MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

MOUKATHA


KOUNGKATHA (กุ้งกะทา) écrit aussi (กุ้งกะท)

MOUKATHA (หมูกะทา) écrit aussi (หมูกะท)

NUAKATHA (เนื้อกะทา) écrit aussi (เนื้อกะท)

 

 

 

Ces trois mots servent à désigner un certain type de restaurants, où le client fait cuire lui-même, dans une katha, (กะทา) ou kratha, (กระทา) la spécialité de la maison et les aliments qu'elle propose.

 

Les Koungkathas ont pour spécialité les grosses crevettes, les Moukathas les viandes de porc, et les Nuakathas les viandes en général mais plus particulièrement, normalement, celles de bœufs.

 

Mais dans les faits, ces trois types de restaurants proposent tous à leur clientèle des petites pièces de porc, de poulet, de bœuf, de poisson, de seiche, divers légumes et … etc… etc… autrement écrit et plus concisément … les mêmes choses !...

 

Alors il est souvent difficile de les différencier entre eux, hormis pour la Koungkatha dont les crevettes ne se retrouvent pas chez les deux autres, car elles demandent un mode de cuisson particulier.

 

Et je pense, que les chefs de ces établissements eux-mêmes, seraient bien en peine de dire ce qui les distingue les uns des autres, à part leur dénomination ?!...

 

 

Au Lanna le vocabulaire n'a pas la rigidité du nôtre, où chaque mot a un sens bien précis, et se rapporte à un objet bien déterminé, et pas à un autre.

 

Alors les mots, lorsque l'accent ne vient pas faire  la différence, peuvent signifier une chose et son contraire. Ils ont un sens très large, et souvent très approximatif.

 

Ainsi par exemple, le dictionnaire officiel dit qu'une, ou qu'un, kratha, est une poêle à frire.

Or l'instrument qui sert à cuire les crevettes n'a rien d'une poêle à frire puisqu'il s'agit d'un grill posé sur un brasero ?!...

 

Et l'instrument qui sert à la cuisson des viandes, ou des légumes, ne contient pas une goutte d'huile mais … de l'eau.

 

Une friture, jusqu'à preuve du contraire, se fait dans de l'huile ?!... Alors ?...

 

En fait, il n'y a pas l'équivalent de cet instrument de cuisine en France. Il est donc difficile d'en trouver une traduction exacte.

 

       

     Une katha en alu sur brasero                   Une Katha en cuivre sur gaz              Une Katha en alu sur électricité


Pour être plus précis, ou tenter de l'être :

 

Dans ces restaurants, chaque table est équipée d'un (ou de deux) chauffe-plat. Certains fonctionnent au gaz, d'autres à l'électricité ou encore au charbon de bois. (Petit brasero).

Tous sont surmontés d'un récipient de forme ronde, en cuivre ou en aluminium, un(e ?) Kratha (กระทา) ou Katha (กะทา).

 

Sur la circonférence de ce plat, il y a comme une rigole pour y faire bouillir de l'eau, et sa partie centrale, au lieu d'être plate, à la forme d'un dôme.

 

Alors le client a la possibilité de faire cuire sa nourriture dans de l'eau bouillante ou de la faire rissoler sur le dôme.

 

Dans le dernier cas, la fonte d'un petit morceau de lard, placé sur le faîte du dôme, est nécessaire pour que les viandes n'attachent pas à la … katha ou … au plat.

 

Le dictionnaire officiel donne pour orthographe de Kratha, ะทา. Mais il est souvent écrit กะท, (avec un ''a'' long en final et sans le ''r'') ou encore กระท, (avec un ''a'' court en final) ce que n'aime visiblement pas le dictionnaire de l'ordinateur, car il signale alors ... une faute ... d'orthographe !...



11/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres