MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

RESTAURANTS DE CHIANG-MAI (LES)



LES RESTAURANTS DE CHIANG-MAÏ :

 

 

 

 

Si vous venez quelques jours à Chiang-Maï, (*) vous y trouverez de la bonne, et même de la très bonne cuisine, mais aussi … de la moins bonne comme partout ailleurs.

 

 

Dans les hôtels internationaux les plats proposés viennent de tous les coins du monde, y compris du Lanna.

 

Leurs prix, contrairement aux idées reçues, sont très abordables.

 

 

Par contre dans les échoppes à roulettes, les centres commerciaux, ou les restaurants à ciel ouvert, comme ceux des marchés, c'est la cuisine locale qui tient le haut du pavé.

 

Les prix n'y sont pas salés, mais les plats y sont bien épicés !...

 

 

En marge de ces deux types d'établissements, il y a aussi ceux qui sont tenus par des Farangs, comme les pizzas, les restaurants français ou autres, dont l'exotisme n'attire … que les Farangs et rarement des indigènes !...

 

Il est vrai que les prix qui y sont pratiqués sont plus à la portée de la bourse des premiers que des seconds !...

 

 

Quand aux enseignes internationales, du type ''Burger'' ou ''Plats à la sauce Ketchup'', leurs produits ont le même goût que tous ceux de leurs clones du monde entier !...

 

Certains diront qu'ils sont de même qualité ?!...


Alors il convient de préciser que ces chaînes alimentaires produisent de l'alimentation …mais qu'elles ne font pas de la cuisine … même de la mauvaise !....

 

 

À Chiang-Mai, les autochtones adorent se pavaner en ces lieux. D'ailleurs il y a de plus en plus d'obèses parmi la population.

 

Est-ce un hasard ou le résultat de cette fréquentation ?!... Bouddha seul le sait.

 

En tout cas, la politique des prix de ces franchisés est aussi incroyable que le goût de leurs marchandises.

 

Les gens d'ici, qui se plaignent en permanence d'être fauchés, trouve toujours les bahts nécessaires pour se payer un Hamburger ?!...

 

Allez y comprendre quelque chose ?!...

 

 

 

Bref !... le bon et le bien manger est une question de goût, et de moyens financiers.

 

À Chiang-Maï la vie est peu chère, voire même moins chère qu'à Chiang-Raï, sa voisine d'à côté.

 

Et Chiang-Raï est aussi moins chère que les villes du sud du pays où les prix, à mon avis, sont loin d'être justifiés.

 

À moins que la mer et le plumage des touristes soient en soi des justifications suffisantes ?!....

 

 

 

La garantie des adresses, que je vais donner dans les rubriques suivantes, c'est que les restaurants auxquels elles sont liées me sont relativement familiers car je mange midi et soir en dehors de chez moi.

 

Je vais même assez régulièrement chez quelques uns d'entre eux. Ce qui fait que j'ai ni le souci de savoir ce que je vais me faire à manger, et surtout, aucune corvée de vaisselles.

 

Par ailleurs, comme je suis relativement difficile, assez bon ''bec fin'', et … gourmet sur les bords, mais non gourmand … ce qui n'est pas tout à fait la même chose, alors mes suggestions ne devraient pas être sans intérêt !....

 

 

Enfin, j'ai toujours pour habitude lorsque je vais prendre un repas dans un lieu inconnu, et même familier, d'aller faire un tour, de temps en temps, dans ses toilettes.

 

Car leur propreté, pour moi, est un label de qualité et de bonne hygiène pour son restaurant.

 

 

J'ouvre une parenthèse pour dire que la Chine, et nombre de ses restaurants, ont en ce domaine bien des leçons à prendre des restaurants de sa petite voisine Thaïe !...

 

 

 

Deux conseils cependant :

Ailleurs que dans les hôtels internationaux, manger bien cuit, et ne boire que de l'eau en bouteille. Alors vous n'aurez jamais de problèmes intestinaux !...

 

 

Où manger ?...

 

Partout, car Chiang-Maï est une ville où les gens grignotent à longueur de journée. Alors ils ont sans arrêt besoin d'aller se ravitailler, d'où le grand nombre de points de vente alimentaire et de petits restaurants.

 

En effet les ''Khon-s Chiang-Maï'', qu'ils soient du féminin ou du masculin, doivent dans une journée, passer plus de temps à mangeoter qu'à travailler.

 

Et comme ce ne sont pas, dans leur majorité, des acharnés au travail, j'en suis encore à me demander ce qui les fatigue le plus ?... manger ou travailler ?....

 

 

Vous les verrez souvent assis un peu n'importe où, autour de petits sacs en plastique contenant de quoi apaiser une faim d'oiseau ; ou bien à se baguenauder tenant d'une main un petit récipient en polystyrène blanc, où se chamaillent quelques reliefs d'aliments, qu'avec l'autre main, ils portent à leur bouche au moyen d'un petit pic en bambou.

 

 

 

Bref, les restaurants typiquement thaïs ne manquent pas, pas plus d'ailleurs que les petites échoppes roulantes, qui font qu'un endroit désert peut, en cinq minutes, devenir la plus grande salle à manger du monde.

 

 

En général ces restaurants, ou ces échoppes, proposent des plats pour pas cher, environ trente ou quarante bahts, moins d'un euro.

 

Mais il ne faut pas s'attendre à recevoir dans son assiette de quoi apaiser une faim de loup.

 

 

Alors pour ceux qui ont un appétit d'enfer, ou qui ne peuvent pas se passer d'un dessert en fin de repas, le mieux c'est d'aller déjeuner dans le restaurant d'un hôtel international, de classe moyenne ou légèrement au-dessus, qui fait ''buffet-lunch''.

 

 

La plupart des hôtels internationaux ont un buffet, où le client se sert à volonté et dont le prix est très abordable, sauf si l'hôtel est de très grand standing.

 

En ces établissements, la moyenne des prix est de cent trente bahts, environ, par repas, soit grosso modo deux euros quatre-vingts.


Dans ces buffets, les serveurs ont tendance à vous apporter un menu. Alors c'est à vous à leur dire que vous êtes venu pour le buffet. A moins que vous vous soyez trompés de restaurant.

 

En effet, dans certains hôtel il peut y avoir plusieurs restaurants, le restaurant qui sert le buffet-lunch et le, ou les, restaurant(s) où les clients déjeunent, ou dînent, à la carte ; et où les prix n'ont plus rien à voir avec celui du buffet. 

 

 

Si les serveurs des ''buffets-Lunchs'' insistent pour prendre une commande de boissons, sachez que dans la plupart de ces formules la maison offre l'eau et que vous pouvez ne pas commander à boire, à moins que vous soyez un accro de la bière ou d'autre chose ?!...

 

 

Enfin, pour manger dans le calme, il vaut mieux arriver dès l'heure de l'ouverture. Car les gens du pays ont tous tendance à arriver à l'heure de midi. Ce qui peut provoquer un peu de coude à coude.

 

 

Je ne m'attarderai pas sur les restaurants farangs, d'une part parce que beaucoup sont victimes de leur incapacité et cesse toute activité peu de temps après leur ouverture, et d'autre part parce que je ne les fréquente pour ainsi dire pas.

 

Je ne suis pas venu vivre à Chiang-Maï pour récréer autour de moi un petit monde parisien.

 

Néanmoins je dirai quelques mots sur trois d'entre eux, l'un pour le connaître et les deux autres pour en avoir entendu parler.

 

Tous les trois ont pris de l'âge et font de la bonne cuisine.

 

 

J'espère que cette chronique vous sera de quelque utilité si vous passez du côté de Chiang-Maï.


Et si vous avez été déçu en suivant mes conseils, n'hésitez pas à me l'écrire, pour éviter à d'autres vos désillusions.



nota bene :

Pour avoir des adresses cliquez , à gauche sur TOURISTIQUE

Ensuite choisissez votre rubrique.

 

 

(*) Chiang-Maï mérite une bonne semaine de visite, voire même plus. Mais quelque soit le temps dont vous disposez, arrangez-vous toujours pour passer le dimanche à Chiang-Mai.

 

Car ce jour là, c'est le jour du marché du … dimanche. Un vaste marché d'artisans, qui s'étire sur plus de deux kilomètres !...

 

Alors bonjour les achats de souvenirs à pas chers !....


 



06/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres