MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

QUADRILATERE N° 4/1 (PREMIERE PARTIE)


ANALYSE CONCERNANT LE DIAGRAMME

 

Rappel : Comme dans la légende des neuf puits et des neuf familles de l'époque de Nappaburi, j'ai divisé la ville de Chiang-Maï en neuf parcelles que les grandes artères de la ville délimitent fort bien.

Puis, je les ai numérotées de une à neuf en commençant par celle située au nord-est ; c'est-à-dire de là ou se lève le soleil. Et j'ai poursuivi la numérotation en suivant le dessin de la lettre ''S''.

Alors le quadrilatère central porte le n° 5 et celui qui se situe tout en bas, dans l'angle sud-ouest, là ou se couche le soleil, le numéro 9.

 


Quadrilatère numéro : 4

 

 

                                PREMIERE PARTIE

 

 

Géographiquement, il est délimité, à l'est par les rues Samlan et Singharat (ถ.สามล้าน & ถ.สิงหราช), qui sont dans la continuité l'une de l'autre et logent le wat Phra Singh Voramahavihan, au nord par la rue Inthawarorot (ถ.อิทวโรรส), à l'ouest par le rempart, la rue Arak (ถ.อารักษ์) et la porte Suan Dok (ประตสวนดอก), et enfin au sud par la rue Ratchamankha (ถ.ราชมรรคา).

 

L'OUEST de la ville concerne plus particulièrement ce quadrilatère qui a été, dès l'origine mis sous la protection de la ''nava-grâha'' ou dieu planétaire Phra Souk (พระศุกร์), pour les gens du Lanna, Shukra pour les Indiens, et Vénus pour les Occidentaux. Car tous ces noms se rapportent à la même planète.

 

Les monuments et vestiges du passé :

Ce quadrilatère compte 1 temple ou wat, et non des moindre parce que c'est un temple royal, patronné par le roi, le wat Phra Singh Voramahavihan (วัด พระสิงห์วรมหาวิหาร) (Le temple du lion royal.)

 

La porte ''Suan Dok'' (ประตูสวนดอก) donne accès et sortie à ce quadrilatère de la ville intra muros. Elle était à l'origine réservée aux religieux : Barivara Müang.

 

Elle est gardée par le génie : Surakhato (สุรขาโต)


Vénus, d'après la tradition, est l'astre planétaire qui gouverne tout l'ouest de la ville de Chiang-Maï.

 

Cette ''déesse'' pour les Occidentaux était celle de l'amour, mais d'un amour qui pouvait être aussi bien charnel que spirituel. Car elle était comme l'intermédiaire du monde des ténèbres comme du monde de la lumière, le ''monde d'en bas'' et le ''monde d'en haut''.


 

Explication du logotype :


  Elle a pour symbole une croix surmontée d'un cercle.

 

La croix symbolise la matière, et le cercle l'esprit. L'esprit domine donc la matière.

 

Le symbole inversé, c'est-à-dire un cercle surmonté d'une croix, symbolise notre planète terre. C'est la matière qui domine l'esprit !...

 

Comme mercure, vénus est une planète ''double''. Elle gouverne le signe de la balance (un signe double et d'air) et du taureau (un signe de terre et fixe) ; et elle est en exaltation en poisson (un autre signe double et d'eau.)

 

Astronomie : Vénus, qui est classée parmi les planètes rapides, contrairement aux autres tourne dans le sens des aiguilles d'une montre, ce qui fait dire à certains astronomes qu'elle tournerait la tête à l'envers, comme si le pôle nord était au sud et vice versa !...

 

Elle est un peu plus petite que la terre, et souvent ''on'' dit que Vénus et la Terre sont comme des sœurs jumelles ?!...

 

Comme la Lune, elle donne à observer des phases. Et lorsqu'elle est proche de la terre, vénus nous présenterait toujours la même face !....

 

Vénus tourne sur elle même en 243 jours, et autour du soleil en 224,7 jours à la vitesse de 35 km/sec. Sa rotation sur elle-même est donc plus lente que sa révolution autour du soleil. Autrement écrit, une journée Vénusienne est plus longue qu'une année Vénusienne !...


Son orbite par rapport à celui des autres planètes, est celle qui est la plus proche du cercle parfait. !...

 

C'est la seule planète qui précède le soleil à son lever, et qui le suit à son coucher.

 

Lorsque vénus précédait le lever du soleil les anciens l'appelaient l'étoile du nord, l'étoile du matin, ou encore Eosphorus. Ce dernier était le fils de la déesse Eos, la déesse de l'aube.

 

Lorsque vénus suivait le coucher du soleil les anciens l'appelaient alors l''étoile du berger, l'étoile du soir, Vesper, ou encore Hesperus à Rome, et Hespéros à Athènes. C'était aussi le fils de la déesse Eos, la déesse de l'aube.

 

Mais ces ''anciens'' savaient que l'étoile du nord comme l'étoile du berger étaient une seule et même planète, Vénus, sauf un temps durant les égyptiens.

 

Enfin, Vénus émet 15% d'énergie de plus qu'elle n'en reçoit ; ce qui en fait l'astre le plus lumineux après les deux luminaires que sont le soleil et la lune.

 

 

Vénus, selon les cultures, porte des noms différents et peut être du féminin comme du masculin. Mais toutes ces déesses, ou ces dieux, ont vraisemblablement une même origine. Car leurs caractéristiques se retrouvent chez les unes ou chez les uns, comme chez les autres, et comme nous allons le voir.

 

                                        

Au Lanna, c'est Dao Phra Souk (ดวงพระศุกร์)

En Inde, c'est Shukra, dieu de la caste des Brahmanes.

En Mésopotamie, ce sont Inanna pour les gens de Summer, et Ishtar pour ceux de Babylone.

 

Les couleurs que les différentes traditions attribuent à cette planète sont, le rose et le vert d'eau en astrologie tropicale (occidentale), le bleu ciel et le blanc, ainsi que le rose, en astrologie védique (orientale). Vénus, comme Mercure, en astrologie est une planète ''double'' d'où la ''paire'' de couleurs qui lui a été attribuée par chacune des traditions.

 



Commentaires au sujets de ces déesses et dieux :

 

En Mésopotamie, Inanna chez les Sumériens, ou Ishtar chez les Akkadiens, (Babylone) fut la grande  déesse de la terre, la souveraine du ''grand royaume d'en haut'' traduit aussi par ''la dame du ciel'' ?!...

 

Le royaume d'en haut peut-être le ciel, mais aussi la terre.

 

En effet, il y avait un royaume d'en bas, celui de l'enfer où régnait Ereshkigal, la sœur d'Inanna !...

  

Alors le dit ''royaume d'en haut'' prête à confusion !...

Est-ce le royaume terrestre ou le royaume des cieux ?...voire, peut-être, les deux en même temps ?!...

 

 

Inanna était sculptée avec un arc et un carquois car c'était aussi une vierge guerrière, une déesse de la guerre et … de la volupté !...

 

Elle appartenait à une triade de dieux qui avec les quatre dieux créateurs (An, Enlil, Enki et Ki) exerçaient un pouvoir sur le destin des hommes.

 

Cette triade se composait de : Nanna le dieu Lunaire qui avait aussi pour nom Sîn ou Yerah, Utu babba le soleil connu aussi sous le nom de Shamash, et Inanna ou Ishtar, la terre !....

 

Inanna était la sœur de Shamash, le soleil ; et tantôt la fille de An ou Anu/Anou, le dieu du ciel et de tout l'univers, ou bien de Sîn le dieu lunaire, père de tous les dieux des peuples nomades.

 

Inanna était mâle en tant que divinité du matin, et femelle en tant que divinité du soir.

 

À Babylone le temple qui lui était consacré s'appelait l'Etourkalama, c'est-à-dire la bergerie du pays. C'était dans ce temple qu'avaient lieu les cérémonies liées aux rites de la fertilité.

 

Ainsi, chaque année le souverain se devait d'honorer une des prêtresses de Inanna  afin de rendre fertile les terres et les créatures de sexe féminin de son royaume.

 

Pour certains auteurs, le culte de Inanna était aussi à l'origine de cérémonies beaucoup plus profanes que sacrées, où les plaisirs de la chair l'emportaient sur ceux de l'esprit ?!...

 

Les ''revenus'' de ces ''cérémonies profanes'' allaient à l'entretient du culte. Et Inanna ou ses prêtresses, retrouvaient leur virginité en se baignant dans un lac, ou dans des eaux purificatrices !... (Etait-ce alors une forme de prostitution rituelle et légalisée  ?...)

 

 

En Inde, Shukra est de la caste des Brahmanes, c'est-à-dire de la caste supérieure, la caste dite sacerdotale.

 

L'appartenance à cette ''varna'' ou caste, confère à ces individus l'autorité supérieure, c'est-à-dire l'autorité spirituelle.

 

Ils ont pour mission d'étudier et de dispenser l'ensei-gnement sacré. Pour cela, ils ont accès à l'initiation et aux vedas (textes sacrés rédigés en sanskrit archaïque et dont le nom pourrait se traduire par, ''le savoir''.).

 

Ce sont les Brahmanes qui officient et qui sacrifient.

 

 

Shukra, dit aussi le brillant, serait l'une des nombreuses manifestations du dieu Agni.

 

Agni, fils aîné de l'être-immense (l'auto-créateur ou Brahmâ), est un dieu tout aussi important qu'Indra. Il est, en autres, le feu terrestre domestiqué par l'homme, et le médiateur entre l'homme et les dieux.

 

Comme Agni pénètre toutes choses, il est une puissance d'illumination ; et l'homme en le vénérant acquiert, l'intelligence, la force, la santé et mille et une autres  facultés nécessaires à son épanouissement spirituel !.....

 

Shukra est aussi l'un des ministres ou ''semence-s'', un synonyme pour définir la fonction de ministre, du dieu Kubera, l'une des sept divinités de la richesse.

 

En sanscrit le nom de Shukra signifierait ''semence'' ou ''sperme'' !...

 

D'ailleurs, Shukra porte aussi le nom de … dieu du sperme !...

 

 

Son père était le voyant Bhrigu, l'un des dix ''progéniteurs'' créés par Manu le législateur.

 

Bhrigu était aussi appelé le craquement-du-feu, car il symboliserait la puissance du savoir. Un savoir qui s'acquiert au moyen de l'énergie contenue dans les cendres du sperme. Mais d'un sperme provenant d'une chasteté sans faille,  et qui a été ''brulé'' à l'intérieur des centres subtils du corps (Les Chakra-s).

 

 

Shukra avait la mission d'enseigner les ''démons'', ou ''anti-dieux'' dits aussi les Asura-s. Il était leur précepteur.

 

Le monde des Asura-s se compose des Daitya-s (des génies), des Dânava-s, (des géants), des Kalañjaka-s, Naga-s etc… etc…. et le dieu Bali était le roi de ces anti-dieux.

Tous ces ''dieux des premières heures'', assez proches des dieux des civilisations mésopotamiennes, sont comme les témoins de l'ordre ancien, celui d'Indra et de ses fidèles les Dāsa-s qui alors peuplaient l'inde et régnaient sur une bonne partie de son territoire.

 

Puis sont arrivés les Arya-s qui ''colonisèrent'' l'inde comme les Romains s'installèrent en Gaule !...

 

Les Arya-s avaient leurs dieux et leur faisaient confiance. Alors au fil des ans, l'ordre nouveau, celui des Arya-s, s'imposa et les dieux des Dāsa-s furent … ''neutralisés'' en devenant des ''anti-dieux '' !.....

 

Shukra, avait droit de cité dans le nouvel ordre. Mais pour avoir aidé Bali, le dieu des anti-dieux qui par sa vie ascétique avait fini par régner sur la totalité monde, Vishnu lors de sa cinquième incarnation ou avatar, celle où il apparu sous l'aspect d'un nain, fit de lui un dieu borgne. Depuis, son nom serait aussi synonyme de cette infirmité.

 

Le passé, le présent et l'avenir n'ont aucun secret pour Shukra. Il a même le pouvoir de ressusciter les morts et aurait appris cet art à Kaca, le fils de Brihaspati (le Jupiter indien) !...

 

Ce serait aussi l'inventeur de l'art politique et l'auteur du ''Shukra-nîtî''. Un notoire ouvrage de morale et de politique que ses deux fils, Canda, qui signifierait, Impétueux, coléreux et furieux, et Marka, qui se traduit par  Éclipse, auraient enseigné au génie ''Vêtu d'or''.

 

C'est la caste de Shukra qui dans la mythologie indienne concernant le ''géant cosmique'' représente la tête. Cette caste donc, se compose d'officiants du culte, de sages et de lettrés !...

 

Shukra est aussi appelé le juste et Vénus, sa planète est née du craquement du feu sacrificiel (Bhrigu).

 

Enfin Râma-à-la-hache  ou Pahasu-Rama est l'incarnation de Vénus.

 

Pour en savoir plus, lire la chronique consacrée au sixième avatar, ''Pahasu-Rama'', qui suit cette chronique.

 

 

Le jour de la semaine qui lui est consacré est le vendredi.

 

En occident le mot Vendredi vient de Vénus, et au Lanna le vendredi si dit ''wan-souk'' (วันศุกร์) le jour de Shukra. (La syllabe ra/ร์ ne se prononce pas.)

 

Et ce jour, comme les autres jours, est symbolisé par une ''image'' ou statuette de Bouddha, commémorant un acte significatif de son existence. Cette ''image'' porte le nom de Phra Ram Peung (พระรำพึง). (4)

 

 

En occident, Vénus pour les romains, ou Aphrodite pour les grecs, serait de naissance divine. Car d'après les poètes, elle serait née de l'écume de la mer et de la semence d'Ouranos. Et elle aurait surgit nue de l'océan en chevauchant une conque !...

 

Pour d'autres auteurs, elle serait de naissance terrestre puisqu'elle était la fille de Zeus (Jupiter) et de Dioné une nymphe de l'océan.

 

Dans la deuxième hypothèse, Vénus aurait vu le jour aux environs de Cythère !...

 

Jupiter la donna en mariage à Vulcain !... (1) Et de l'union, de la déesse de la beauté et du dieu le plus laid naquirent, entre autres, Cupidon, les trois grâces, Énée, Hymen ou Hymenée, le dieu du mariage.

 

Avec Bacchus (Dionysos) elle enfanta, Aglaé, Thalie, Euphrosyne et aussi Hymenée, le dieu du mariage. (2)

 

Comme Mercure elle a une double personnalité. D'ailleurs elle régit tout à la fois le signe du Taureau, qui est un signe de terre, et celui de la Balance, qui est un signe d'air.

 

Vénus en Taureau c'est l'amour du bien être matériel et de la jouissance physique en rapport avec les biens terrestres. Brigitte Bardot et Marilyne Monroe ont été en leur temps des sexes symboles de ce type d'amour.

 

Par contre, Vénus en Balance c'est l'amour spirituel, la jouissance du cœur, l'esprit qui transcende la matière, et l'appel vers les sphères les plus hautes. Ste Thérèse d'Avila, Ste Thérèse de Lisieux et Mère Térésa (Ce qui fait beaucoup de Thérèse ?!...) pourraient être les représentantes de cette forme d'amour.

 

Et Vénus dans le signe des poissons, qui est un signe double et d'eau, se trouve en exaltation. Ce signe est comme par hasard gouverné par Neptune, qui favorise le don de voyance !...

 

Vénus a pour symboles, le myrte, la pomme et la rose.

Le myrte est un petit arbre toujours vert et aux fleurs blanches. Sa fleur symbolise l'amour et le désir, mais aussi la beauté, la jeunesse et la virginité.

 

La couronne de feuilles de myrte était un emblème de gloire !...

 

La baie de cet arbre sert à épicer les plats, voire à ambrer la bière, et le produit de sa distillation porte le nom d'eau d'Ange ?!...

 

 

Le pommier est un arbre dont la particularité serait d'être le symbole de l'amour qui lie l'homme à la nature. C'est lui qui porterait le fruit de la connaissance et de la liberté, c'est-à-dire … la pomme !...

 

Merlin l'enchanteur enseignait sous un pommier. Et chez les Celtes la pomme était le fruit de la science, la fécondité du verbe. Mais ne la croque pas qui veut. (Adam et Ève).

 

La pomme est si précieuse que celles du jardin des Hespérides sont en or. Après avoir été volées par Héraclès et Atlas, elles ont été consacrées à Athéna et … rapportées !...(3)

 

La rose qui correspond au lotus, symbolise l'amour triomphant et universel. C'est chez les Catholiques la fleur que tient la vierge Marie avec parfois une pomme.

 

Et la couleur rose s'obtient en mélangeant le rouge et le blanc, le profane et le sacré !...

 

 

 

Explications des renvois :

 

(1) Vulcain a d'abord été le dieu du feu. Puis lorsque les dieux grecs sont entrés dans le panthéon des dieux romains, il a été rétrogradé à l'état d'un ''dieu-forgeron''. C'est lui qui alors, dans les grottes des volcans, forgeait les armes destinées aux autres dieux.

 

(2) Les dieux ont des parentés et des filiations souvent bien compliquées. Leurs sens dominaient alors leur raison. Et leurs accouplements nombreux et multiples font qu'il est parfois bien difficile, aux dieux eux-mêmes, de reconnaître leurs … petits, parmi les dieux de seconde génération.

Comme à l'époque les tests génétiques n'existaient pas, mieux vaut prendre en considération tous les témoignages pour n'offenser et ne blesser personne.

 

(3) Pour obtenir l'immortalité Héraclès plus connu sous le nom d'Hercule  devait accomplir douze travaux. Le vol des pommes du jardin des Hespérides était le onzième.

 

(4) Chaque jour de la semaine à une ''image'' (statuette) de Bouddha, avec un nom bien spécifique et une position particulière. Son objet est de rappeler aux moines et aux laïques les enseignements de Bouddha.

 

Alors ce sont huit images, car le mercredi en a deux, qui se trouvent non loin des temples, ou à l'intérieur, et devant lesquelles viennent se recueillir les fidèles. En général, pour prier, chacun choisit l'image du jour de sa naissance.

 

Chaque ''image'' a une couleur qui lui est propre. Celle du vendredi est le bleu ciel !...


''L'image'' du vendredi :

 

                             

                    ''Image'' du wat                                           '' Image'' du wat

                            Lok Moli                                                       Sri Phum 

                

Phra Ram Peung (พระรำพึง)

Bouddha en réflexion

(C'est aussi la dix-neuvième attitude du Bouddha.)

Bouddha (พระ) en réflexion (รำพึง)

 

C'est un Bouddha qui se tient debout, sans joindre les pieds. Il a les mains posées et croisées sur sa poitrine, avec la main droite par-dessus la main gauche.

 

 

Cette ''image'' a pour objet de rappeler aux fidèles que la doctrine de Bouddha a été le fruit d'une longue recherche et qu'elle est difficile à comprendre.

 

Cependant comme elle est nécessaire à chacun pour atteindre le nirvana, Bouddha a décidé de l'enseigner. Et sa ''réflexion'' porte sur la manière d'enseigner aux hommes les fruits de son expérience … ou sa doctrine … en quelque sorte.



17/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres