MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

TECK (Le) – (TEACK) – ต้นสัก (TONE SAK)

TECK (Le) – (TEACK) – ต้นสัก (TONE SAK)

              

TECTONA GRANDIS LINN.fils ou TECK

TECTONA GRANDIS ROXB.

 

Les autres noms synonymes du teck donnés par des botanistes :

Tectona tecka Lour. (1790) - Jatus grandis (L.f) Kuntze - Jatus – Cajusjate (*) – ThekaTakka ou Katou-takka (**) – Teka grandis Lamk ou Theka grandis (L.f.) Lam (***)

 

Quelques noms du teck en langue vernaculaire :

Sagun (Bengale/Inde) – Djati, Ciati ou Kiati  (Java) – Djati-teck (Indonésie) - Tekku (tĕlugu/Inde) – Cay-sao (Cochinchine) – Yati (Malaisie) – Ton Sak (ต้นสัก) (Thaïlande) – Kyum (Birmanie) – Giati (Vietnam) –Djatié (Malabar) – Dalanang (Philippines).

 

 

(*) Ces deux noms ont été donnés par Georg Eberhard Rumphius, (1627-1702), un allemand qui implanta le teck à Célèbes (Sulawesi) et à Amboine et qui travaillait pour la Cie Hollandaise des Indes orientales. Son œuvre botanique en 12 volumes fut éditée 39 ans après sa mort !... c'est-à-dire en 1741 !...

 

(**) Ces trois noms sont sortis du dessous de la plume de Hendrik van Rheede (1636-1691) qui fut, entre autres, gouverneur du Malabar Hollandais.

 

(***) Nom donné par le botaniste français, Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) ''inventeur'' par ailleurs du mot ''biologie''.

 

 

 

Le teck est un arbre endémique du Lanna. Chiang-Maï et ses environs en possèdent de très beaux spécimens.

 

   

 

 

Quelques tecks s'élevant dans la ville de Chiang-Maï.

Ils se situent tout à côté du pont Nawarat, (สะพานนวรัฐ) au tout début de Thanon Tha Phae (ถนน ท่าแพ), la rue qui va du pont Nawarat à la porte Tha Phae (ประตู ท่าแพ). Ils sont tout de suite sur la droite.

 

La carte d'implantation des trois variétés de tecks. La plaine centrale de Bangkok en est dépourvu car le teck ne se sent bien que sur des hauteurs. (Ghâts indiens par exemple ou monts du Lanna)

 

 

 

En fait, pour être plus précis, et moins … ''chauvin'' … à l'origine il poussait plus particulièrement sur les parties montagneuses du Malabar, dans l'état du Kerala (sud de l'Inde occidentale), les monts de la côte orientale indienne appelés aussi ghâts orientaux, en Birmanie, au Lanna, dans le nord-ouest du Laos, en Malaisie et à Java. (*) (Environ 26 million d'hectares)

 

Certains auteurs précisent encore qu'il occupait aussi quelques faibles superficies en Chine (vraisemblablement dans la région du Sipsongpanna dans le Yunnan qui est contigüe au Laos) et au Cambodge. (**)

 

 

Aujourd'hui, en raison de son bon développement sous les tropiques, on le trouve dans pratiquement toutes les régions tropicales du monde car c'est un bois très recherché.

 

Ce qui signifie que tous les tecks de par le monde ont pour ancêtres des tecks des régions citées ci-dessus.

 

 

(*) De nos jours beaucoup d'auteurs écrivent ''Indonésie''. Or l'Indonésie n'existe que depuis 1945 et englobe quantité d'îles (plus de 17.000). Alors il est bon de préciser que les auteurs de la revue géographique des années 1836-38 précisaient qu'à Bornéo et Sumatra il n'y avait pas de teck, contrairement à Java. Or ces trois îles sont, toutes les trois, des îles … Indonésiennes.

 

Les premiers spécialistes de ce bois prétendaient alors que le teck malais était inférieur en qualité au teck indien, mais supérieur au teck birman ?....

 

(**) Les tecks de Saigon ont été importés vers 1862 par Jean-Baptiste Louis Pierre (1933-1905) un botaniste français alors en poste dans cette ville, qui s'intéressa particulièrement à la famille des sapotacées, mais aussi des verbénacées ... la preuve.

 

 Nota bene : Lorsqu'il est sur un sol particulièrement favorable le teck éliminerait toutes les autres espèces d'arbres.

  

 

 

 

Ce sont les Allemands, fin XVIIIe début XIXe, qui ont introduit le teck en Afrique et principalement dans leurs colonies, le Tanganyika (Tanzanie), le Cameroun (1907), le Togo (1912) mais aussi le Nigéria (1889) le Ghana le Bénin et le Soudan.

 

Le teck est arrivé en côte d'Ivoire, l'un des plus gros producteurs actuel, sous forme de graines provenant du Togo.

 

 

 

Le teck, en tant qu'arbre arbre, est décrit dès 1782 par Carl Von Linné le jeune (1741-1783) qui le classifiera sous le nom de tectona grandis Lj.

 

     

 

 

Photo 1 : Deux tout jeune tecks de 2 ou 3 ans dans les environs sud de Chiang-Maï, (25 km environ) poussant dans la cour du Wat Phra None Yai (วัด พระนอนใหญ่) ou Wat Pa djerim tham (วัด ป่าเจริญธรรม) qui abrite un bouddha couché d'environ 70 mètres de long.

 

Photo 2 : Un teck bordant la route de ''Chiang-Maï – Lamphun'' qui a trouvé plus grand que lui, puisqu'il est aux côtés de splendides ''Yang Na'' qui mesurent pas moins de … 40 mètres de haut.

 

Photo 3 : Un beau teck que vous pouvez aisément contempler. Il s'élève près du pont Nawarat (สะพานนวรัฐ) de Chiang-Maï, tout au bord de la Mae Ping (แม้ปิง).

 

 

 

Petite analyse du nom ''tectona grandis Lj''.

 

''Tectona'' viendrait du grec ''tektôn'' (τεκτων) qui signifierait travailleur du bois, charpentier, constructeur, ou mieux … constructeur de bateaux.

 

Or l'une des grandes qualités du teck est de résister à l'eau et au pourrissement. Pour ces raisons les indiens construisaient avec son bois des bateaux dont la durée de vie dépassait alors les 50 à 60 ans … certains écrivent … 100 ans … une sacrée performance … et dans les deux cas !...

 

Cependant le mot ''tectona'' n'a pu voir le jour que parce que les portugais appelaient cet arbre ''teca''. Car c'est du vocable ''teca'' que se sont servis les botanistes pour former le mot ''tectona''.

 

Quant au portugais, en apportant sur un plateau le mot ''teca'' aux botanistes, ils n'ont fait que reprendre, en l'écrivant et en le prononçant à leur manière, le nom que donnaient à cet arbre les indigènes indiens qui utilisaient son bois.

 

Se pose alors la question de connaître l'origine exacte du mot.

 

Les uns prétendent que ''teca'' viendrait du tamoul Thekkam ou têkku, d'autres de Tekka, voire du sancrit ''Çâka'' ?!...

 

 

Comme vous avez tous les éléments en main à vous de choisir entre ces dernières propositions et, peut-être d'en suggérer une autre ?....

 

 

 

Grandis est un mot latin qui signifie grand et qui se comprend sans même avoir fait de latin.

 

Il était difficile de donner au teck un autre qualificatif car cet arbre atteint allègrement les 30 à 40 mètres. Dès l'âge de deux ans il mesure déjà entre 7 ou 8 mètres !...

 

Lj est la norme abréviative de Carl Von Linné fils, appelé aussi Carl Von Linné le jeune (1741-1783). Il ne faut surtout pas le confondre avec son illustre père … le grand Carl Von Linné (1707-1778) ; un pasteur luthérien Suédois, mais aussi et surtout un grand naturaliste qui a été l'un des premiers à entreprendre la classification des plantes en leur attribuant un nom qui fasse consensus.  

 

 

Le TECTONA GRANDIS LINN.fils ou TECK appartient à la famille des Verbénacées (Verbenaceae) ; une famille de plantes dicotylédones c'est-à-dire à deux cotylédons (*).

 

 

(*) La graine des plantes dicotylédones donne naissance à deux feuilles primordiales et leurs nervures sont ramifiées.

 

 

 

Cette famille comptait plus de 3000 espèces et regroupait, il y a encore peu, 90 genres dans la classification classique. Avec les dernières recherches phylogénétiques cette famille ne comprendrait plus que 1.900 espèces et quelques 38 genres.

 

Le genre tectona quant à lui compte 3 espèces :

1/ Le Tectona grandis L.f. endémique au Lanna (entre autres) (*)

2/ Le Tectona philippinensis Benth et Hook endémique aux Philippines

3/ Le Tectona hamiltoniana Wall. Ex Schau endémique à la Birmanie.

 

 

(*) Le Lanna est plus précis géographiquement que le terme de Thaïlande. Car la Thaïlande est constituée au centre par le Siam, au nord par le Lanna, au nord-est par l'Isaan et au sud par quelques sultanats. Or, le teck ne poussait pas dans la plaine centrale mais dans le nord, c'est-à-dire … au Lanna.  

 

 

     

 

 

Photo 1 à 3 : Différentes présentations concernant la manière dont les branches d'un teck partent de son tronc, et les rameaux de ses branches. (Branches et rameaux ascendants.)

 

Photo 4 : Détail d'un tronc de teck. 

 

 

 

Le TECTONA GRANDIS LINN.fils ou TECK est un arbre qui peut atteindre jusqu'à 40 mètres de hauteur, et 2 mètres de diamètre, mais plus couramment son diamètre oscille entre 50cm et 1 mètre.

 

Du fait de cette hauteur, pour résister aux vents le teck commence par développer un système racinaire profond et pivotant. Puis pour assurer sa stabilité il déploie des racines latérales qui peuvent atteindre une bonne vingtaine de mètres de long.

 

C'est un arbre qui atteint sa maturité vers 80 ans.

 

 

Le tronc du tectona grandis Linn.f se présente sous forme d'un fût droit, souvent cannelé. Il est recouvert d'une écorce fibreuse qui serait une excellente protection contre les feux de forêt.

 

Les branches du tectona grandis Linn.f  n'apparaissent qu'à partir de 18/20 mètres et sont porteuses de rameaux ascendants quadrangulaires.

   

 

 

Photo 1 : Une feuille de jeune teck.

 

Photo 2 : Une feuille morte d'un … vieux teck dont la main qui la tient suffit à démontrer la grandeur d'une feuille de teck.

 

Photo 3 : Une ramification de feuilles de teck.

 

 

 

Les feuilles du tectona grandis Linn.f, de forme ovale ou elliptique, sont énormes. Elles mesurent entre 30 et 60 cm de long et entre 20 et 40 cm de large. Leurs nervures sont saillantes.

 

Elles sont opposées, décussées, pétiolées, très légèrement dentelées, couvertes d'un duvet blanchâtre sur leur dessous et caduques ; leur chute a lieu une fois par an à la saison sèche.

 

Elles produisent une teinture rouge qui mêlée avec de l'acide citrique servait à teindre les soies et les cotons.

 

Parmi leur emploi au quotidien il y a l'emballage de denrées alimentaires comme la viande et le poisson et en certains endroits, encore maintenant, la confection de toitures et de murs.

 

 

 

Photo 1 : Une planche montrant : 1/ la ''tenue'' du teck dans l'espace. – 2/ une fleur de teck. – 3/ un rameau de teck en fruits. – 4/ deux fruits de teck enfermés dans leur calice. 5/ la coupe d'un fruit de teck.

 

Cette planche provient d'un document édité par le PROSEA (Plant Ressources of South-East Asia). Il s'agit d'un projet de 1993 numéroté 5.

 

Nota bene : Etant donné la hauteur à la quelle fleurissent les fleurs du teck il ne m'a pas été encore possible d'en photographier. Mais je ne désespère pas. Alors lorsque l'occasion se présentera … je ne manquerai pas de rajouter des photos de fleurs dans cette chronique.

 

 

 

La fleur du tectona grandis Linn.f est toute petite, irrégulière et de couleur blanche. Elle vit tout au plus une journée.  Avec 1000, voire 2700 de ses consœurs elles constituent des inflorescences sous forme de panicules terminales qui elles, ont une durée de vie variant entre 4 à 6 semaines.

 

Ces grappes florales de forme conique sont recouvertes d'une espèce de substance farineuse blanchâtre.

 

Chaque fleur possède un calice gamosépale à 5 ou 6 divisions avec 5 ou 6 étamines libres. L'ovaire est libre, arrondi et possède 4 loges uniovulées. Le pistil est simple et se termine par deux lobes étalés.

 

Ce sont des fleurs hermaphrodites, alors elles peuvent s'autoféconder voire être l'objet de fécondations croisées. Mais dans la plupart des cas la pollinisation se fait par le biais des insectes (abeilles). Elle a lieu entre avril et octobre.

 

Nota bene : Les premières fleurs d'un tectona grandis Linn.f apparaitraient, en général, vers sa sixième année.

 

     

 

 

Photo 1 : Quelques fruits de teck … deux drupes sont encore ''vertes'' tandis que les autres ont déjà subi les affres du soleil.

 

Photo 2 : Un fruit suspendu sur sa brindille au Wat Kap Khao Dek (วัด กับข้าวด็ก) au sud de Chiang-Maï, où quelques jeunes tecks se dressent fièrement.

 

Photo 3 : Quelques fruits de teck, dont deux ont été ouverts pour en extraire la graine. La troisième graine provient d'un autre fruit dont l'écorce ne figure pas sur la photo..

 

 

 

Le fruit du tectona grandis Linn.f est une drupe charnue de la grosseur d'une noisette (1,5 à 2,5 cm) restée solidaire de son calice.

L'épicarpe (épiderme) laineux et spongieux quand il est sec, renferme un endocarpe très dur. Ce noyau se constitue de 4 loges pouvant contenir chacune un embryon. Il est rare que les quatre graines soient fertiles, seules une ou deux devraient donner naissance à un tectona grandis Linn.f.

 

En Birmanie le fruit serait, dit-on, un substitut de la noix d'arec, qui mâchée avec un morceau de feuille de bétel noircit les dents à plaisir !...

Bien que très curieux de nature je ne suis pas allé jusqu'à vérifier les dires des auteurs donnant cette précision.

 

Nota bene : La germination est souvent très lente ; il se dit que les feux de forêt pourraient réveiller la dormance des graines et favoriser leur germination ?!...

Les graines seraient urticantes et allergisantes. ( ?) 

 

 

Le bois du tectona grandis Linn.f est appelé Mai sak (ไม้สัก) au Lanna.

 

C'est un bois léger, onctueux au toucher, solide et très dur qui n'attaque pas le fer et dont la dureté lui vaut de nom de ''bois de fer''. Cependant c'est un bois qui ne ''flotte'' pas alors il est transporté, par camion, voie ferré ou bac.

 

C'est aussi un bois qui dégage une odeur forte qui tend à s'amenuiser avec le temps. Cette odeur rappelle celle de la tanaisie dont la particularité est d'éloigner les insectes. Il était appelé, et peut-être encore maintenant en certains endroits, ''bois-puant''.

 

Du fait de cette odeur il n'est pas attaqué par les insectes … mais cela ne le met pas à l'abri des tarets (*) ou des ''bostryches'' (**) du genre ''apate'' foreurs de troncs.

 

Les Loranthacées (Loranthaceae), genre de plantes semi-parasites dont certaines se développent à partir d'une autre plante, peuvent être préjudiciables à la croissance du tectona grandis Linn.f.

 

 

 

(*) Les tarets sont un genre de vers des mers chaudes qui attaquent la coque des navires.

(**) Les bostryches sont des coléoptères qui creusent des galeries sous l'écorce des arbres pour y pondre leurs œufs.

 

Nota bene : Les termites ne s'attaquent pas au Tectona grandis Lin.f.

 

 

 

Le bois de teck est facile à travailler et c'est probablement un bois qui défit le temps. Il a été retrouvé des œuvres en bois de teck de plus de 1.000 ans ?!... (*)

 

En raison de ces et ses qualités il est utilisé dans la construction navale, pour la fabrication de meubles (**) et entre dans la composition de certains édifices de … très haut et grand standing comme le palais de Vimanmek à Bangkok ou le toit de la grande mosquée de Médine.

 

 

Le pont U bein près de Mandalay en Birmanie est lui aussi un ouvrage entièrement fait de bois de teck. Comme il mesure 1 km 2, ce serait le plus long pont du monde … en bois de teck.

 

Il a été construit au-dessus du lac Taungthaman voici plus de deux cent ans et … avec un teck de récupération provenant du palais de la ville d'Ava.

 

 

 

(*) En 1871 à Edimbourg, le Colonel Jule dans l'un de ses rapports en faveur d'une reforestation de tecks en Birmanie (déjà) précisait … '' …les poutres et les planches (en teck) employées dans la construction des murs de Ctésiphon en Babylonie sont encore parfaitement conservées après XIII siècles d'existence. '' (Page 164 de son rapport)

 

(**) Pour la petite histoire, d'après Georg Eberhard Rumphius, (1627-1702) dont nous avons parlé plus haut, au XVIIIe siècle, et sans doute bien avant, les Chinois fabriquaient de très grands vases en bois de teck. Ces récipients étaient destinés à recevoir les eaux de pluie à bord des bateaux lors de leurs voyages en mer.

 

L'eau des deux premiers remplissages prenait un goût amer, mais elle avait – parait-il – la propriété de faciliter la digestion ?!...

 

 

   

 

 

Trois photos du palais de Vimanmek de Bangkok. (พระที่นั่งวิมานเมฆ). (Nov. 2009)

Bâti en forme d'équerre, ce palais de deux étages en bois de teck (*), reconstruit entre 1902 et 1906, repose sur un rez-de-chaussée en maçonnerie fait de briques et de ciment.

Chaque bras d'équerre mesure 60 mètres long et 20 mètres de haut. D'après la publicité faite à son sujet ce serait le plus grand bâtiment au monde en bois de teck ?!...

 

Pour ceux que cela intéresse il est ouvert au public mais les photos sont interdites dans l'enceinte du palais.

 

(*) La partie octogonale, ou vivait Rama V, compte 3étages.

 

 

 

Petite pharmacopée du tectona grandis Linn.f.

 

La poudre de son écorce servirait à modérer l'ardeur de la bile ?!...

Ses graines et ses feuilles seraient purgatives.

En Inde ses feuilles sont employées contre l'hydropisie et les aphtes.

 

En certains endroits des infusions de feuilles sont prises en guise de thé. A noter que l'infusion est nauséeuse et … amère. Mais il y a des gens qui aiment !...

 

Sa sciure mélanger à de l'eau constituerait une pâte qui aurait la propriété de mettre fin à certaines inflammations dues à des vernis.

 

L'huile extraite de son bois est utilisée en médecine en substitution de l'huile de lin.

L'huile extraite de ses graines, douce et inodore, sert en parfumerie.  

 

Enfin signalons que le teck fournit un excellent goudron et que ce sont des arbres protégés.

 

 

Le petit plus !...

 

 

 

Le ''Kannimara'' du parc ''Parambikulam''.

Photo provenant de : //picasaweb.google.com/lh/photo/OyMJ5HWLUWF7OoNG3boyDg

 

 

 

 

C'est au Kerala, un état situé dans la pointe occidentale de l'Inde, dans le parc naturel de ''Parambikulam'' que se trouverait l'un des plus anciens et des plus grands tecks du monde.

 

Le vénérable ''Kannimara'', car tel est son nom, aurait quelques 375 ans pour les uns et 450 pour les autres. Mais à cet âge compte-t-on encore les années ?...

 

Il mesurerait 42 mètres 50, et ses premières branches seraient à quinze mètres du sol, alors ne nous étonnons pas si sont tronc possède une circonférence de …6 mètres 32.

 

Si vous avez trouvé mieux ?...

 

D'après une légende, voilà bien longtemps, suite à une coupe, un liquide rouge se serait répandu sur son écorce. Alors il n'en fallut pas plus pour le vénérer et en faire un arbre sacré. D'ailleurs son nom signifie arbre de la virginité ou arbre vierge. Kanni voulant dire vierge et Maram signifiant arbre dans la langue locale.

 

Voilà !... et moi qui pensais n'avoir rien à écrire sur le teck !....

 

 

 

 

 

 

 

,

 



10/12/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres