MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

UN ET UN FONT-ILS BIEN DEUX ?

UN ET UN FONT-ILS BIEN DEUX ?...

 

 

 

Si vous demandez à un jeune Français combien font un et un, je pense qu'à l'heure actuelle il sera encore en mesure de vous répondre deux. Ce qui ne sera peut-être plus le cas dans quelques années au train où se dégrade l'enseignement !...

 

Et si vous posez la même question à un Thaïlandais d'origine chinoise, celui-ci aura tendance à vous répondre trois si vous lui devez de l'argent, et un si c'est lui qui vous en doit.

 

 

Par contre si vous interrogez un Thaïlandais d'origine thaïe, en lui demandant la somme de cette addition, la réponse commencera par se faire attendre.

 

Puis il prendra son air le plus inspiré, vous gratifiera d'un extraordinaire sourire, et pour bien montrer qu'il est plus malin que vous il sortira, ou ira quérir, une calculette pour déjouer votre piège !

 

Et après avoir bien cherché où se trouvait le « un » et le « plus » il répondra : « deux », mais sans être vraiment certain de l'exactitude de sa réponse !

 

 

Alors si vous avez la perfidie de redire son chiffre en y mettant un soupçon de doute, vous allez désarçonner la pauvre personne et surtout lui faire perdre la face.

 

Car elle sera alors convaincue que sa calculette vient de tomber en panne et s'en ira courir en chercher une autre.

 

 

Bien évidemment, en tenant les propos que je viens d'écrire, j'exagère un peu. Et pourtant nous ne sommes pas loin de la vérité. Le Thaïlandais de base ne sait pas compter.


Je ne sais pas ce qu'il a appris en classe, en tout cas, ce ne sont pas ses tables d'additions, ni de multiplications, et encore moins de soustractions ou de divisions.

 

À plusieurs reprises déjà, et surtout dans les restaurants au moment de régler l'addition, j'avais eu l'occasion de constater que les Thaïlandais n'étaient pas très doués pour le calcul.

 

Hier, au soir, par exemple, le pompon a été atteint, pourtant l'opération n'était pas bien compliquée !

 

Ce soir là, je venais de dîner dans une khoungkhata.

 

La spécialité de ce type de restaurant est de proposer, entre autres mets, de grosses crevettes à sa clientèle.

 

Et c'est le client lui-même qui a le plaisir de choisir et de faire griller sur un petit brasero entretenu au charbon de bois et installé sur sa table, ses crevettes !...

 

Comme c'est un « buffet » chacun se sert à volonté et le prix du repas est fixe. C'est 140 bahts par personne à partir de deux et 180 bahts lorsque le client vient seul.

 

Dans les deux cas, la boisson est en plus.

 

Comme dans ce restaurant l'addition prend toujours presque plus de temps que le repas, au moment de payer j'ai pris l'habitude de héler un serveur et de lui remettre directement, de la main à la main, le prix exact de mon repas.

 

À lui ensuite de se charger des formalités administratives sans m'obliger à bailler aux corneilles pour attendre la facture.

 

Comme toujours dans ce restaurant j'avais un repas à 180 bahts et une petite bouteille d'eau facturée 20 bahts !...

 

L'addition n'est pas bien compliquée. Mais suffisamment quand même pour avoir mis la serveuse sens dessus dessous !


En effet, lorsque j'ai demandé à payer, quelque peu affolée elle courut chercher une calculette, et après avoir recompté trois ou quatre fois m'annonça, pas très sûre d'elle : 200 bahts.

 

Perfide je lui demandai si elle ne s'était pas trompée ?!...

 

Pauvre de moi !... J'aurai mieux fait de donner les 200 bahts que je tenais dans la main et de partir.

 

Car la malheureuse a recommencé deux ou trois fois son addition, ce qui m'a fait perdre dix bonnes minutes.

 

Ensuite, comme pour bien me montrer qu'elle ne s'était pas trompée elle me tendit, anxieuse, sa calculette afin que je vois l'affichage du résultat.

 

Comme elle était dans tous ses états, je n'ai pas osé pousser le bouchon plus loin, et pourtant, ce n'était pas l'envie qui m'en manquait. Mais cela aurai été vraiment trop cruel !...

 

 

 

Un autre soir de la semaine dernière, j'ai eu un véritable cas de conscience !....

 

C'était dans un restaurant situé au bord de la douve nord, pas très loin de la porte Chang Phuak et dont la spécialité est le poulet au miel.

 

Dans ce restaurant, l'addition est toujours rapide, et jamais je n'ai eu de problème. Mais il y a un début à tout !...

 

 

Compte tenu de la situation économique mondiale, les prix venaient d'être augmentés et j'avais à régler 117 bahts au lieu des 102 habituellement.

 

Alors, comme j'avais l'appoint des deux bahts pensant que cela « arrangerait » la caissière, j'ai remis à la serveuse un billet de 1000 bahts accompagné de ces deux petites pièces d'un baht !....


Lorsque j'ai ramassé ma monnaie au lieu de trouver 885 bahts, j'ai compté, et recompté, 995 bahts !....

 

Il y avait donc sur le petit plateau d'acier 110 bahts de plus. Et mon repas me coûtait alors : 7 bahts, soit douze centimes d'euro environ !...

 

J'aurai pu tout empocher et m'en aller. Seulement voilà, je n'en aurai pas dormi de la nuit. Comme quoi, l'honnêteté tient vraiment à peu de chose, et d'autant plus que la situation n'était pas favorable au remboursement !....

 

 

En effet, la caissière est aussi la patronne !...

Et comme ses employés « grignotaient » à ses côtés, j'ai longtemps hésité avant d'aller lui rendre le trop perçu.

 

Car je ne voulais pas la mettre en porte à faux, ou lui faire perdre la face, devant son personnel.

 

Et puis le temps passant,  n'en pouvant plus d'attendre, je me suis résolu à lui rendre son argent le plus discrètement possible avant de franchir le seuil de son restaurant.

 

Mais en voulant faire vite, ce qui n'est pas évident quand on possède trois mots de Thaï alors qu'il en faudrait vingt, j'ai bien rendu le billet de cent bahts, mais je suis parti en gardant la pièce de 10 bahts dans le creux de ma main !...

 

Après tout mon honnêteté les méritait bien !....

 

 

 

J'aurai encore bien d'autres exemples à raconter. Mais les écrits les plus courts étant les meilleurs, je les servirai une prochaine fois.

 

En attendant, comme un homme averti en vaut deux, au Lanna, recomptez vos notes … deux fois plutôt qu'une !...



09/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres