MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

MONUMENT DE LA DEMOCRATIE 04 (La symbolique du monument)


MONUMENT DE LA DEMOCRATIE (4)

อนุสาวรีย์ประชาธิปไตย (DEMOCRATY MONUMENT)

 

 

Avertissement : Cette chronique est précédée de trois autres, qu'il vaut mieux avoir lues pour aborder le texte qui suit.

 

 

 

 

        LA SYMBOLIQUE DU MONUMENT

 

Dans ce monument il y a deux types de symbolique, la symbolique officielle et la symbolique des … initiés.

 

La première est celle qu'on trouve dans tous les livres, et sur laquelle il n'y a pas à revenir.

 

 

La seconde est celle que j'y ai découverte. Elle porte donc à caution. Car ce n'est qu'un avis personnel, mais qui peut donner à réfléchir.

 

Je rappelle que Pitbun s'est pris pour le nouveau guide des Siamois, leur ''Père''. Le jeune roi n'était alors qu'un adolescent qui étudiait à Lausanne en Suisse, donc fort loin de Bangkok et vraisemblablement très loin des préoccupations de ses sujets.

 

Alors les Siamois n'avaient plus vraiment d'image fédératrice. C'étaient comme des orphelins !... Phibun fut l'homme providentiel ! Il allait remplacer le ''Père''.

 

Les touristes qui visitent aujourd'hui la Thaïlande se rendent compte combien l'image du roi de ce pays, Rama IX est vénérée et respectée.

 

Sa parole est très écoutée, et ses actes sont très regardés et … suivis.

 

Il a suffit par exemple que Rama IX ait des chiens, pour que tout d'un coup les Thaïlandais considèrent avec plus d'humanité ces quadrupèdes qui étaient alors des symboles de très mauvaises renaissances, (Réincarnation) et voués aux maltraitances les plus indignes. 

 

 

Donc Pitbun a su se substituer au jeune roi. Il s'est approprié du pouvoir et s'est comporté en vrai ''roi divin'' de la tradition bouddhique.

 

C'est cet aspect de ma réflexion qu'il ne faut surtout pas perdre de vue. Pitbun est de culture bouddhique et nous, les Français de culture judéo-chrétienne ce qui est loin d'être la même … ''chose''.

 

Après ces mises au point venons-en à ces symboliques.   

 

 

 

Les chiffres :

 

Le monument de la démocratie commémore le coup d'état du 24 juin 2475 (1932).

 

Un coup d'état qui a eu pour conséquence un changement de régime. La monarchie absolue a laissé place à une monarchie constitutionnelle et une constitution a été rédigée pour définir le rôle des structures mises en place, et préciser un certain nombre de règles.

 

En raison du chiffre 24, le rayon du monument mesure 24 mètres, tout comme la hauteur des quatre éléments qui s'élancent dans l'espace comme pour se rejoindre dans l'infini.

 

Le mois de juin étant le troisième mois de l'année bouddhique, et à l'époque du calendrier Suriyakati (*) auquel se référait le Siam, le caisson central qui supporte un bronze représentant la constitution mesure 3 mètres de haut.

 

 

(*) Autrefois en France l'année commençait aussi au mois d'avril, ou plutôt avec l'arrivée du printemps. Mais cette arrivée du printemps variait d'une région à l'autre. Alors Charles IX (1550-1560-1574) promulgua un édit en 1564 pour fixer au 1er janvier le premier jour des ans à venir.

 

Plaek Phibun Songkhram fera de même au moyen d'un décret le 24 décembre 2483 (1940) et fixera au 1er janvier le nouvel an du calendrier Suriyakati utilisé par les Thaïlandais.

De ce fait l'an 2483 n'aura eu que 9 mois et les Thaïlandais fêteront depuis, l'an nouveau deux fois par an au lieu d'une, à la différence que maintenant ''Songkran'' (สงกรานต์) est une fête à dates fixes … du 13 au 15 avril.

 

 

 

Les deux derniers chiffres de l'année, 75, (1932) ont été symbolisés par 75 petits futs de canons qui ont été plantés dans le sol la gueule en premier, à égale distance les uns des autres et sur une ligne de circonférence qui englobe l'ensemble du monument.

 

Les culs de ces fûts de canon ont ensuite été reliés entre eux au moyen de chaînes symbolisant l'unité des corps armés qui ont œuvré de conserve pour restaurer la monarchie et défendre la constitution.

 

 

   

 

 

A gauche : Le stupa de Kusinara ou Kusinagara en Inde dans l'état de l'Uttar Pradesh situé au nord-est du pays. Ce serait en cet endroit, que Bouddha se serait éteint et serait retourné au Brahman.

Dans le Vihara près de ce stupa il y a une image d'un Bouddha couché autour de la quelle les pèlerins viennent accomplir trois … ''pradaksinā'' !...

C'est un stupa … dont on pourrait dire … qu'on ne peut pas construire plus simple.

 

Au centre : Le … ''stupa'' … du monument de la démocratie courant 1940. Devant lui, quelques individus pausent pour l'éternité. Peut-être que parmi eux se trouve le concepteur du projet …  Jit Sen (Mew) Aphaiwong (นาย จิตรเสน (หมิว) อภัยวงศ์) ?.... qui sait ?...

En tout cas Corrado Feroci n'y est pas.

 

A droite : Le … ''stupa'' … du monument de la démocratie tel qu'on peut le photographier aujourd'hui, en juin 2011.

 

 

 

L'élément central :

 

Au centre du monument il y a une construction qui n'est pas sans me rappeler, comme je l'ai déjà écrit au début de cette chronique, un stupa, celui de Kusinara ou Kusinagara pour être plus précis.

 

Malgré toutes mes recherches je n'ai trouvé AUCUN autre stupa ou chédi ressemblant au stupa de Kusinara, sauf peut-être, mais il n'est pas aussi parfait, celui de Sarnath.

 

Ce stupa est fait d'un bloc cylindrique recouvert d'un dôme. Son faîte est surmonté d'un piédestal où repose un mat qui est composé de trois parasols, et qui se termine vraisemblablement par un ''Nada''. Il n'a aucune fioriture ou décoration !...

 

Or ce fut à Kusinara que Bouddha rendit son dernier soupir et connu la ''parinirvana'', c'est-à-dire le total détachement de la matière pour se fondre à jamais au brahman. Un cycle se terminait et un autre allait ou avait déjà repris avec un nouveau Bouddha.

De la même manière, l'ère de la monarchie absolue prenait fin, et avec la constitution une ère nouvelle naissait.

 

 

Ce stupa de style art déco 1930 renfermerait non pas des reliques mais une reproduction de la première constitution dont les vertus fondamentales devaient apporter au royaume, l'indépendance (1), la paix (2) et le développement économique (3) puis à partir de là pour tous les sujets, l'égalité (4), la liberté (5) et le droit à l'éducation (6), une forme d'ordre social non ?....

 

Chacune de ces six dispositions est symbolisée par une porte aménagée sur le pourtour du chédi.

 

 

 

Enfin, un bronze de quatre tonnes figurant une liasse de feuilles de latanier (Palmier) le surmonte. (*)  

 

 

(*) Comme le montrent des photos des chroniques précédentes la constitution se présente sous la forme d'un manuscrit de feuilles de latanier (Palmier) qui forment, comme c'était la tradition siamoise une liasse ou un recueil plié en accordéon.

 

 

 

   


 

Pour plus de détails sur les livres des saintes écritures bouddhiques.

 

A partir de la gauche :

1ère photo : des feuillets vierges.

2ème photo : Des livres ''rangés'', si je peux dire ( ?), dans un meuble à l'intérieur de la bibliothèque ou Ho trai (หอไตร) du Wat Bupharam de Chiang-Maï – (2009)

3ème  photo : Des boites servant à protéger un livre en particulier. (Musée du Wat Chedi Luang de Chiang-Maï  - 2009)

4ème photo : Des coffrets où s'entassent un certain nombre de manuscrits. Tous ces livres étaient écrits à la main d'où leur nom de manuscrit. (Intérieur de la bibliothèque ou Ho trai (หอไตร) du Wat Duang Di de Chiang-Maï - 2009)

 

 

 

   

 

Les ailes :

 

Les quatre ailes sont aussi toute une suite de symboles. Alors je ne parlerai que des plus évidents.

 

Chacune d'elle représenterait l'un des quatre corps armé, ayant contribué au changement de régime, l'armée de terre, l'armée de l'air, la marine et la police. Ce qui signifie aussi que les quatre éléments sont représentés, la terre, l'air, l'eau et le feu.

 

Symboliquement l'aile est un élément qui permet de prendre de la hauteur, mais aussi de protéger. Ne dit-on pas ''prendre sous son aile'' ?...

 

Alors les forces armées seraient là pour protéger la constitution mais aussi pour la faire évoluer dans l'intérêt de tous.

 

 

Ces ailes peuvent aussi être assimilées à des pétales de lotus, donc le monument à une fleur de lotus au sein de laquelle il n'y a plus Bouddha mais une entité tout aussi précieuse … la constitution.

 

Ces quatre pétales seraient alors en fait quatre séries de neuf pétales (je les ai comptés) et le ''9'' en Thaïlande est un chiffre porte bonheur et … protecteur. (*)

 

Le monument de la démocratie serait alors comme un lotus flottant sur les eaux troubles de la politique. Une belle image non ?... et si vrai hélas !...

 

 

Pour en finir avec ces ailes ou séries de pétales j'ajouterai que la courbe dorsale de chacune d'elles semble se prolonger vers l'infini  tant pour se rejoindre, comme pour former la structure d'un dôme céleste, que pour se fondre dans le haut des cieux. Certains diront dans le brahman !.... Nous sommes là en pleine mystique bouddhique.

 

 

(*) Juste un mot sur la ''magie'' du chiffre ''9''.

En Thaïlande lorsqu'un individu achète une voiture s'il veut le chiffre ''9'' dans son numéro d'immatriculation, car ce serait le porte-bonheur par excellence, il doit l'acheter. Les autres chiffres sont donnés … gratuitement.

Autrement écrit, plus il y a de ''9'' sur une plaque minéralogique, plus son propriétaire a du payer pour les obtenir mais … plus il est protégé des catastrophes routières … du moins en-est-il persuadé.

 

Malheureusement l'absence de ''9'' n'incite pas les autres usagers au respect du code de la route, et à conduire avec prudence. Alors si vous avez à conduire au pays du sourire … attention … attention … surtout si sur la plaque minéralogique de votre véhicule il n'y a pas de … ''9'' !... Mais … prudence … prudence même s'il y a un … ''9'' !...

 

 

 

 

Photos de Louis CHU (Octobre 2010) Il faisait ce jour là un temps de Toussaint.

 

 

La chine, qui n'est plus à une contradiction près, développe un parc d'attractions où Bouddha tient la vedette. Il s'agit du parc de Ling shan près de Wuxi à une heure de train environ de Shanghaï.

Sur les photos, sortant d'un lotus le tout jeune Bouddha. Remplacez-le par le … ''chédi'' portant la constitution et vous avez l'une des symboliques du monument de la démocratie.

 

 

 

 

Les Nagas :

 

Sur chacun des côtés extérieurs des piédestaux, ceux faisant face à la circulation, il y a une fontaine. Et les sujets principaux qui composent l'allégorie, qui se répète donc quatre fois, sont des nagas qui sortent du bec de Garuda.

 

D'après certains textes ces divinités aquatiques auraient été à l'origine de la royauté. Alors quoi de plus normal que de les voir figurer dans une composition architecturale figurant une certaine évolution du pouvoir monarchique.

 

Vous ne verrez jamais un temple ou un site bouddhique sans nagas. Car les nagas sont les gardiens des saintes écritures. Or la constitution n'est-elle pas dans son genre, malgré son côté profane, une suite d'écritures tout aussi précieuses pour le bien de l'homme que l'enseignement de Bouddha ?....

 

Les nagas interviennent souvent dans la vie de Bouddha. Il suffit de se reporter à l'image du samedi où Phra Nak Prok (พระนาคปรา) protège Bouddha de la noyade en le surélevant du sol, et de la pluie en déployant au-dessus de lui son capuchon à sept têtes.

 

En plus de ce côté ''protecteur'' les nagas sont les gardiens des richesses souterraines alors de ce fait ils sont les garants de la prospérité.

 

Ces petites fontaines qui n'ont l'air de rien, et semblent quelque peu anachroniques, sont en fait symboliquement beaucoup plus importantes qu'on ne peut le penser, d'autant que j'aurai pu développer la symbolique de Garuda qui est quand même l'emblème de la Thaïlande !...

 

 

   

 

Les bas reliefs :

 

Les bas reliefs sont au nombre de huit, deux par piédestal. Tous les huit sont signés Corrado Feroci.

 

Comme il s'agit ''d'affiches publicitaires'' gravées dans la pierre où les armées protègent le brave peuple je ne m'y attarderai pas.

 

Il est vrai qu'à l'époque le niveau intellectuel général ne devait pas être très élevé, il n'empêche qu'aujourd'hui ces allégories frisent le ridicule.

 

L'armée est glorifiée tant et plus alors que les gens du peuple sont traités comme de pauvres assistés. Or si le paysan peut vivre sans militaire, il s'avère que le militaire a besoin du travail du paysan pour manger.

 

La démocratie n'est pas la ''chose'' de quelques uns mais l'affaire de tous, ainsi que le disait le roi abdicataire Rama VII, et sur ce point de vue le monument passe … à côté de la plaque.

 

 

     

 

                                                                    //zidaneo.multiply.com/    photo de Prasit Chansareekorn

 

 

A gauche : Plus de 200.000 personnes, menées par des intellectuels, sont venues demander la fin de la dictature d'un triumvirat et le retour d'une constitution. C'était le samedi 13 octobre 1973 (2516). Le lendemain c'est la répression, plus de 70 morts. Le roi sort de sa réserve. Alors en catimini les dictateurs partent en exil et des jours nouveaux semblent s'annoncer. En tout cas une nouvelle constitution verra le jour en septembre 1974.

 

Au centre : Le monument est aussi devenu un endroit festif

Ou se joue le Ramakian ou Ramakien (mai 2009) et où se tirent des feux d'artifices.

 

A droite : En 2009 comme en 1973 le monument de la démocratie redevient un lieu de contestations et de revendications. C'est l'occupation par les chemises rouges.

 

 

 

Pendant longtemps les Siamois puis les Thaïlandais ont ignoré le monument de la démocratie. Aujourd'hui il semble devenir un point de ralliement.

 

 

La démocratie serait-elle sur une bonne voie ?...

Je l'espère. En tout cas, tout fini par arriver, hélas ce n'est jamais sans douleurs.

 

 

 

Une dernière photo, juste avant de vous quitter, c'est le monument de la démocratie lors de la grande inondation d'octobre 1942. Cette photo a été publiée le 20 octobre 2553. 

 

 

 

 

L'image de mon lotus flottant sur les eaux troubles de la politique n'était pas si mauvaise que çà non ?...

 

 

 

 

 

Nota bene : Les photos d'archives ont été prises sur le net. Et très honnêtement il m'est difficile d'en donner la paternité à un site plutôt qu'à un autre.

 

Alors pour limiter le texte et ne pas faire de jaloux je n'ai cité personne. Mais je suis prêt à rendre à César ce qui appartient à César … en cas de réclamation.

 

Ce texte appartient à un ensemble de cinq chroniques toutes classées dans la rubrique ‘’Tout sur le Siam‘’

 

Monument de la démocratie 01 - Naissance de l'idée de démocratie

Monument de la démocratie 02 - Contexte de l'époque

Monument de la démocratie 03 - Mise en œuvre du monument

Monument de la démocratie 04 - Symbolique du monument

 





20/06/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres