MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

PITAYA – PITAHAYA – FRUIT du DRAGON

            

                PITAYA - PITAHAYA - FRUIT du DRAGON

 

                                              Ou

 

        Hylocereus undatus (Haworth) Britton & Rose 1918

 

                              ... et ses autres noms de par le monde :

 

                                                          

 

 

Un Hylocereus undatus (Haworth) Britton & Rose ou Pitaya sur un étal de l'un des marchés aux fruits de Chiang-Maï.

Il était vendu 55 bahts le kilo en 2013, soit environ 1 euro 40. D'après certains internautes, en 2007 il était vendu à la Réunion 4 euros 50 et en Polynésie 12 euros 57, le kilo dans les deux cas ?!...

 

 

Au Lanna : Kèo mangkon (แก้วมังกร)

 

Au Sud-est asiatique : Thanh long () (Vietnam) - Huo long guo (火龍果) (Le fruit du dragon de feu) ou Long zhu guo (龙果) (le fruit des perles du dragon) (Chine) - Mark Mang gohn (ຫມາກ ມັງ ກອນ)

 

Ailleurs : Junco, junco tapatio, pitahaya orejona, reina de la noche, tasajo (Mexique) - Achacana (Pérou) - Flor de Caliz, pitajava (Porto-Rico) - Pitahaya blanca (Colombie - Vénézuéla) - Pitajoya, Pitagoya,

Et en Europe : Pitahaya, Dragon fruit, night blooming cereus, strawberry pear, belle of the night, conderella plant (Angleterre) - Fruit du dragon, cierge lézard, poire de chardon, raquette tortue (*), belle de nuit (France) - Drachenfrucht, distelbime (Allemagne).

 

 

Remarque : Le mot pitaya sert à désigner le fruit de plusieurs espèces, et l'étude de ces espèces ne remonte qu'au début du XXe siècle. Ce fruit était pratiquement inconnu en France jusqu'en 1995.

Pour les raisons qui précèdent la classification de ces plantes n'a pas été, et n'est pas des plus simples, alors dans cette chronique il sera surtout question de l'Hylocereus undatus (Haworth) Britton & Rose 1918 dont le fruit a la peau violacée et la pulpe blanche ; mais aussi de l'hylocereus polyrhizus dont le fruit a la peau violacée et la pulpe rouge et, du selenicereus megalanthus devenu le l'Hylocereus megalanthus dont le fruit a la peau jaune et la pulpe blanche.

 

(*) Le nom de ''raquette tortue'' est surtout employé à la réunion. Il se raconte là-bas, que les marins d'antan pour avoir à bord de la viande fraîche entretenaient un élevage de tortues qu'ils nourrissaient au moyen de branches de cactus dont la particularité est de se conserver longtemps à bord sans prendre trop de place, et ces cactus étaient des ... Hylocereus undatus !...  

 

 

   

 

 

Photo 1 : L'hylocereus undatus (Haworth) Britton & Rose 1918

Photo 2 : L'hylocereus polyrhizus (F.A.C. Weber) Britton & Rose 1920

Photo 3 : L'hylocereus megalanthus (K.Schum ex Vaupel) Ralf Bauer 2003

 

 

Nom botanique :

 

l'Hylocereus undatus (Haworth) Britton & Rose 1918

 

Synonymes :

- Cactus triangularis aphyllus Jacquin (1763)

- Cereus triangularis major de Candolle (1828)

- Cereus undatus Haworth (1830)

- Cereus tricostatus Gosselin (1907)

- Hylocereus tricostatus (Gosselin) Britton & Rose (1909)

- Hylocereus undatus (Haworth) Britton & Rose (1918)

 

Petite analyse du nom : Hylocereus undatus Britton & Rose

 

Origine du mot pitaya : Le mot ''pitaya'' vient d'un nom vernaculaire ''Taïno'' une langue amérindienne parlée dans les grandes Antilles (Cuba, Haïti, Porto-Rico et Dominique.) par une ethnie qui a disparu lors du XVIe siècle suite à la colonisation espagnole. Ce mot de ''pitaya'' aurait signifié ''fruit à écailles''.

Pitaya est aussi le nom d'un village de la province de Concan en Colombie (Amérique du sud) l'un des principaux producteurs de Pitayas avec le Mexique. (Existe-t-il un rapport ?...)

 

 

Hylocereus (A.Berger) Britton & Rose 1909

 

Ce genre a été créé par le botaniste Allemand Alwin Berger (1871-1931) en 1905. Il sera repris par les botanistes étatsuniens Britton et Rose en 1909 et plus particulièrement dans leur édition en quatre volumes de ''The cactaceae'' dont la parution s'étala sur quatre ans, de 1919 à 1923.

 

Hylocereus se compose de deux mots, Hylo qui vient du grec et cereus qui vient du latin.

Hylo ''hyl(éo)'' (hulé) (λη) signifie bois et matière

Cereus signifie cireux, ciré et cierge.

Le genre ''hylocereus'' concerne donc des plantes dont le ''bois'', c'est-à-dire la matière végétale des tiges à un aspect cireux et dont la forme de ces tiges fait penser à des cierges.         

 

Undatus est un mot d'origine latine qui signifie onduler, onduleux, voire qui présente des ondulations.

Ce nom a été donné par rapport aux arrêtes des tiges de la plantes dont la particularité est de ressembler à une suite d'ondes ou de vagues. (Voir les photos qui vont suivre.)

 

Britton & Rose est l'abréviation botanique des deux botanistes étatsuniens qui ont oeuvré plus particulièrement sur les cactaceae ou cactacées et, d'une façon plus générale sur une nouvelle nomenclature : ''Le Code Rochester'' au grand dam des européens attachés à leur classification.

 

Lord Britton ou, Nathaniel Britton (1859-1934) est un géologue botaniste originaire de New-York.

A 20 ans il est diplômé de l'école des mines de Colombia collège. Mais la botanique qu'il pratiquait en amateur au Torrey botanical Club depuis l'âge de 16 ans, finira par avoir raison de la géologie.

Déjà, à l'âge de 18 ans, (1877) en compagnie de Charles Arthur Hollick (1857-1933) qui deviendra paélobotaniste, il avait publié ''La flore du comté de Richemont de New-York''.

En 1906, à 47 ans, avec Joseph Nelson Rose et Daniel Trembly Mac Dougal (1865-1958) il commence une étude sur les cactus ce qui va le conduire à publier en compagnie de Joseph Nelson Rose ''The cactaceae'', une oeuvre en quatre volumes, illustrée par Mary Emily Eaton (1873-1961).

 

 

Joseph Nelson Rose (1862-1928) est un botaniste originaire de l'Indiana (USA). Quand il commence ses études en 1886 c'est avec le botaniste John Merle Coulter (1851-1928). Un homme avec qui il va travailler sur les ''umbelliferae'' et publier en 1900 ''Monograph of the Umbelliferae''.

Son travail au ministère de l'agriculture va le conduire, entre 1903 et 1918 à 9 voyages au Mexique et surtout à étudier les familles des Crassulaceae et des Cactaceae.

De ce fait sa route va croiser celle de Nathaniel Britton et en 1912, les deux hommes vont oeuvrer de conserve sur les Cactaceae. Ce sont eux qui portèrent de 21 à 100 le nombre de genres de cette famille.

 

Ses pairs, à partir de son nom créeront quelques genres nouveaux comme le genre, Roseanthus et Roseocactus pour ne citer que ceux-là.

 

Il aura rédigé plus de 200 publications, livres et articles confondus.

 

 

Alwin Berger (1871-1931) est un botaniste allemand qui a commencé sa carrière en tant que jardinier-paysagiste. De 1897 à 1914 il va exercer la fonction de conservateur du jardin de Sir Thomas Hanbury (1832-1907) à la Mortola près de Vintimille en Italie.

C'est principalement durant cette période qu'il va étudier les cactaceae et autres succulents, appelés à tort ''plantes grasses''. Ses études vont le conduire à s'intéresser aux travaux de l'Allemand Karl Moritz Schumann (1851-1904) qui fut l'un des tout premier botanistes à décrire les cactus.

Les travaux de Schumann paraitront entre 1897 et 1899. Il avait alors créé 21 genres et décrit 548 espèces.

 

Alwin Berger va porter le nombre de genre des cactaceae à 41, parmi eux, il y aura le genre Hylocereus créé en 1905.

Les genres Bergerocactus et Bergeranthus, créés à partir de son nom lui sont dédiés.   

 

     

 

 

Photo 1 : Lord Britton ou, Nathaniel Britton (1859-1934) géologue botaniste originaire de New-York. (USA)

 

Photo 2 : Joseph Nelson Rose (1862-1928) botaniste originaire de l'Indiana (USA) (Photo datant de 1885, Rose a alors 23 ans. C'est une archive du Centre de Wabash Collège communiquée par M. Robert T. Ramsay.)

 

Photo 3 : Une représentation de la fleur de l'hylocerus undatus Britton & Rose (Pitaya) signée Mary Emily Eaton (1873-1961) qui illustra ''The cactaceae'', une oeuvre en quatre volumes de Nathaniel Britton et Joseph Rose parue entre 1919 et 1923. Cette gravure, la planche 30, est extraite du deuxième volume.

 

Photo 4 : Alwin Berger (1871-1931) botaniste allemand. 

 

 

La classification de l'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya)

 

L'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) appartient à la grande famille des cactacées ou cactacaea qui fut créée par le botaniste français Antoine Laurent de Jussieu (1748-1836) en 1789 ; car le genre ''cactus'' créé par Linné regroupait de trop nombreuses espèces. Cette famille fut aussi appelée celle des Nompalées et Opuntiacées, mais ce fut le nom de ''cactacées'' ou ''cactaceae'' voire ''cactées'' qui l'emporta à l'usage.

 

Jussieu reprit le nom que créa l'Anglais John Lindley (1799-1865) à partir de cactus qui lui venait du grec ''Kaktos'' (κόσμος) qui signifie ''chardon''. La plante a de petits bouquets d'épines sur ses tiges.

 

Cette famille de plantes dicotylédones, polypétales et à fleurs hermaphrodites est endémique d'Amérique centrale et tropicale, (Sud du Mexique, Amérique centrale, Caraïbes, Venezuela, Colombie, Pérou, Guyanes, Brésil) hormis quelques ''rhipsalis'' d'origine Africaine et Ceylanaise.

 

Nombre de Cactacées ont aujourd'hui trouvé un terrain favorable dans les zones tropicales d'Asie, d'Afrique et d'Océanie. Hélas au tant mieux ( ?) leurs pollinisateurs naturels, Chauve-souris et insectes ne les ont pas suivis. Alors sans une pollinisation artificielle ces ''transfuges'' cactacées restent stériles.

 

La grande particularité de ces plantes c'est d'emmagasiner dans leurs tissus des sucs pour pallier aux effets des longues sécheresses mais de ne pas laisser couler de lait quand une de leurs tiges se cassent. C'est ce qui fait leur différence avec les plantes de la famille des apocynaceae ou apocynacées qui laissent couler un lait toxique.

 

Par ailleurs leur ovaire est infère et leur baie (fruit) ne comporte qu'une loge. Ces trois caractéristiques se retrouvent chez tous les cactacées.

 

 

Cette famille compte à l'heure actuelle entre 120 et 200 genres, 90 pour certains ( ?) et entre 2.000 à 2.500 espèces dont 250 sont cultivées.

 

Le genre ''opuntia ficus indica (L) Mill'' (1768) dont le fruit porte le nom de figue de barbarie, est vraisemblablement le plus cultivé au monde.

 

En Asie du Sud-est le fruit du dragon est devenu courant et de plus en plus cultivé. Mais c'est au Vietnam entre Nha Trang et Saigon qu'on en trouve le plus, car l'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) y fut introduit dès le début du XIXe siècle par les colons français, vraisemblablement encouragés par le botaniste Jean-Baptiste Louis Pierre (1833-1905) (*) qui fut le créateur du jardin botanique de Saigon et son conservateur de 1865 à 1877, et dans ce jardin il y a plus d'une trentaine de variétés de cactus.

 

Au tout début de son introduction au Vietnam les fruits (Pitayas) étaient destinés à la famille royale et à la très haute bourgeoisie.

 

 

(*) J'ai écrit ''vraisemblablement'' car je n'ai pas trouvé confirmation de ma spéculation. Cependant il faut savoir que Louis Pierre, originaire de la Réunion, est l'un des deux Français avec Pasteur à ne pas avoir subit les foudres de la ''défrancisation'' après la prise de Saigon par les Nord-Vietnamiens. C'est dire combien les Vietnamiens ont apprécié son oeuvre de botaniste !...

 

 

   

 

 

Photo 1 : Un plan d'Hylocereus undatus Britton & Rose trouvé au fond d'une cour à Chiang-Mai.

 

Photo 2 : L'aire endémique de l'Hylocereus undatus Britton & Rose. Il a migré aujourd'hui dans pratiquement toutes les zones tropicales du monde.

 

Photo 3 : Une plantation Vietnamienne d'Hylocereus undatus Britton & Rose entre Saigon et Nha Trang. (Photo de Vo Van Thanh trouvée sur le net.)

 

 

 

Description de l' Hylocereus undatus Britton & Rose

 

L'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) est une plante composée de tiges tentaculaires rampantes et grimpantes qui peuvent atteindre plus d'un mètre.

 

La section de ces tiges forme une étoile à trois branches d'égale dimension, d'où le nom de l'un de ses genres d'antan ''triangularis''. La hauteur de ces branches d'étoile peut atteindre 2 à 3 centimètres.

 

Les trois arrêtes faîtières de ces tiges de section triangulaire, dessinent des ondulations d'où le nom du genre actuel de ''undatus''. (Ondes - ondulations)

 

     

 

 

              L'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) et ses tentacules.

 

Photo 1 : La section d'une tige.

  

Photo 2 & 3 : Deux photos mettant en évidence les ondulations des arêtes faitières des tiges.

 

Photo 4 : Ce tentacule cassé au départ d'une ramification met en évidence le drain qui traverse chacune des segmentations, et leur communication entre eux.

 

 

Sur les arrêtes, et dans la partie basse des ondulations des tiges les plus anciennes, se développent des petits coussinets constitués de touffes de petits poils d'où se dressent deux ou trois épines dont la longueur varie entre 2 à 4 millimètres..

 

Sur les tentacules rampants ou grimpants, dont la longueur varie entre 30 à 120 centimètres, voire plus, des racines peuvent pousser. Selon la position de la tige où elles sont apparues ces racines vont alors s'accrocher au sol ou à tout support en hauteur.

 

De ce fait l''Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) est dit semi-épiphyte, c'est-à-dire que ces tiges ont besoin de s'accrocher à un support pour se développer. Cette façon de procéder ne signifie pas que la plante soit un parasite qui vive sur le ''dos'' d'une autre plante. D'ailleurs à défaut d'un support vivant la plante et ses tiges se contentent très bien d'un poteau ou d'un mur, pourvu qu'elles puissent s'y accrocher pour permettre leur développement et leur fructification.

 

C'est à partir des tiges les plus anciennes que poussent les plus jeunes, ainsi que les boutons floraux.

 

Cet amalgame de tiges ou de tentacules peut constituer un ensemble végétal d'une vingtaine de mètres de haut, ce qui est quand même une exception.

 

     

 

 

Photo 1 : Des racines qui se sont développées sur une tige au sol.

 

Photo 2 : Des racines qui prennent naissance sur une tige en hauteur.

 

Photo 3 : De jeunes pousses s'élevant d'un tentacule aérien. La photo confirme la particularité de tiges ramifiées de l'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya).  

 

 

La fleur de l'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) est une fleur latérale, solitaire, hermaphrodite, régulière ou actimorphe ce qui signifie que ses folioles (des pétales qui n'en sont pas vraiment) mesurant une vingtaine de centimètres et en nombre indéterminé, sont identiques et s'insèrent régulièrement au sein de la fleur en suivant le tracé d'une spirale.

 

Ces folioles sont parfois solidaires entre elles à leur base et constituent le périanthe de la fleur c'est-à-dire tout à la fois le calice et la corolle.

 

Les folioles extérieurs s'apparent davantage à des sépales, mais il est bien difficile de faire la différence entre un ... pétale et un sépale tant les folioles se ressemblent. C'est plutôt leur disposition qui permet d'envisager une éventuelle différence.

 

L'ensemble de ces constituants donnent une fleur tubulaire de 25 à 30 centimètres de long pour une circonférence d'un diamètre de 15 à 17 centimètres. L'intérieur de la fleur est de couleur jaune qui lui est donné par ses étamines (organe mâle) et l'extérieur blanc.

 

      

 

 

Photo 1 : Deux boutons floraux sur un tentacule d'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya).

 

Photo 2 : Un bouton floral presque arrivé à maturation et où il est difficile de différencier les pétales des sépales. Seule leur disposition permet cette ... ''différenciation''.

 

Photo 3 : Un bouton floral proche de l'éclosion. On devine, au départ des folioles, l'ovaire de la fleur. L'ovaire qui, comme je l'explique ci-dessous, est un ovaire adné c'est-à-dire situé sous les folioles et soudé à elles.   

 

 

La fleur de l'L'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) est dite épigyne ce qui signifie que son ovaire se situe sous la corolle et non dedans, et qu'il est comme soudé (adné) aux folioles qui sont donc au-dessus de lui.

 

Les étamines, (*) en nombre indéfini, à l'intérieur du périanthe sont formées de filets libres qui sont liés entre eux et se terminent par des anthères biloculaires contenant le pollen. (*) Organe mâle d'une fleur.

 

Les stigmates (*) dominent les étamines et le style se termine par autant de stigmates qu'il y a de placentas. (*) Organe femelle.

 

Cette fleur ne fleurit qu'à la tombée de la nuit, à partir de 16 heures 30 d'après certains blogueurs, en diffusant une odeur proche de celle de la vanille pour attirer ses pollinisateurs naturels, et meurt au petit matin, au plus tard vers 11 heures, toujours selon les mêmes blogueurs. Sa durée de vie est donc très courte. De cette particularité lui vient le nom de ''belle de nuit''.

 

Comme cette fleur est dans l'impossibilité de s'autoféconder, alors à défaut d'une pollinisation naturelle il faut avoir recours à une pollinisation artificielle, pollinisation croisée ou manuelle et cela dans de nombreux endroits tropicaux où l'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) a été implanté, par exemple : la Polynésie.

 

   

 

 

Photo 1 : La fleur de l'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya).

Le petit bouquet de fibres jaune clair, au premier plan, est le stigmate de la fleur. (Organe femelle) (Photo de Naï Bi Kapradjam - นายบี ขาประจำ prise sur le net)

 

Photo 2 : La fleur de l'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) vue de face.

Les sépales sont de couleur verte, les étamines - organe mâle - sont de couleur jaune foncé. Le petit bouquet de fibres jaune clair, au premier plan, est le stigmate de la fleur. (Organe femelle) (Photo de Naï Bi Kapradjam - นายบี ขาประจำ prise sur le net.)

 

Photo 3 : La fleur trépasse. Les folioles, soudées à l'ovaire, commence leur fenaison. Quant à l'ovaire on le devine protégé par les folioles de couleur verte.   

 

 

 

Le fruit de l'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya)

 

La plante, 18 mois après avoir été plantée, est en mesure de donner des fruits.

 

Ce fruit, d'aspect ovoïde, est recouvert de larges folioles ou écailles dont l'extrémité retombe. La taille des plus gros peut avoisiner les vingt centimètres de long et leur poids, pour les plus gros entre 300 à 400 grammes.

 

Environ un mois sera nécessaire pour que le fruit arrive à maturation. De couleur verte il ne prendra sa couleur définitive, un rose tyran en ce qui concerne l'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya), qu'à partir du 25ème ou 27ème jour après le processus de l'anthèse.

 

Ensuite, 4 ou 5 jours après sa coloration définitive, l'écorce va se fendiller.

 

L'intérieur du fruit, comme écrit précédemment n'a donc qu'une loge qui contient une pulpe blanche compacte dont l'objet est de protéger une multitude de petites graines en forme de goutte d'eau d'environ un millimètre de haut.

 

Cette pulpe est comestible mais pas d'un goût renversant. Cependant elle n'est pas sans vertu pour rester en bonne santé.

 

   

 

 

Photo 1 : Le fruit en plein développement. La photo montre bien que l'ovule est infère, c'est-à-dire sous la corolle de la fleur.

 

Photo 2 : Un fruit arrivé à maturité.

 

Photo 3 : Quelques Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) attachés à leur plante. (Dans les 3 cas il s'agit de la même plante.).

 

 

LE PETIT PLUS :

 

Les vertus de la pulpe de l'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya), sont nombreuses :

 

Tout d'abord cette pulpe est riche en vitamines C, et en sels minéraux comme le magnésium, le sodium, le calcium, et en fibres tout en étant d'une faible teneur en calories. (*)

 

Ces fibres, mais aussi la graisse contenue dans ses petites graines a un effet laxatif ce qui confirment les vertus digestives que lui accordaient les indiens d'Amérique.

 

Dans le même ordre d'idées, le suc contenu dans les tentacules de la plante est un excellent vermifuge.

 

Cette pulpe fait aussi baisser le taux urique contenu dans le sang, donc prévient la goutte, ainsi que son taux excessif en sucre, donc prévient l'hyperglycémie.

 

En conclusion, l'Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) à défaut d'être un fruit succulent qui titille la gourmandise et pour lequel on ferait des folies, est un excellent remède naturel au goût douceâtre mais loin d'être mauvais, pour se maintenir en bonne santé.

 

 

(*) 100 grammes de pulpe contiennent 5mg de vitamines C, 50mg de magnésium, 11,8g de glucides pour seulement 60 calories.

 

 

   

 

 

Photo 1 : Quelques Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) attachés à leur plante.

 

Photo 2 : Un Hylocereus undatus Britton & Rose (Pitaya) sur un étal d'un marché aux fruits à Chiang-Maï

 

Photo 3 : Si vous regardez bien cette photo prise en 2010, vous constaterez que les pitayas vendus à 35 bahts n'ont pas la même apparence que ceux vendus à 50 bahts.

Et pour cause les pitayas à 35 bahts sont des hylocereus polyrhizus c'est-à-dire des pitayas à pulpe rouge (Kèo mangkon ''dègne'' (rouge) (แก้วมังกรแดง) alors que les pitayas à 50 bahts sont des hylocerus undatus, c'est-à-dire des pitayas à pulpe blanche (Kèo mangkon ''khao'' (blanc) (แก้วมังกรขาว). D'ailleurs ceux à 35 bahts semblent avoir plus d'écailles que ceux vendus à 50 bahts, un signe extérieur de reconnaissance ?....

 

 

 



25/01/2013
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres