MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

''AU PETIT CABANON''

''AU PETIT CABANON'' (ตูบน้อย)(*)

 

 

 

 

La meilleure façon de découvrir une ville c'est d'errer dans ses rues en ouvrant grands les yeux.

 

C'est ainsi qu'en roulant autour du wat Pra Shing, je suis tombé en arrêt devant l'entrée d'un petit restaurant qui donnait envie d'y entrer rien qu'à le regarder !...

 

 

Comme sa salle donnait de plain-pied sur la rue, je n'ai pu m'empêcher d'aller y faire un tour afin de rassasier, non pas mon estomac puisque j'avais déjà mangé mais, ma curiosité.

 

 

L'intérieur du lieu était tout aussi séduisant que l'extérieur. Il s'y dégageait même une intimité que le dehors ne faisait que suggérer.

 

Alors poussé par ces éléments favorables j'ai cherché à savoir si la cuisine était bonne !

 

 

En général la clientèle est un bon baromètre pour donner une mesure sur la qualité de la cuisine servie. Et ce jour là les clients, tous d'origine Thaïs, ne manquaient pas.

 

Une mère de famille déjeunant avec son jeune fils me confirma même que la cuisine était excellente.

 

Par ailleurs, deux ou trois grands panneaux revêtus d'articles de presse qui devaient couvrir d'éloges le patron et son restaurant finirent par me convaincre de revenir en ce lieu pour y prendre un repas le plus tôt possible.

 

C'est pourquoi, un jour et aux environs de midi, je suis retourné dans la soï 1 de thanon Samlan, et je me suis rendu au numéro 29, chez ''TOUP NOÏ'' le spécialiste des macaronis et des nouilles larges !...



Dans la salle il y avait déjà quelques clients. Et sur chaque table trônait un menu en Thaï collé sur une planchette qu'un socle maintenait à la verticale.

 

Comme en entrant j'avais repéré une table en retrait et qui me permettait d'observer sans trop l'être, alors je suis allé m'y asseoir.

 

Tout aussitôt, une jeune serveuse est venue m'apporter un menu en anglais de trois ou quatre pages.

 

Tous les plats étaient à 40 ฿ et toutes les boissons à 15 ฿, sauf la ''Singha beer L'' qui était à 60 ฿ et la ''Hiennaken beer L'' à 70 ฿.

 

 

Pour que la maison Heineken prenne au mieux le mauvais traitement de son nom, je signale que l'eau Polaris avait perdu son ''P''. Et qu'en dépit de ces accidents courants en Thaïlande le contenu des bouteilles n'en subit en général aucune altération.

 

 

Donc, tandis que je feuilletais la carte quelqu'un arriva en catimini auprès de ma table. Et, d'un geste prompt et rapide il s'empara de la plaquette en Thaï qui y était posée et la mit en bas de la petite déserte servant aux boissons.

 

C'était l'homme en photo sur les coupures de presse, et qui je le suppose devait être le maître des lieux.

 

 

Allez savoir pourquoi, mais sa manière de soustraire ce menu de ma vue alors qu'il ne me gênait pas, m'interpella et mit mon esprit en éveil ?!...

 

Et de ce fait je ne commandai qu'un plat, sans même prendre de boisson. Alors qu'habituellement je commande toujours au moins une bouteille d'eau !....

 

 

Très vite une assiette normalement garnie me fut servie. Son contenu sentait bon, et semblait appétissant.


Tandis que j'allais passer à l'action en hésitant entre les baguettes et la fourchette, la serveuse s'approcha de ma table.

 

Et après m'avoir adressé l'un de ses plus jolis sourires elle se pencha vers la desserte pour y prendre la plaquette que son patron venait d'y poser quelques minutes pus tôt.

 

 

Cette fois, ma réaction fut immédiate. Et d'autant plus qu'il n'y avait aucune raison pour qu'elle emportât ce menu dont un exemplaire reposait sur chaque table !...

 

Alors, sans lui donner le temps de s'éloigner, et indépendamment de ma volonté, je la priai non seulement de me remettre ce menu, mais aussi de me rapporter celui en anglais.

 

Et tout en déjeunant je me mis à comparer les deux cartes.

 

Elles étaient rigoureusement identiques sauf … au niveau des prix. En effet, du côté Thaï les plats ne coûtaient que …  30 ฿ et les boissons que … 10 ฿.

 

Seules les 2 bières ''L'' étaient au même tarif sur les deux menus.

 

Ce fut alors que l'idée de cette chronique germa dans mon esprit. Et pour ne pas oublier le mot ''Hiennaken'', je me mis à le recopier scrupuleusement sur mon Fidèle carnet.

 

 

Le patron qui devait me surveiller du coin de l'œil, se retrouva comme par enchantement, et tout aussitôt, tout à côté de ma table !...

 

Alors j'en profitai pour lui demander quelques explications sur les différences de tarification d'un menu à l'autre !...

 

Et Monsieur Noï, le plus sérieusement du monde m'expliqua doctement du haut de son mètre soixante que les portions pour les farangs étant plus conséquentes que celles servies aux Thaïs, coûtaient dix bahts de plus.


Comme je n'avais pas eu cette impression avec le contenu de mon assiette, sur le ton de la plaisanterie je me permis de le lui faire remarquer que j'avais été pris pour un ''khon Chiang-Maï''.(*)

 

Monsieur Noï resta sans réaction. Mais un client Thaï qui était en face de moi sur ma gauche, buvait du petit lait et me permit de savoir que j'avais été parfaitement compris.

 

Perfide, je poursuivi en demandant si la bouteille d'eau pour farang était un peu plus grande que la bouteille d'eau pour Thaï.

 

Cette fois Monsieur Noï montra carrément des signes de déficience auditive !.....

 

Pourtant lorsque je lui ai demandé, et presque aussitôt après,  combien je devais, il m'a répondu du tac au tac : 40 bahts !

 

Je me suis empressé de les lui donner selon la tradition, en mettant ma main gauche près de l'avant bras droit, et en enveloppant le tout d'un sourire digne d'un ''khon Chiang-Maï'' d'origine.

 

 

 

Certes, ce demi repas ne m'aura pas ruiné, seulement coupé l'appétit. Mais c'est bête, car pour gagner dix petits bahts sur un plat, et 5 sur une boisson, Monsieur Noï en a perdu des centaines d'autres sur le long terme !....

 

En effet, sa cuisine n'était pas si mauvaise et c'est très volontiers que je serai retourné chez lui !....

 

Seulement voilà, je n'y retournerai plus. Car d'une part cette façon d'agir porte en elle des germes de xénophobie qui m'irritent, et d'autre part je n'aime pas qu'on me prenne ouvertement pour un idiot même si j'en ai, peut-être ?... la tête d'un !....

 

 

(*) ตูบ en lanna thaï serait l'équivalent de บ้าน en Thaï ?!...

(*) Un habitant de Chiang-Maï.



10/08/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres