîte des toitures des édifices religieux. C'est bien souvent la représentation d'éléphants célestes ou ''Karinthips'' (กรินทร์ทิพย์) voire de cygnes, Garuda-s dont le haut du crâne se termine par une espèce de trompe rappelant les éléphants célestes.

 

 

     

 

 

                            Une parenthèse au sujet de l'aspect de l'Inthakhin

A longueur d'année les portes du Viharn Inthakhin sont fermées. Il est donc difficile  de décrire la colonne d'autant qu'elle serait à l'intérieur du volume cimenté à base octogonale.

Alors quel aspect peut bien avoir le ''Sao Inthakhin'' et est-il vraiment à l'intérieur du monument qui s'offre aux visiteurs ?...

Cette question fut posée aux autorités compétentes par Camille Notton au cours des années 1920. Il était alors consul à Chiang-Maï et avait traduit en collaboration de M.J Waghetzky quelques chroniques concernant Chiang-Maï. Il lui fut répondu à l'époque que … les Kumphans avaient remporté la colonne dans le ciel Tavatisma, comme il est écrit dans les chroniques ; mais il n'était pas impossible qu'elle soit dans le volume octogonal. Une réponse de Normand en quelque sorte !....

Le transfert de la colonne a été fait en 1800, à une époque où la population était inexistante. La population de Chiang-Maï avait été déportée et des tigres … semble-t-il … traînaient dans la ville en ruine ?!...

De ce fait les témoignages sur son aspect sont aussi inexistants et, peut-être que Bangkok, avec l'assentiment obligé de Kawila, a tout fait pour ?!…

Déposséder le Lanna de son passé a été, et était encore il n'y a pas si longtemps, l'une des constances de Bangkok !...

 

A Lamphun il existe un ''Sao Muang'' qui peut-être a, ou avait, des points communs avec celui de Chiang-Maï ?!... qui sait ?!... 

Alors à défaut de vous présenter l'Inthakhin de Chiang-Maï je vous propose de jeter un œil sur celui de Lamphun qui se trouve dans l'enceinte du Wat Phra That Hariphunchai (วัดพระธาตุหริภุญชัย). Pour le voir, il suffit d'emprunter l'entrée Sud du Wat, et à gauche, juste avant le deuxième mur d'enceinte il y a le Viharn Sadü Muang.

Si vous passez par Chiang-Maï le Wat Phra That Hariphunchai (วัดพระธาตุหริภุญชัย) est à visiter … absolument. Lamphun est à seulement 30 kilomètres de Chiang-Maï. Profitez-en pour aller au Wat Kuku, ou Wat Chamadevi.

 

Photo 1 : L'intérieur du ''Viharn Sadü Muang'' de Lamphun.

A noter que l'Inthakhin de Chiang-Maï a d'abord été au ''Wat Sadü Muang'' c'est-à-dire au Wat du nombril de la cité, comme à Lamphun, avant d'être au Wat Chedi Luang.

Ce Viharn de Lamphun est accessible à longueur d'année contrairement à celui de Chiang-Maï, et les images de Bouddha ne sont pas là pour se substituer au ''Lak Muang''. Au contraire même, elles le mettent en valeur. Il y a comme une … cohabitation. Ce qui n'est pas le cas à Chiang-Maï. ''Phra Bouddha Pagn Kho Fon'' (พระพุทธรูปปางขอฝน) fait partie intégrante de la construction.

Photo 2 : Le Sao Muang de Lamphun.

Il s'agit d'un bloc de pierre d'environ 1,20 m de hauteur et de 25 cm. de large. Cette largeur s'amenuise légèrement plus on s'éloigne de la base du bloc. Celui-ci se termine par une espèce de ''gland''.

Le Sao Muang est recouvert de petites feuilles d'or et de nombreux voiles.

Photo 3 : En dégageant légèrement les voiles j'ai pu constater que des images de Bouddha étaient sculptées en relief.

 

 

L'aménagement extérieur au Viharn Inthakhin:

 

Le profane et le religieux se côtoient dans la bonne humeur et le recueillement. C'est comme une grande kermesse durant la quelle le dévot vient rendre hommage tant à Inthakhin qu'à Bouddha sans oublier de se divertir et surtout … de grignoter !.... Les tentations sont grandes.

 

Quelques jours avant l'ouverture des cérémonies des stands de toile sont montés contre le mur extérieur du temple et le long des allées principales intérieures du Wat. Sous ces toiles des vendeurs d'offrandes, de nourritures, de boissons, et de vêtements viendront s'installer et tenir commerce. Les ''Bondieuseries'' ou   ''Bouddhaseries'' sont, elles aussi, nombreuses et multiples mais, point de Kumphans ou de ''colonne Inthakhin'' miniature.

Dans la cour de l'école du temple ce sont des manèges quelque peu désuets que des forains locaux ont monté. Cette année il y avait une ''petite'' grande roue, un manège de chevaux de bois, un circuit de petit train et divers stands de tire au pistolet, fléchettes sans oublier les … loteries dont les Thaïlandais sont très, mais très, friands.

 

Près de ces installations foraines, le Khumphan du nord était comme nu, toutes les guirlandes qui recouvraient son corps avaient été retirées. A l'opposé le Khumphan du sud avait subi le même sort. Cette mise à nu permettait de relever les détails qui font leur différence.

 

Devant le ''Viharn Inthakhin'' sur une table recouverte d'un tissu jaune 32 récipients ou coupelles étaient installés sur deux rangs ; d'autres plateaux étaient aussi posés tout au tour du Viharn sans recherche de régularité quant au nombre. Ce sont dans ces coupes que seront déposées les offrandes.

Quelques décorations faites au moyen de fleurs artificielles, bandes de papier et tougns (ตูง) (1) agrémentaient le Viharn. La couleur à l'honneur dépendait de la face du Viharn. En 2013 le nord se paraît de vert, l'est de blanc, l'ouest de jaune et le sud de rouge.

 

 

(1) Le ''tougn'' ou ''tugn'' (ตูง)  est une espèce de bannière très étroite.

 

 

    

 

 

                  Les marchandes d'offrandes à l'intérieur du Wat Chedi Luang

A noter que certaines offrandes, comme les petits cierges, correspondent au jour de votre naissance. Il y a les cierges pour ceux nés un lundi, un mardi etc… etc…

 

 

L'aménagement intérieur du Viharn Inthakhin:

 

A l'intérieur du Viharn, en son milieu, s'élève une première construction à base octogonale, ses faces mesurent 70 cm de large sur 134 cm de haut. (J'ai moi-même pris ces mesures.)

Ce parallélépipède octogonal est surmonté par un autre parallélépipède, maçonné lui aussi mais à base hexagonale de 52 cm de haut sur 65 cm de côté.

Enfin une châsse en bois doré, ouverte sur ses quatre faces recouvre le tout. A l'intérieur de cette châsse il y a une image d'un bouddha en bronze doré qui mesurerait 87 cm. C'est ''Phra Bouddha Pagn Kho Fon(e)'' (พระพุทธรูปปางขอฝน) c'est-à-dire le Bouddha à qui l'on demande la pluie.

Cette image correspond à la dix-neuvième attitude, celle de la réflexion ''Pagn Ram' Pheugn'' (ปางรำพืง). C'est donc aussi l'image du vendredi des huit bouddhas de la semaine.

L'image regarde vers l'est et à ses pieds, posés au sol devant l'octogone un petit autel et un candélabre à sept branches ou ''sattaphan'' (สัตตภัณฑ์'' étaient dressés.

 

A l'intérieur du Viharn, dans les deux recoins nord quelques panières de riz et quelques bouteilles étaient entreposées en vue de la procession.  Tout au long du mur sud il y avait neuf sièges à la suite l'un de l'autre, sans pieds et de couleur rouge, muni chacun d'un chasse-mouches. Ce sera sur ces sièges qu'à 17 heures et pendant sept jours, que neuf moines, les mains jointes, reliées à un fil blanc, réciteront les incantations en l'honneur et en hommage au Sao Inthakhin où résident les esprits des ancêtres chefs de la cité, mais aussi du Lanna et des ancêtres des familles.   

 

      

 

 

                               Le mercredi 5 juin 2013 un peu avant 14 heures

Photo 1 : Le véhicule transportant l'image du Bouddha ''Fon Saen Ha'' (พระพุทธรูปฝนแสนห่า ou พระเจ้าฝนแสนห่า)  est prêt.

Photo 2 : Le maire de Chiang-Mai, Monsieur ou naï Tassanai Buranupakorn (ทัศนัย บูรณุปกรณ์) transmet la flamme qui va donner le départ du cortège.

Photo 3 & 4 : Les représentants des fonctionnaires. Ils montent à leur poste, tout à côté de l'image de Bouddha.

 

 

    

 

 

Photo 1 : En 2008 c'étaient les militaires qui avaient l'honneur de tirer le char transportant l'image de Bouddha ''Fon Saen Ha'' (พระพุทธรูปฝนแสนห่า ou พระเจ้าฝนแสนห่า)

Photo 2 : Le circuit emprunté par la procession au travers de la ville. La procession part du Wat Chédi Luang et revient au Wat Chédi Luang.

Photo 3 : En 2013 c'étaient les enfants des écoles ou collèges qui avaient l'honneur de tirer le char transportant l'image de Bouddha ''Fon Saen Ha'' (พระพุทธรูปฝนแสนห่า ou พระเจ้าฝนแสนห่า)

 

 

    

 

 

                                           Quelques clichés de la procession.

 

 

      

 

 

                               Quelques clichés de la procession. (Suite et fin)

 

 

    

 

 

                                          Le mercredi 5 juin 2013 à 16 heures

Photo 1 : l'image du Bouddha ''Fon Saen Ha'' (พระพุทธรูปฝนแสนห่า ou พระเจ้าฝนแสนห่า)  est descendue de son char et installée, en lieu et place de l'image du Bouddha qui se trouvait sur le rond-point de l'entrée du Wat Chedi Luang. Et là, les fidèles viendront lui rendre hommage en déversant sur lui quelques petits godets d'eau bénite pour lui rendre hommage et ainsi … acquérir quelques mérites.

                                                                A 16 heures

Photo 2 : le député-gouverneur de Chiang-Maï, Monsieur Adisorn Kamnerdsiri (อดิศร กำเนิดศิริ) frappe le gong, et déclare officiellement l'ouverture des festivités. Après avoir remis nombre de distinctions – les Thaïlandais en sont très friands – et poser à l'occasion de chaque remise il ira verser quelques petits godet d'eau bénite sur l'image de Phra Bouddha Fon Saen Ha … puis …

Photo 3 : … puis comme le plus humble des fidèles le député-gouverneur, suivi du maire et des édiles municipaux, va déposer ses offrandes en faisant le tour de la table aux 32 coupelles et du Viharn, conformément à la ''pradaksina'' ou ''circumambulation'' à la différence du dévot que … ce n'est pas lui qui a porté ses offrandes mais une personne à son service … fonction oblige !...

 

 

    

 

 

                                  Le mercredi 5 juin 2013 en cours de journée

Photo 1 : Très vite les réceptacles d'offrandes se remplissent ce qui nécessite le recours à un service de leur remise à vide.  

Photo 2 : Cette photo peut paraître incongrue mais ce sont les offrandes destinées aux Kumphans. Une tête de cochon par Kumphan. Si j'ai pu les prendre avant d'être offertes, je n'ai pas vu quand elles avaient été offertes. Je le regrette beaucoup.

En règle générale, d'après les chroniques, les offrandes comestibles peuvent être consommées sur place. A quel moment ?... et qui le permet ?... je l'ignore, mais il ne faut surtout pas emporter chez soi une offrande dans l'intention de la manger sous son toit, bien au calme. Si vous le faites c'est à vos risques et périls, car les esprits veillent et n'acceptent pas ce genre de comportement. Vous voilà prévu !...

                                  Le mercredi 5 juin 2013 à partir de 19 heures

Photo 3 : Le tout premier spectacle d'une longue série. Ce sont des spectacles qui fleurent bon le Lanna et ses traditions. Ils se renouvellent tous les soirs !...

 

 

Les jours suivants seront à l'identique de cet après midi du 5 juin. Citadins et villageois viendront rendre hommage en famille, ou seul, à la colonne Inthakhin et prendre un peu de bon temps.

 

    

 

 

                          Le jeudi 6 juin 2013 au matin et les jours suivants !...

Photo 1 & 2 : Au petit matin les offrandes de la veille sont entassées, ramassées, et emportées, sauf celles qui ont été déposées au pied du monument Inthakhin.

De nombreux coups de balais vont rendre les lieux aussi nets qu'au premier jour ce qui permettra aux nouveaux dévots de sacrifier à la tradition et … d'acquérir … quelques mérites !...

                                                     Le mercredi 12 juin 2013 

Photo 3 : Ce jour là, le dernier de la semaine ''Inthakhin'', comme tous les matins, dès huit heures trente, et peut-être plus tôt, les enfants des écoles sont arrivés en minibus, songthaews ou autres moyens de transports pour sacrifier, eux aussi, à la tradition du respect à rendre à la colonne Inthakhin pour que Chiang-Maï et sa province connaissent la prospérité et l'abondance !...

                                                                           

 

La dernière journée des festivités se clos par une cérémonie d'offrandes, présidée par le maire de Chiang-Mai Monsieur ou Naï Tassanai Buranupakorn (ทัศนัญ บูรณุปกรณ์). Les offrandes sont données à 108 moines.

Cette cérémonie se tient dans le grand viharn du Wat Chedi Luang. Elle est annoncée à 9 heures 30 mais peut avoir lieu une heure plus tard … comme ce fut le cas.

 

    

 

 

                              La clôture des cérémonies Inthakhin

                                           (Le mercredi 12 juin 2013 au matin)

Photo 1 : Quelques un des … 108 moines. (Encore le chiffre 108 !...)

Photo 2 : A gauche en marron, tête baissée et mains jointes le maire de Chiang-maï Monsieur ou Naï Tassanai Buranupakorn (ทัศนัย บูรณุปกรณ์) et, à droite, bénissant quelques autres édiles municipaux, le supérieur du Wat Chédi Luang Phra Rat Chetiya Chan (พระราชเจติยาจารย์) (ชูเกียรติ อภโย เทวินทะ).

Photo 3 : Tout de suite après la cérémonie, dans l'aile droite du grand Viharn, des moinillons sortis de je ne sais où, ont pris place pour un vrai repas de Noël. Non pardon … d'Inthakhin !...

(Cela m'a rappelé les 11 novembre de mon enfance, j'avais alors 6/7 ans, où, après avoir rendu hommage aux morts pour la Patrie nous avions droit au ''Vin d'honneur'' c'est-à-dire pour les enfants … à un diabolo menthe et un gâteau sec. C'était peu !... mais à l'époque c'était … si rare !... que c'était une fête !...)

                                                                           

 

Dans l'après midi, et exceptionnellement a eu lieu la pose des deux ''chofas'' du Viharn Inthakhin. Comme d'habitude la place me manque alors ce sera l'occasion d'une prochaine chronique.

 

Toutes mes excuses et ne m'en veuillez pas.

 

 



05/07/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres