MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

INDRAKHIN ou INTHAKHIN – LA COLONNE : 3/3

INDRAKHIN ou INTHAKHIN – LA COLONNE : 3/3

                       เสาอินทขิล – เสาหลักเมือง

                                 Troisième partie

                       INDRAKHIN – INTHAKHIN - INDRAKHILA

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Photo :         

 

Photo 1 : La face ouest du sanctuaire du ''Sao Inthakhin'' (San-São-Inthakhin) (ศานเสาอิทขิล) de Chiang-Maï (On aperçoit dans la niche l'ermite ''Chao Suthep''. (เจ้าสุเทพ) en cours de rénovation le 11 mai 2013.

Photo 2 : Le sanctuaire du ''Sao Inthakhin'' le 5 juin 2013, le jour de l'ouverture des cérémonies. Notez le manque de ''chofa'' (les éperons au faîte du toit) et la couleur des décorations qui est spécifique à chaque face du bâtiment.

Sur le devant une petite châsse où sera installée une miniature de l'image du Bouddha, semblable à celle exposée à l'intérieur du sanctuaire.

Photo 3 : La face ouest du sanctuaire du ''Sao Inthakhin'' (San-Sao-Inthakhin) le 5 mai 2013.

 

 

Comme il est écrit dans la première et deuxième partie de cette trilogie, ''INDRAKHIN'', ''INTHAKHIN'' ou ''INDRAKHILA'', sont des mots qui ont été formés à partir du nom … ''Indra'', le dieu hindou ; des mots qui à Chiang-Maï servent à désigner le ''Sao muang'', (เสาเมือง) littéralement le poteau ou le pilier de la cité. C'est-à-dire ''l'objet sacré'' où réside l'esprit qui protège la ville et lui garantit la richesse l'abondance et la prospérité, à la condition que les règles sociales soient respectées et qu'un culte soit rendu à cet esprit.

 

D'après les légendes d'antan et surtout les chroniques qui les rapportent, les hommes peuplant le Lanna apparaissent comme des individus versatiles. Quand ils sont dans la peine ils demandent de l'aide aux esprits et à Indra, et puis lorsque tout va bien, non seulement ils oublient leurs devoirs, mais certains, en lieu et place du culte, seraient allés jusqu'à déposer des excréments aux pieds du pilier et … des Kumphans, (กุมภัณฑ์) des êtres extraordinaires qui sont chargés de veiller sur ce pilier et … de protéger les habitants de la cité ?!... C'est-à-dire … Chiang-Maï.

 

L'occupation Birmane a-t-elle été l'une des conséquences de l'inconséquence des habitants de Chiang-Maï ?... Indra seul, voire Bouddha, pourrait – peut-être – le dire. Toujours est-il qu'avec l'occupation birmane et le départ de ces derniers, à la fin du XVIIIe siècle Chiang-Mai va de mal en pis et se trouve dans une situation qui pourrait s'apparenter à celle où les Kumphans, voilà des siècles, retournèrent dans le ciel d'Indra avec l'Indrakhin. (Voir la deuxième partie de la trilogie de ces chroniques pour en savoir plus.)

 

A la fin du 18ème siècle Chiang-Maï était-elle une ville à la dérive ?...

En 1763, pour garder la main mise sur la ville de Chiang-Maï et éviter toute rébellion, le général Birman Po Chiek Aphayakhamani ou Abhayagamani (โป่เจียกอภัยคามินี) (1762-1768/69) déporte pratiquement toute la population de la ville à Ava, (กรุง อังวะ) une cité près de Mandalay qui fut à différentes époques une capitale birmane.

Ce ''mode opératoire'' n'avait rien d'exceptionnel. C'était même l'un des us et coutumes en cours en Indochine pour occuper un territoire en mobilisant le moins de militaires possibles. (*)

 

Vers la fin du XVIIIe siècle au Lanna, ou ce qu'il en reste, (**) deux hommes, ''Chao Chā Bān (Būn Ma)'' (เจ้าจ่าบ้าน (บุญมา)) (1775-1781) de Chiang-Maï et  ''Chao Kāwila'' (เจ้ากาวิละ) (1742-1815) de Lampang vont ''unir'' leurs efforts pour chasser les Birmans.

A cette époque les rixes entre birmans et gens du Lanna ne cessaient de se multiplier. Les Birmans profitaient de leur statut d'occupants et les occupés, très divisés entre eux, ne supportaient plus les brimades, les abus et les vols des birmans.

Alors lorsque que ''Po Chiek'', le général Birman de Chiang-Maï, quittait la ville les heurts entre les deux communautés reprenaient de plus belle.

Par exemple en 1774, un an après la destruction de Chiang-Maï, alors que ''Po Chiek'' était entrain de guerroyer dans le Lane Xang ou Lane Chang (ล้านช้าง), très exactement du côté de Luang Prabang au Laos, le Chao de Chiang-Maï ou seigneur de Chiang-Maï, ''Chao Chā Bān'' avec 300 hommes, armés seulement de gourdins et de manches d'outils, livrèrent combat aux soldats birmans restés sur place. Cette garnison birmane sous les ordres de ''Po Huakhao'' comptait alors … 1900 hommes … armés !...

Cette rixe ou insurrection ( ?...) en plein centre ville fut un désastre pour ''Chao Chā Bān''  qui prit la fuite en laissant au sol nombre de ses partisans dont son frère, ''Naï Mong'' (นายมอง) qui mourut des suites d'une blessure par balle ?!...

L'échec de ce ''soulèvement'' ( ?) eut pour effet de faire comprendre à ''Chao Chā Bān'' qu'il ne pourrait chasser les Birmans qu'avec l'aide du nouveau roi Siamois Taksin (ตากสิน) (1734-1768-1782).

 

 

(1) Le chef militaire Birman de Chiang-Mai, Po Huakhao, (โป่หัวขาว), remplaça Po Chiek Aphayakhamani à Chiang-Maï à son décès.

La déportation massive d'individus était un fait courant. A l'époque, dans ses récits, ''Doudart de Lagrée'' écrit à propos des Siamois et suite à la prise de Vientiane en 1778,  … ''les villages incendiés les peuples emmenés à Bangkok … ''

En 1805 et 1809 Kawila, comme nous le verrons, fera de même en déportant les autochtones du Sipsongpanna à … Chiang-Mai pour repeupler la ville.

(2) Selon la formule ''Diviser pour mieux régner'', les Birmans avaient partagé le Lanna en deux régions, le nord et le sud. La région nord (Chiang-Saen) fut annexée à leur empire et celle du sud, composée d'une mosaïque de petits états ou muangs (เมือง) dont Chiang-Mai, fut vassalisée.

 

     https://static.blog4ever.com/2009/08/339774/big_artimage_339774_3941397_201306282344800.jpg  

 

                 Quelques images de rénovation du Viharn du ''Sao Inthakhin ''

Photo 1 : Les faces ouest et sud du sanctuaire du ''Sao Inthakhin'' (San-Sao-Inthakhin) (ศานเสาอิทขิล) de Chiang-Maï (On aperçoit dans la niche l'arrière train du tigre.) en cours de rénovation le 7 février 2013.

Photo 2 : Des charpentiers façonnant une ''baïraka'' (ใบระกา) et son extrémité, un ''hanghong'' (หางหงส์) littéralement ''Queue de cygne''. (19 mars 2013)

Photo 3 : Deux queues de cygne superposées en attente de dorure. (19 mars 2013)

Photo 4 : Un Hanghong et son baïraka terminés et posés (1 juin 2013).

 

 

C'est quelques années plutôt que Taksin s'autoproclamant souverain d'Ayutthaya le 28 décembre 1768, faisait de la ville de Thonburi, (กรุงธนบุรี) sa capitale, la nouvelle capitale du Siam.

 

En 1774 donc, d'après la chronique de Chiang-Maï, Taksin venait de défaire les campements birmans d'Ayutthaya,  le général birman ''Po Chiek'', alors dans le Lan Xang (Laos) décida d'aller réoccuper les lieux et prit la route d'Ayutthaya.

D'après les annales royales siamoises, ce serait en apprenant que les armées siamoises montaient sur Chiang-Maï que le général Birman ''Po Chiek'' ou ''Po Supla'' (โป่พสุลา) ou encore Po Suk Khuppha Thihapate'' aurait décidé d'aller à leur rencontre pour les arrêter ?!...

 

En reprenant la chronique de Chiang-Maï, il est écrit que ''Chao Chā Bān'' non seulement fut associé à l'armée birmane mais qu'il se vit confier le commandement de l'avant-garde fluviale de celle-ci.

La ''route'' de cette avant-garde passait par Lampang. Lorsque ''Chao Chā Bān'' arriva dans cette ville il rencontra ''Chao Kawila'' à qui il aurait fait dire, bien avant son arrivée, que … ''la révolte (contre les Birmans) allait reprendre''.

Alors les deux hommes se seraient entendus sur leur rôle respectif, et ''Chao Chā Bān'' après avoir occis le chef Birman La-hta (ลาหตา) ou Rat'a (รัดนา) (1) qui l'accompagnait, et dont les 70 hommes prirent la fuite suite à cet assassinat, se présenta à Taksin pour lui demander son aide.

Une autre version dit que ''Chao Kawila'' aurait demandé cette aide via un courrier. (Les deux versions peuvent être exactes et complémentaires ?!...)

 

Ce que l'on pourrait appeler une trahison de la part des deux hommes,  ''Chao Chā Bān'' et ''Chao Kawila'', n'était au Lanna et dans toute la région qu'un revirement d'allégeance.

Il suffisait alors à ses auteurs de savoir y mettre les formes pour être cru de leur nouveau suzerain et … rester en vie. Très souvent les suzerains n'avaient pas d'autre choix que … d'entériner une allégeance dictée par les événements et non désirée de plein gré. (2)

 

A Ayutthaya sans hésiter Taksin, qui ne devait attendre que cela, demanda à ses généraux ''Chao Phraya Chakri'' (เจ้าพระยาจักรี) et ''Chao Phraya Surasi'' (เจ้าพระยาสุรสีห์) de partir sur le champ en direction de Chiang-Mai guidés par … ''Chao Chā Bān''.

En passant à Lampang les Siamois furent accueillit par ''Chao Kawila'' qui durant leur venue avait chassé les birmans de sa ville et mit en danger la vie de son père ''Chao Fa Chai Kéo'', (เจ้าฟ้าชายแก้ว) qui était alors à Chiang-Mai pour présenter des doléances au birman ''Po Huakhao''.

''Chao Kawila'', joignant ses troupes à celles des Siamois, prit alors la direction de Chiang-Maï et le mercredi 15 février 1775 il aurait été le premier à entrer dans la ville … afin d'y chercher son père retenu prisonnier et … qu'il trouva … sain et sauf !.... (3)

 

A l'occasion de cette victoire, le roi Taksin donna le titre de ''Phraya Chiang-Maï'' à ''Chao Cha ban'' et celui de vice-roi (uparaja) (อุปราช) au neveu de ce dernier, ''Naï Kon Keo'' (Chao Uparaja Kon Keo) (เจ้าอุปราชก้อนแก้ว).

Il en fut de même pour chacun des chefs de toutes les grandes villes voisines qui reçurent le titre de Phraya, c'est-à-dire ''roi-local'' en ''remerciement'' de leur allégeance … nouvelle !...

Quant à ''Chao Fa Chai Kéo'', (เจ้าฟ้าชายแก้ว) le roi de Lampang et le père de ''Chao Kawila'', il donna la main de sa fille, ''Nang Sri Anoxa'' (นางศรีอโนชา) (4) à ''Phraya Surasi'', qui lui en avait fait la demande.

''Phraya Surasi'' n'était autre que le frère de ''Phraya Chakri'', le futur fondateur de la dynastie des Chakri, plus connu sous le nom de Rama Ier.

 

Du côté birmans, ces derniers ne s'avouèrent pas vaincus. Deux mois plus tard, en Avril 1775, le birman ''Po Huakhao'', l'ex gouverneur de Chiang-Mai, est de retour et encercle la ville. Le siège va durer … huit mois.

Affamé le gros de la très maigre population s'enfuit et ''Phraya Chā Bān'' se réfugie avec sa famille à Lampang. Il va revenir combattre les Birmans qui courant 1776 finissent par abandonner Chiang-Maï. Mais la famine est si grande que Chiang-Maï s'est vidée de sa population et que ''Phraya Chā Bān'' va s'établir à Wang Phrao (วังพร้าว) (5).

 

En 1779 en dépit des birmans qui ne cessent de tenter un ''retour'', de la famine qui sévit, (un homme ne peut en même temps se battre et cultiver la terre), au grand dam des populations qui fuient, les chefs et dignitaires du Lanna continuent de s'entredéchirer.

Dans ce chaos ''Phraya Chā Bān'' en vient à tuer son neveu qui lui refusait des vivres, le vice roi ''Nai Hon Keo'', et de son côté ''Chao Kawila'' va poignarder des émissaires royaux siamois envoyés par ''Phraya Chakri'' alors près de Vientiane, (1778) qui sous prétexte d'inspection se livraient à des brigandages auprès des populations dont celle de Lampang.

 

Ces actes vaudront à leurs auteurs de connaître les geôles de Thonburi et à ''Chao kawila'' d'avoir le lobe des oreilles tranché.

''Chao Kawila'' sous promesse de s'amender en allant se battre à Chiang Saen fut libéré ; mais ''Phraya Chā Bān'', malade passa de vie à trépas … ''dans le sud ( ?) ''  … dit la chronique … sans qu'on sut vraiment comment et très exactement où et quand ?!...

 

 

(1) Le nom du soi-disant chef birman désignerait plutôt un chef appartenant à l'ethnie des Lahtas vivant dans le sud de l'état Shan non loin de … Mandalay. Ce serait donc … peut-être ( ?) ''… le chef Birman, un Lahta '' … et non le chef Birman Lahta. (Mais ce n'est que mon avis.)

(2) Concernant l'allégeance ''girouette'', on la retrouve aujourd'hui encore lors des élections et en particulier à l'occasion des 2ème tours. Se retrouver avec l'éventuel vainqueur passe avant les idées à défendre, et cela … sans le moindre état d'âme !... La tradition est la tradition.

(3) En apprenant la trahison de ''Chao Kawila'', dont le père se trouvait malencontreusement à Chiang-Maï, les birmans vont arrêter ''Chao Fa Chaï Kéo'' mais sans savoir quelle condamnation lui infliger car ils ont entre les mains une lettre des six frères de Chao Kawila qui accusent leur aîné de folie et où ils renouvellent leur allégeance en ayant fait accompagner la missive … de somptueux présents !...

Les frères étaient derrière leur aîné. Ils trahissaient donc aussi et jouaient de duplicité.

(4) Nang Sri Anoxa (นางศรีอโนชา) est aussi appelée Chao Rotcha (เจ้าโนชา) ou encore Chao Krok Sri Anoxa, (เจ้าครอกศรีอโนชา) entre autres noms.

(5) L'orthographe de cette ville varie selon les traductions : Văng P'ạo ou Wang Phrao. J'ai trouvé deux Wang Phrao, L'un près de Chiang-Mai, Tha Wang Phrao (ท่าวังพร้าว) et l'autre près de Lampang  Wang Phrao (วังพร้าว). Stratégiquement il s'agirait de la deuxième ville, celle près de Lampang, mais ce n'est que mon avis.

 

 

      

 

 

Photo 1 : ''Nang Sri Anoxa'' (นางศรีอโนชา) la sœur de ''Phra Chao Kawila'', et l'épouse ou concubine de ''Phraya Surasi'' le frère de ''Phraya Chakri'' ou Rama I.

Photo 2 : ''Phra Chao Kawila''. Il semble avoir encore le lobe de ses oreilles ?!... et pourtant !... (Peut-être ont-ils repoussé ?... qui sait ?!...)

Photo 3 : Le théâtre des opérations de … conquêtes pour les Birmans et de reconquêtes pour les Siamois et les ''Khons-Lanna'' ou … ''Lannais'' ?!....

Photo 4 : Le monument commémorant le souvenir de ''Phra Chao Kawila'' à Chiang-Maï. Il se situe entre la rive gauche du Ping et la route conduisant de Chiang-Maï à Lamphun, juste en face du camp militaire portant son nom, le ''Camp Kawila''.

 

 

A cette même époque, au Siam en général et à Thonburi en particulier, tout n'allait pas pour le mieux. Taksin, dont l'autorité cassante n'était pas du goût de tous, avait fort affaires avec la gent religieuse siamoise dont les factions s'affrontaient, parfois violemment, voire même en faisant parler les armes … à feu. (Le Bouddhisme n'est pas que non-violence !...)

Bref, sans entrer dans les détails, la communauté bouddhiste a joué un rôle non négligeable dans la destitution et la mort du roi Taksin en … 1782 !…

Cette année là, tandis que ''Chao Phraya Chakri'' et ''Chao Phraya Surasi'' sont en campagne au Cambodge, à Thonburi à la suite d'une révolution de palais ou d'un complot ( ?...) … le roi Taksin, soi-disant fou ou drogué, trouve refuge ou est retenu prisonnier au Wat Arum avec son neveu le prince Anurak Songkhram (กรมขุน อนุรักษ์ สงคราม).

Ces troubles auraient pris naissance à Ayutthaya, seraient remontées à Thonburi et auraient duré quatre jours. Un ou deux homme(s) ''Phraya Sing et/ou Phraya San'' se serait(ent) alors accaparé(s) du trône. (1)

Pour mettre fin aux ambitions de cet (ces) homme(s) et à ses (leurs) jours, ''Nang Sri Anoxa'', l'épouse ou la concubine de ''Chao Phraya Surasi'' et la sœur de ''Chao Kawila'' aurait sollicité l'aide des habitants de ''Ban Pak Phieo'' (น้านปากเพรียว) qui vont s'acquitter de cette mission … selon les différentes traductions de la chronique de Chiang-Mai car je n'ai trouvé cette version nulle part ailleurs ?!...

Prévenu des événements, et après avoir fait passer de vie à trépas le général ''Chao Fa Krom Khun Intharaphithak'', (เจ้าฟ้ากรมขุนอินทรพิทักษ์) … ou le fils du roi Taksin, ''Chao Phraya Chakri'' rentre en toute hâte à Thonburi. Dès son arrivée, le 6 avril au matin, il prend la ''situation'' en main et … d'une main de fer. La suite est connue !....

 

Ce 6 avril Taksin aurait été jugé et tué le lendemain avec, par la suite, un certain nombre de ses partisans et ''Chao Phraya Chakri'' aurait été couronné … roi.

Devenu roi, ''Chao Phraya Chakri'' décide de la construction d'une nouvelle capitale, Bangkok. Alors le 21 avril 1782 à 6 heures 54, soit quinze jours après son couronnement, son premier acte en tant que souverain est de faire installer un … ''Sao lak muang'', c'est-à-dire … le premier pilotis de la ville voire sa première pierre.

La construction du grand palais ne commencera que le 6 juin, c'est dire l'importance qui a été donné à ce ''Sao lak muang''.

 

Ce ''Sao lak muang'' ne doit pas se confondre avec un ''sao muang'', qu'on trouve au sein de chaque village. L'adjectif ''Lak'' a le sens de premier, primordial, important … etcetera … etcetera … autrement écrit cet objet sacré est tout à la fois le pilier de la ville et … du royaume, le premier pilier du royaume. Muang est alors à prendre dans le sens de royaume, le muang de tous les muangs.

La notion est nouvelle, ou presque car le Lanna avait son … ''Sao Inthakhin'' !... (2)

Le ''Sao lak muang'' est alors un symbole de super puissance qui associe l'esprit protecteur de la ville nouvelle, Bangkok, mais aussi … celui de Chiang-Maï, dont l'horoscope de la ville aurait été joint à celui de Bangkok. C'est donc bien le pilier protecteur du royaume. Un royaume qui est loin d'être uni et dont certains vassaux sont très éloignés de Bangkok. On a vu ce que valaient certaines allégeances !...

 

Pour des raisons trop longues à détailler, le 13 juin 1782, dans son tout nouveau palais en bois, le nouveau roi ''Chao Phraya Chakri'' se fait couronner une deuxième fois.

''Chao Kawila'' et ses frères, dont la sœur ''Nang Sri Anoxa'' est l'épouse du frère du roi de Bangkok, ou l'uparaja Chao Phraya Surasi, sont invités. Ils sont même reçus en audience.

C'est à la suite de cette audience que ''Chao Kawila'' devient ''Phraya Mangra Wachiraprakan Khampæng Kéo'' roi de Chiang-Maï (พระยามังราววชิรปราการกำแพงแก้ว). Un roi qui va ressusciter la ville et apporter un soin tout particulier au ''Sao muang Inthakhin''.

Les frères de ''Chao Kawila'' furent aussi ''adoubés'' : (par ordre de naissance) 1/ Chao Kham Som (เจ้าคำสม) ''Roi de Lampang'', 2/ Chao Thamma langka (เจ้าธรรมลังกา) Uparaja (Vice-roi) de Chiang-Maï, 3/ Chao Duang Thip (เจ้าดวงทิพ) Uparaja de Chiang-Mai, 4/ Chao Mu la (เจ้าหมูหล้า) Phraya de Lakhon (près de Lampang) et 5/ Kham Fan (เจ้าคำฝั้น) Uparaja de Chiang-Maï.

 

 

(1) ''Phraya San'' (พระยา สรร) est aussi appelé dans un texte de Sarassawadee Ongsakul professeur d'histoire à l'université de Chiang-Mai : ''San Phraya du Cambodge'' ?!...

Dans cette version Anocha aurait aidé ''Phraya Suriya-Aphai'' (พระยาสุริยอภัย), le neveu de ''Chao Phraya Chakri'' (*)  à supprimer ''San Phraya du Cambodge''.

Dans la chronique de Chiang-Mai traduite par Camille Notton il est difficile de savoir s'il s'agit d'un ou de deux hommes, dans sa traduction David K. Wyatt considèrent qu'il s'agit de deux individus ?!....

Toujours est-il que le rôle joué par Anocha, la sœur de ''Chao Kawila'', ne sera pas sans influencer favorablement les bonnes dispositions de ''Chao Phraya Chakri'' vis-à-vis de la fratrie Kawila, ou les sept frères, (เจ้าเจ็ดตน) qui répondra à chaque fois que ''Chao Kawila'' (**) et sa fratrie  auront besoin d'aide pour chasser les Birmans.

(*) En 1780 ''Phraya Chakri'' reçut le titre de ''Chao Phraya Chakri'', et par la suite bien d'autres ... ''Khampæng Kéo'' … ''Phraya Wachiraprakan'' !...

(**) Chao Kawila fut aussi très ''titré'' mais pour simplifier la compréhension du texte ''Chao Kawila'' restera ''Chao Kawila'' du début jusqu'à la fin de cette chronique.

(2) Avec le temps le mot ''Sao lak muang'' s'est presque substitué à ''Sao muang'' ; et parallèlement, vraisemblablement par paresse verbale (*) comme c'est la coutume au Lanna, ''Sao lak muang'' a donné le diminutif de ''lak muang''.

Autrement écrit, le ''lak muang '' avec l'usage est devenu quelque chose de commun à toutes les communautés, alors que le ''Sao Lak muang'', à l'origine était ''unique'' en son genre.

(*) Exemple de … paresse verbale : Au Lanna nombre de gens disent ''Paï-bane'' ou ''Rogn-bane'' au lieu de ''Rong-phaya-bane'' (โรงพยาบาล) un mot qui signifie ''hôpital''. C'est comme si nous dirions, en France, ''hôtal'' pour ''hôpital''. Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres !...

 

 

    

 

 

                                L'arbre YANG NA (ยางนา) du Viharn Inthakhin

                          (Un diptérocarpus alatus Roxb. ex G. Don )

       (Un arbre de la région dont la particularité est d'être un arbre de bon augure.)

Photo 1 : Le Viharn du Sao Inthakhin et son Yang Na.

Trois Yang Na furent plantés du temps de Kawila au Wat Chédi Luang où se trouve le Sao Inthakhin. Les trois arbres en 2013 sont toujours là … un peu ébranché pour l'un, mais toujours là. (Photo du 24 mai 2013)

Photo 2 : A gauche le Viharn Inthakhin, au centre le Yang-Na et ses 45 mètres de haut, à droite le sanctuaire du ''Khumphan du Sud''. (Photo du 24 mai 2013).

Photo 3 : Dans la nuit du 2 mai 2005 l'une des branches de ce géant n'a pas résisté  aux vents d'une tempête. Elle est tombée au sol en éventrant le mur d'enceinte du Wat et en provoquant une panne électrique mémorable. Mais les esprits veillaient … il n'y eut aucune victime à déplorer !...

 

 

Phra Chao Khanan Kawila (พระเจ้าขนานกาวิละ)

Le ''rédempteur'' ou le ''sauveur'' de Chiang-Maï ?...

 

Le titre peut faire sourire, cependant si l'on considère que l'histoire est un éternel recommencement la résurrection de Chiang-Mai s'inscrit tout à fait dans ce cycle de la ville en ruine qui va renaître de ses cendres et renouer un pacte avec les forces divines, en l'occurrence Indra que les bouddhistes ont … récupéré de la mythologie hindoue.

Au XVIIIe siècle le temps des  ''reusis'' (ฤาษี), c'est-à-dire des ermites animistes, a laissé place à celui des bonzes, mais le culte des ''reusis'' n'a pas pour autant disparu. Il en existe encore aujourd'hui en 2013 !...

Ce n'est donc plus un reusi qui va prendre la tête de tout un peuple mais un bonze, et ce bonze n'est autre que ''Phra Chao Kawila'', en fait ''Phra Chao Khanan Kawila''.

Comme tout bon bouddhiste ''Chao Kawila'' est entré pour un temps dans les ordres et à l'époque ses supérieurs lui ont donné le nom de ''Khănán'' (ขนาน) c'est-à-dire … bonze !... Curieux non ?... Faut-il y voir un signe ?... Je vous laisse juge.

 

Donc en 1782 ''Phraya Mangra Wachiraprakan Khampæng Kéo'' roi de Chiang-Maï, ou ''Phra Chao Khanan Kawila'' reçoit en héritage une ville en ruine peuplée de fantômes, et sans âme qui vive.

Tout est à reconstruire au point que ''Phra Chao Khanan Kawila'' va vivre pendant 14 ans, 4 mois et 20 jours de 1782 à 1796 à Wiang Pasang, (เวียง ป่าซาง) une ville à une trentaine de kilomètres de Chiang-Mai qu'il va fonder avec quelques 500 partisans et leurs familles. (1)

 

L'un des premiers actes politiques de ''Phra Chao Kawila'' sera de se protéger des incessantes incursions birmanes, car ces derniers se refusent à l'idée de perdre le Lanna.

Pour cela ''Phra Chao Kawila'', avec l'aide de ses frères, va remettre à la tête de certaines villes du Lanna leurs anciens chefs (roi et vice-roi) qui étaient retenus prisonniers ou en exil ; il va aussi repeupler ces villes de leurs anciens sujets ou … de ce qu'il en reste !...

Il va prêcher la révolte auprès des rois du Lanna qui ont fait allégeance aux birmans, et demander très souvent l'aide militaire de Bangkok pour mettre un terme à des combats ou à des sièges qui s'éternisent sans qu'aucun des deux camps ne puissent prétendre à la victoire.

 

En 1784 ''Phra Chao Khanan Kawila'' (2) non seulement remet sur son trône Phraya Tak, (พระยา ตาก) le roi de la ville de Tak, qui pour le remercier lui donnera sa fille pour épouse/concubine ( ?) ''Nang Khan Nga'' ou ''Nang Khantha''  (นางคานทา) … selon les traductions, mais à cette occasion, ''Le roi de Bangkok'' met la ville de Tak sous la suzeraineté de … Chiang-Mai. Cela n'a l'air de rien mais Chiang-Maï commence à retrouver ses vassaux d'antan et le Lanna, au fil des ans, va se ''re territorialiser'' !... 

 

En 1791 Kawila et sa suite viennent vivre un mois durant à Chiang-Mai puis réintègrent ''Po Sang''. Trois ans plus tard, en avril 1794, à l'occasion du nouvel an (Songkran) un uposatha (Hall d'ordination) et des images de Bouddha sont inaugurés au Wat Inthakhin, là où se trouve le … ''Sao Inthakhin''.

Le ''Sao Inthakhin'' et ses kumphans sont alors quelques part dans le Wat Inthakhin Sadou Muang, (วัดอินทขีลสะดือเมือง) un Wat qui existe toujours et dont un uposatha flambant neuf vient de surgir de terre à l'emplacement exact où s'élevait le précédent.

 

    

 

 

                             Wat Inthakhin sadü muang (วัดอินทขิล สะดือเมือง)

C'est-à-dire le temple du nombril de la ville ou était ''vénérée'' la colonne Inthakhin.

En 1794 le frère de Chao Kawila, l'uparaja ou vice-roi, fait construire un Vihara avec une image de Bouddha. Serait-ce l'un des Bouddhas ci-après ?.... Vraisemblablement parce que il n'y en n'a pas d'autres dans les lieux.

Photo 1 & 2 : D'anciennes images de bouddha du Wat Inthakhin. Elles restèrent très longtemps sans autre abri. Le temple connut un démembrement vers les années 1920 et … un abandon par la suite. (Photos de 2008)

Photo 3 : courant 2008, le département des Beaux arts fait mettre à jour les fondations  d'un ou du viharn du Wat Inthakhin. (Photo de 2008).

 

 

    

 

 

                   Wat Inthakhin sadou muang (วัดอินทขิล สะดือเมือง) (suite …)

Photo 1 : Le Viharn Luang Pou Khao (พระวิหาร หลวงปู่ขาว) du Wat Inthakhin en cours de construction à l'emplacement exact de l'ancien Viharn. (Photo de 2009)

Photo 2 : Vraisemblablement l'image du Bouddha inaugurée par la fratrie Kawila. Ce 28 novembre 2010 le viharn n'est pas encore tout à fait terminé.

Photo 3 : Le Viharn Luang Pou Khao (พระวิหาร หลวงปู่ขาว) du Wat Inthakhin en cours de construction (Photo de 2011)

 

 

En janvier 1795 le supérieur du Wat Pha Khao, (วัดผ้าขาว) Phra Thittamangala, (พระ ติธรรม มังคละ ?...) lors d'une grande cérémonie est élevé au rang de Sangharaja (สังฆราช) ou patriarche suprême de tous les moines de la région. (3) 

 

Ce sera un dimanche d'avril 1796 que ''Chao Kawila'', selon des rites centenaires d'origine Hindoue et vraisemblablement suivant les calculs de ses astrologues, s'installera à Chiang-Mai.

Parti du Wat Buppharam, (วัดบุพพาราม) sis rue Tha Phae, il fera le tour de la ville dans le sens des aiguilles d'une montre, comme pour prendre possession de Chiang-Maï à la pointe de son épée, et après une halte au Wat Chiang Yeun (วัดเชียงยืน) ''Chao Kawila'' entrera dans sa cité par la porte nord ou porte Chang-Puak, (ประตูช้างเผือก) la porte réservée aux souverains. (4)

Le lendemain à l'heure propice et favorable ''Phra Chao Kawila'' se rendra au palais royal considéré comme l'emplacement de gloire de la ville, d'où son nom de … ''Xayaphum'' (ไชยะพูม) (Meilleur-butte ou tertre). (5)

 

En 1800 un nouveau nom fut donné à Chiang-Maï : Muang Rattanatingsa Abhinavapuri (เมืองรัตนติงสาอภินวปุรี) (6) pour soi-disant signifier aux birmans que Chiang-Maï renouait avec la gloire et qu'il leur était inutile de vouloir reprendre la ville, mais aussi, sans doute, pour poser les bases d'une nouvelle dynastie, celle des ''Kawila'', à l'instar de la dynastie ''Chakri'' de Bangkok ?!...

 

Le muang ayant été renommé son ''Sao-muang'', c'est-à-dire le pilier de la ville et … du Lanna, en l'occurrence l'Inthakhin aurait été transporté du Wat Sadou muang (Wat Sadü muang) (วัดอินทขีลสะดือเมือง) (Le Wat du nombril de la ville) au Wat Chotikaram (วัดโชติการาม) aujourd'hui Wat Chédi Luang, (วัดเจดีย์หลวง) et trois arbres Yang ou Yang-Na (ยางนา) auraient été plantés. (7) 

En mars 1801 deux images (statues) de Kumphan trouvent place au Wat Chotikaram ainsi qu'une image du reusi ''Sudeva'' (Suthep). Deux éléphants dits blancs, Phra Chakkhavan et Phaya Prab Muang Man Muang Yak (พญาปราขเมืองมารเมอืงยักษ์) sont construits à environ 500 mètres de la porte Chang-Puak.

 

Quelques années plus tard, le 4 janvier 1802 deux images (statues) de lions (Miggindasiharāja) sont construites à deux kilomètres environ de la porte Chang-Puak dans un endroit qui porte aujourd'hui le nom de ''Khuong-Singh'' ou ''Khuong-Singh-Chaï-Mogn-khon'' (ข่วงสิงห์ชัยมงคล) c'est-à-dire littéralement : La cour des lions triomphants (ou conquérants) de bon augure (ou bénéfiques).

 

Viendront ensuite les deux grandes déportations manu militari de 1805 et de 1809. Pour repeupler Chiang-Maï ''Chao kawila'' ira chercher jusque dans le ''Sipsongpanna'' ou ''Xishuangbanna'', une province du sud de la Chine, des milliers de familles. (8)   

 

 

(1) En fait Phra Chao Kawila, au sud-ouest de Lamphun, va fonder deux villes jumelles, de part et d'autre de la ''Mae Ta'' une rivière qui rejoint le Kuang, un cours d'eau qui se jette dans le Ping. L'une de ces villes portera le nom de Wiang Pasang noï (เวียง ป่าซางน้อย) (Le petit Pasang) et l'autre Wiang Pasang Luang (เวียง ป่าซางหลวง) (Le grand Pasang).

(2) Par exemple, en 1784 le général birman Po Phakhan Mengki assiégeât la ville de Lampang durant quatre mois.

(3) Ce Sangharajà a vraisemblablement été nommé pour couper tous liens religieux avec l'autorité suprême du sangha (clergé) birman.

D'après David K. Wyatt le Wat en question serait hors les murs et non intra-muros. Je n'ai pas trouvé trace du Wat Pha Khao hors les murs ?!...

(4) Pour prendre possession de leur capitale les rois d'Asie du Sud-est pratiquaient un rituel venu de l'Inde, la Pradaksina ou circumambulation. Ce rite consiste à tourner avec respect et adoration autour d'une personne ou d'un objet dans le sens de rotation des aiguilles d'une montre.

(5) Faut-il voir une analogie entre le ''Phnom'' (*) Khmer, et la ''butte'' ou tertre Siamois ?! ...

(*) Le Phnom était la ''montagne sacrée'' nécessaire au sacre du ''Chakravartin'' ou ''roi de l'univers'' des Khmers. En 802 Jayavarman II, le fondateur de la 1ère dynastie d'Angkor s'autoproclame souverain universel sur le ''phnom Kulen''.

(6) Le véritable nom donné à Chiang-Maï, qui déjà en compte plus de 120 était : Muang Rattanatingsa Abhinavapuri Sri Khu Ru Rath Phra Nakhon Chiang-mai (เมืองรัตนติงสาอภินวปุรีสรีคุรุรัฎฐพระนครเชียงใหม่) (Pourquoi faire court quand on peut faire long ?!...)

(7) L'arbre Yang un ''dipterocarpus alatus Roxb. Ex G. Don'' .

(8) En fait le mot employé était ''Kha'' (ข้า) qui se traduit par esclave ou serviteur et non ''homme'' ou ''individu'' !... Avec cette précision on comprend mieux l'état d'esprit de Kawila et des hommes de son temps. ''Amasser des légumes pour les   mettre dans un panier ou Amasser des  esclaves et/ou serviteurs - pour les mettre dans une ville'' serait du pareil au même !...  "เก็บผักใส่ซ้าเก็บข้าใส่เมือง"

 

 

      

 

 

      Chiang-Maï change de nom et des ''images'' de bon augure sont élevées :

                          (… ou … les génies protecteurs de Chiang-Maï dont …)

Photo 1 : En 1800 Kawila et ses frères font élever les ''images'' deux éléphants puaks à 700 mètres environ de la porte Chang-Puak : Phra Chakkhavan ou Phaya Prab Chakkrawan (พญาปราขจ้กรวาล) regardant vers le nord et Phaya Muang Man Muang Yak, (พญายัเมืองมานเมือง) dirigé vers l'ouest.

Sur la photo Phaya Prab Muang Man Muang Yak qui du haut de ses 2,40 m. fait face à l'ouest. Le grand bâton est une offrande, une tige de canne à sucre, une douceur pour éléphant ; même sanctifié l'éléphant reste gourmand !... (Photo 2013).

Photo 2 : En 1800 au Wat Pom Wichian Chotikaram, (วัดป้อมวิเชียรโชติการาม) aujourd'hui Wat Chedi Luang Varavihara, (วัดเจดีย์หลวง วรวิหาร) deux images de Kumphan et celle de l'ermite Suthep prennent place. Ici l'image du Kumphan du sud, Phaya Yakkaraj (พญายักขราช) avec son Khaggā (sabre). (Photo du 6 juin 2013).

Photo 3 : … l'ermite ou reusi ''Suthep'' (เจ้าสุเทพ), un homme sans âge qui aurait quelques centaines d'années à moins que les successeurs du premier d'entre eux aient tous pris le nom de … ''Suthep'' ?!... (Photo du 1er juin 2013).

Photo 4 : En 1801, à deux kilomètres de la porte Chang-Puak, soï 1 de la rue Chotana (โชตนา) il y a la cour des lions, où se trouvent deux images de lions, appelés dans les chroniques : ''miggindasiharāja''. Ici le lion faisant face à l'ouest.

 

 

Le San Sao Inthakhin :

 

Du temps de Kawila, en 1800 le viharn ou mandapa Caturmukha (Chaturamuk) (วิหารจตุรมุข) a d'abord été construit tout en  bois. Il n'est pas invraisemblable, 120 ans plus tard, comme je l'ai lu dans une information municipale que ''Phra Kruba Sri Vichaï'' (1878-1938) (พระครูบาศรีวิชัยา) (*) ait été à l'origine de la remise en état de cet édifice.

 

En 1940 le viharn en bois aurait laissé place à un sanctuaire en ciment. Une quinzaine d'années plus tard, en 1953, ''Phra Kruba Chao Aphichaï Khao Pi'' (1889-1977) (พระครูบาเจ้าอภิชัยขาวปี) (**) lui aurait donné son aspect actuel.

 

En 2013 des travaux de rénovation ont été entrepris et, à la fin des cérémonies en hommage à l'Inthakhin, le 12 juin 2013 deux nouveaux chofas ont été installés sur le toit du ''San Sao Inthakhin''.

 

 

(*) ''Phra Kruba Sri Vichaï'' (1878-1938) le saint patron du Lanna en 18 ans, entre 1920 et 1938 a rénové plus de 100 Wats dont une bonne dizaine à Chiang-Mai, parmi eux, le Wat Chédi Luang et en 1924 le Wat Phra Singh, sans oublier la route qui conduit au doï Suthep.

(**) ''Phra Kruba Chao Aphichaï Khao Pi'' (1889-1977) était un disciple de ''Phra Kruba Sri Vichaï'' et originaire de la même région. Comme lui il a été un moine constructeur. Le Lanna lui doit la construction ou rénovation de nombreux temples, écoles et hôpitaux.

 

 

Description du San Sao Inthakhin ou …

Phra Viharn Caturmukha (พระวิหารจตุรมุข)

 

Il s'agit d'un bâtiment de base carré, ouvert sur chacun de ses cotés mais dont les portes restaient closes tout au long de l'année sauf lors de la semaine durant laquelle un culte était rendu à l'Inthakhin.

Extérieurement près de l'angle Est-nord il y a deux niches. Celle qui est du côté Est abrite un éléphant dit blanc ou puak, et celle du côté gauche loge un lion royal.

Deux autres niches ont été restaurées dans l'angle Sud-ouest, celle du sud renferme un tigre et celle de l'Ouest un ermite ou ''reusi''. Ce serait l'image du reusi Suthep, celui-là même qui a donné son nom au doï Suthep.

 

A l'intérieur du sanctuaire, en son centre, s'élève une masse maçonnée de base octogonale dont les faces sont recouvertes d'une mosaïque constituée de pièces en verre contenues dans des losanges réguliers d'une hauteur d'environ 10 centimètres ; la couleur de la verroterie varie selon les faces, mais chaque face est unicolore.

Les huit faces de ce volume mesurent à leur base 70 cm et sur leur hauteur 134 cm ; deux ''couronnes maçonnées'' enserrent le volume, l'une à sa base, l'autre à son faîte.

Une autre maçonnerie, à base hexagonale cette fois, surmonte cet octogone, sa hauteur est de 52 centimètres, et la base de ses faces est de 65 centimètres.

Sur cette construction une châsse en bois a été posée. Elle est ouverte sur chacun de ses quatre cotés et abrite une image de Bouddha d'environ 87 centimètres ''Phra Bouddha Pagn Kho Fon(e) (พระพุทธรูปปางขอฝน) c'est-à-dire le Bouddha à qui l'on demande la pluie.

Cette image est identique à l'image du Vendredi, (Les bouddhas de la semaine) c'est-à-dire ''Pagn Rame Phugn'' (ปางรำพืง) dont la caractéristique est ''la réflexion''. 

 

En général un ''Sao muang'' est un poteau en bois ou une colonne en pierre. Dans le cas de Chiang-Maï on ne sait pas quel est son aspect et l'on ignore sa composition.

Alors le ''Sao Inthakhin'' est-il contenu à l'intérieur de l'octogone ?... ou est-ce l'octogone maçonné ?... mystère ?!...

 

Dans les années 1940 des travaux  ont été entrepris, soi-disant pour donner à ce symbole l'écrin en dur qu'il méritait.  Or c'est à cette époque qu'un certain Plaek Phibun Songkhram (แปลกพิบูลสงคราม) était au pouvoir et que soufflait un terrible vent de ''taïfication'' sur la Thaïlande, un pays qui ne portait le nom de Thaïlande que depuis le 24 juin 1939 !...

La langue siamoise et par voie de conséquence la culture siamoise était imposée à tous. De ce fait le ''yuon'' la langue du Lanna était interdite, des manuscrits écrits dans cette langue furent même brûlés par des siamois devenus thaïs après juin 1939.

Cette dictature, sous prétexte d'unifier le pays, a tout fait pour éliminer les cultures du nord (Lanna), de l'est (Issan) et du sud (Islamique).

 Ce n'est donc pas un hasard si le sanctuaire ''Phra Viharn Caturmukha'' (*) était fermé à longueur d'année et qu'il n'était possible de voir la représentation du ''Sao muang Inthakhin'' qu'à l'occasion des célébrations d'Inthakhin, c'est-à-dire sept jours par an.

Le ''Sao Lak muang'' de Bangkok ou le ''lak muang'' de nombreuses autres villes sont visibles tous les jours ?!...

Aurait-on cherché, là encore, à ''couler'' une chape de plomb, au moyen d'une image de Bouddha, sur le ''fleuron'' (l'Inthakhin) qui témoigne du prestigieux passé du Lanna et de sa culture spécifique ?!...   

 

 

(*) Le ''San Sao Inthakhin'' (ศนเสาอินทขิล) est aussi appelé : Phra Viharn Inthakhin et … Phra Viharn Caturmukha (พระวิหารจตุรมุข). Le mot ''Caturmukha'' ou ''Chaturamuk'' se compose de deux mots, ''Catur'' qui signifie ''quatre'' et ''mukha qui veut dire ''visage''.

Ces quatre visages sont en général ceux de Chiva, l'un des dieux de la trimurti indienne, qu'on trouve sur les lingas ou phallus sacrés.

Alors y aurait-il dans la masse maçonnée une colonne en pierre semblable à un linga ?... et qui peut-être serait un témoignage d'une culture, sinon ''mône-lua'' du moins ''mône '' ?... Toutes les hypothèses sont permises !.... y compris celle où il n'y aurait … rien !...

 

 

         

 

 

                              Le détail du Sao Inthakhin de muang Chiang-Maï

                                        (… ou ce qu'il est permis d'en voir ?!... )

Photo 1 : La base maçonnée octogonale qui peut-être renferme l'Inthakhin ?...

Photo 2 : La base maçonnée octogonale surmontée de sa châsse vide. Bouddha serait, malgré lui, comme un geôlier. 

Photo 3 : ''Phra Bouddha Pagn Kho Fon'', parmi les nombreuses images de l'autel du Wat Chédi Luang, attendant d'être remis dans sa châsse.

Photo 4 : ''Phra Bouddha Pagn Kho Fon'' dans sa châsse.

Photo 5 : L'Inthakhin submergé d'offrandes lors des célébrations 2013 du 5 au 11 juin.

 

 



28/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres