MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

MUSEE ELEPHANTS (Le)

Musée des éléphants (Le)

 

พิพิธภัณฑ์บ้านจ๊างนัก ของดีเมืองเชียงใหม่

 

Baan Jang Nak – A Museum of Elephant wood carvings

 

บ้าน จาง นัก

 

   

  

 

Photo 1 : La cour arrière du musée.

 

Photo 2 : Le plan pour se rendre au musée des éléphants à partir de la porte Tha Phae de Chiang-Maï. (Porte Est)

Le musée est à environ 22 kilomètres de la porte Tha Phae et à 4 kilomètres après avoir traversé San Kamphaeng.

A la sortie de San Kamphaeng, que vous traversez pratiquement en ligne droite sans quitter la route 1006, et après deux kilomètres vous arrivez au Wat Chae Chang devant lequel s'élève un éléphant d'au moins trois mètres de haut. Il est impossible de le rater.

Contournez le Wat. Vous allez alors quitter alors la route 1006 pour la route 1047 laquelle traverse un marché très pittoresque. Et après le 3ème Wat sur votre droite, en comptant le Wat Chae Chang,  vous prenez la petite soï qui longe ce 3ème Wat, le Wat Buak Khang dont la particularité est d'avoir deux Viharn accolés. Roulez droit devant vous, la soï va s'élargir et vous conduire directement au musée après 500 mètres de chemin.

 

Photo 3 : Le mammouth de la cour avant du musée.

 

 

Adresse : 56/1 Moo 2 Buak-Kang – San Kamphaeng

                50130 – Chiang-Mai

                56/1 หมู่ 2 ต. บวกค้าง อ. สันกำแพง จ เชียงใหม่ 50130

                Tél : 053.446.891 - mobile : 083.203.9991

               

 

Jours d'ouverture : Tous les jours

Heures d'ouvertures : de 8 heures à 17 heures

 

 

Le dit musée des éléphants n'est pas vraiment un musée, c'est mieux que cela. En effet, en général, un musée d'art expose des œuvres correspondant à une thématique, alors de ce fait les artistes sont multiples et les œuvres n'ont aucun lien ''d'affect'' entre elles. Chacune met en évidence un moment privilégié de tel ou tel artiste mais, sans être rattachée à un passé  et sans prétendre à un avenir.

 

Il en va tout autrement au musée dit des éléphants, car les œuvres ont un même père, et sont comme les témoins de l'évolution artistique de cet homme. Alors elles constituent une collection à nulle autre pareille où d'œuvre en œuvre le passé cède le pas au présent et où le présent tend la main au futur.

 

Cette continuité est d'autant plus à l'honneur que le dit musée se trouve au sein d'un atelier en plein activité.

 

   

 

 

Quelques assistants de naï Phet Wiriya à l'œuvre.

 

 

Le père de cette fantastique collection d'éléphants en bois est un artiste sculpteur, Naï Phet Wiriya (นาย เพชร วิริยะ) il est âgé aujourd'hui, (2013) de  58 ans.

 

     

 

 

            L'artiste Naï Phet Wiriya (นาย เพชร วิริยะ) au travers les âges

 

Photo 1 : Phet Wiriya vers 17 ans et probablement en compagnie de son professeur Krou Aï Dej Duangta (คุรุ อ้าย เดชดวงตา) (Mais j'ai oublié de lui en demander confirmation ?!...)

 

Photo 2 : Le maître Phet Wiriya à l'œuvre.

 

Photo 3 : Phet Wiriya vers l'âge de quarante ans..

 

Photo 4 : Phet Wiriya le lundi 28 Janvier 2013.

 

 

Naï Phet Wiriya (นาย เพชร วิริยะ) est né au sein du Lanna le 8 Mars 1955. Il fut l'un des cinq enfants de Naï Siga Wiriya (นาย สิงห์ วิริยะ) et de Nang Bouadjin Wiriya (นาย สิงห์ วิริยะ).

 

Comme la plupart des enfants de son âge il fréquenta l'école de son village ; puis à 17 ans en 1972 il entra dans la classe de sculpture de Krou Aï Dej Duangta (คุรุ อ้าย เดชดวงตา) un sculpteur de renom fixé à Lampang.

 

Il restera à ses côtés durant 4 ans, c'est-à-dire jusqu'en 1976, année de ses 21 ans. Avec cet artiste non seulement il apprendra l'art de tenir un outil et d'œuvrer pour extraire le meilleur de lui-même, mais aussi à donner une âme à ses créations.

 

A 28 ans, en 1983, il est à Bangkok où il enseigne son art sans privilégier un sujet plutôt qu'un autre … fruits … personnages … et animaux divers sont au centre de son enseignement !...

 

Deux ans plus tard, en 1985, de retour à San Kamphaeng, avec des amis il ouvre un atelier où l'éléphant se taille la part du … Lion. Il n'y en a que pour lui. Mais Naï Phet Wiriya n'est pas satisfait de ses résultats, il veut aller au-delà    

 

Pour cela il va s'engager, vers les années 1987, dans une étude spécifique concernant les éléphants. Dans les zoos, les camps de travail, bref partout où évoluent les éléphants, il va étudier et analyser au moyen de photos, croquis, observations diverses, leur morphologie mais aussi leurs comportements. Ce qui va le conduire à ''bouleverser'' une tradition du Lanna plus que centenaire.  

 

   


L'éléphant va devenir un sujet d'art dont les spécificités particulières vont l'emporter sur son aspect général. Ce ne sera plus le pachyderme qu'on sculpte dans du bois de teck et dans la position debout sans lui donner la moindre personnalité.

 

Le grain de sa peau, son œil et même ses cils, comme je l'ai vu, sont autant de détails qui vont participé à personnaliser chacune des créations de Naï Phet Wiriya. Un éléphant, comme un être humain à sa personnalité et ne ressemble à aucun autre. De là il va créer un style de sculpture personnel.

 

Il va même aller jusqu'à remplacer le matériau de base, c'est-à-dire le bois de teck par le bois de Cassia, un arbre qui jusqu'alors ne servait que de bois de chauffage !...

 

Il va aussi jouer avec la couleur de ce bois tout en mettant au point une coloration spécifique naturelle, et non toxique, à partir du fruit du Diospyros mollis Griff., (*) qui ne demande pas moins de 10 couches successives pour atteindre la couleur ''puak'' (naturelle) de l'éléphant !...

 

 

(*) Le genre ''diospyros'' concerne des espèces comme l'ébénier ou le Kaki. Ce sont des arbres courants dans la région.  

 

 

   

 

Comme Naï Phet Wiriya n'a pas les deux pieds dans le même sabot, que ses œuvres font parler de lui, courant 1988 un chroniqueur en vogue vient lui rendre visite. Il s'agit de Khoun Lug Pra Youn Janyawong (คุณลุงประยูร จรรยาวงศ์) alors âgé de 73 ans !...

 

Ce n'est donc plus un tout jeune homme, mais un homme respectable qui va prendre sa plume pour écrire tout le bien qu'il pense de l'artiste et … de son atelier qu'il baptise ''Baan jang nak'' (บ้านจ๊างนัก) c'est-à-dire la ''maison au grand nombre d'éléphants. ''. Le nom restera, et les feux de l'actualité qui ont été braqués sur Naï Phet Wiriya et sur son œuvre vont l'encourager à persévérer dans sa démarche.

 

   

 

Naï Phet Wiriya tout en œuvrant avec son équipe dans son atelier va aussi participer à nombre d'expositions pour montrer, d'abord en Thaïlande mais aussi à l'étranger, ses créations.

 

Ainsi en 1992 ses œuvres sont à Phuket, en 1995 à Ottawa au Canada, en 1999 au Royal Garden ressort de Pattaya.

 

En 2000 elles figurent dans une exposition, dont le thème se réfère à l'esprit du Lanna ; cette exposition fera halte dans 7 grandes villes de Thaïlande.

 

En 2003 à l'occasion de l'année du tourisme le label OTOP (*) lui décerne cinq étoiles.

 

 

(*) OTOP, One Tambon, One Product  ou Une localité une production. Ce label créé en 2001 a pour objet de labelliser une production de qualité et de mettre à sa disposition une stratégie commerciale efficace.

 

 

     


C'est aussi en 2003 que Phet Wiriya ouvre au public sa collection d'éléphants et fonde ainsi un musée local privé dont l'entrée est gratuite.

 

L'intérêt de ce musée, comme je l'écrivais en début de la présente chronique, c'est qu'il s'insère dans un lieu de vie, très exactement … au-dessus d'un lieu de vie. Car sous le musée proprement dit il y a l'atelier de création de l'artiste.

 

Cet atelier ne manque pas d'intérêt. C'est l'occasion pour un néophyte de découvrir les mille et une facettes d'un lieu de création ; d'autant que le visiteur peut aller et venir au gré de sa curiosité et de ses coups de cœur. Aucun espace ne lui est interdit. Il peut tout regarder et tout photographier.

 

   

 

Il y a là nombre d'œuvres en cours de créations, d'autres qui attendent dans un coin un coup de plumeau et la dernière touche de l'artiste, d'autres encore qui émergent d'un tronc d'arbre, sans oublier celles qui ont été créées pour l'accueil du public. 

 

Ce vaste lieu, ouvert à tous vents, en partie abritée et en partie en plein air est occupé par une dizaine de personnes qui sculptent des éléphants à longueur de journée. Les plus petits des pachydermes tiennent dans le creux d'une main et les plus gros nécessitent une échelle pour aller terminer le détail qui va les personnaliser un peu plus !...

 

Au-dessus de cet atelier, Phet Wiriya a aménagé une aire d'exposition constituée de salles, de plateformes couvertes et de paliers où reposent religieusement des sculptures d'éléphants que nos ouvriers du tour de France auraient qualifiées de ''chefs-d'œuvre''.

 

     

 

Il y a par exemple un éléphant de plus d'un mètre cinquante de haut constitué d'une centaine d'éléphants ; sa queue compte à elle seule plus d'une douzaine d'éléphants sculptés à la queue leu leu.

 

Mais parfois c'est un œil, seulement un œil d'éléphant qui vous regarde d'un air inquisiteur, ou encore une suite de pachydermes, d'une vingtaine de centimètres de haut, qui serpente sur une dizaine de mètres au beau milieu d'une pièce.

 

   

 

Il y a aussi une spirale constituée de 21 blocs de bois qui sont des fœtus d'éléphants dont les formes de l'éléphanteau se précisent au fur et à mesure que les blocs prennent de l'importance. Ces 21 blocs symbolisent les différents stades de la gestation d'une éléphante dont la durée varie entre 20 et 22 mois ?!...

 

Ces quelques exemples se suffisent à eux-mêmes pour montrer combien l'endroit est magique et qu'il suffit de se laisser porter pour en apprécier la féérie.

 

   

 

Aujourd'hui, Phet Wiriya a ouvert un magasin de vente. Il se situe  à Chiang-Maï dans la soï 1 de la rue Nimmanhaemin. C'est la boutique ''Baan jang nak'', un nom qui ne vous est pas inconnu.

 

La boutique est ouverte de 8 heures à 17 heures. (Tel : 053.446.891 – 083.203.9991) et si vous voulez en savoir plus … www.baanjangnak.com

 

     

 

 



31/01/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres