MerveilleuseChiang-Mai

MerveilleuseChiang-Mai

WIANG KUM KAM & SON HISTOIRE

WIANG KUM KAM (เวียงกุมกาม)

                           ou

(เวียง La ville fortifiée de Kum Kam กุมกาม)

 

 

 

L'HISTOIRE DE LA VILLE

 

D'après certaines chroniques, c'est vers la fin du 13ème siècle, aux environs de 1287-1288, que Phaya Mengrai (พญาเม็งราย)  ou Mangraï, (พญามังราย)  (1239-1317), roi du Lanna, après avoir résidé successivement à Chiang-Raï, (1262) Fang (1273) et Haripunchai, (Lamphun) (1281),  décide de faire de Wiang Kum Kam sa nouvelle capitale.

 

Phaya Mengrai avait alors une cinquantaine d'années. Et il était roi depuis environ trente ans.

 

Philippe IV dit Le Bel (1268-1285-1314) vient tout juste d'être sacré, depuis deux ou trois ans, roi de France.

 

Wiang Kum Kam était en ce temps-là un centre commercial riche et prospère. Et Mengraï a dû s'installer dans une ville qui existait déjà. Il ne l'aurait pas, à proprement parler, créée.

 

Wiang Kum Kam s'était développée sur les rives de la rivière Ping ou la Mae Nam Ping (แม่น้ำปิ) et comme à l'époque en ces contrées les cours d'eau étaient les seules grandes voies de communication, toutes les marchandises transitaient obligatoirement par voie fluviale.

 

Les fleuves de la région garderont ce statut de mono-pole pratiquement jusqu'à la fin du 20ème siècle !...

 

Cependant, si le fleuve faisait la richesse et la prospérité de Wiang Kum Kam, lors de la saison des pluies et en raison des crues fréquentes et impor-tantes, il faisait aussi parfois son malheur et sa faiblesse !...


 

Alors Mengraï, en roi prudent et avisé, mais aussi parce qu'il rêvait d'accomplir une œuvre d'importance, se mit en quête d'un nouveau site pour y construire une capitale moins vulnérable aux caprices de la nature, plus apte à résister aux armées les plus aguerries, et qui répond mieux à ses ambitions royales.

 

Ce sera en 1296 que Chiang-Maï (เชียงใหม่), littéralement : la ville nouvelle, ravira à Wiang Kum Kam son titre de capitale du Lanna. Un titre qu'elle n'aura gardé qu'une dizaine d'années !...

 

Chiang-Mai alors se développera rapidement, et au détriment de Wiang Kum Kam. Car au fil des ans la population migrera d'une ville à l'autre.

 

En effet, la région n'était pas suffisamment peuplée pour que le roi se permît de ''gaspiller'' son ''matériel humain'' et d'affaiblir du même coup la défense de sa nouvelle citée.

 

A l'époque, les sujets d'un roi exerçaient tour à tour une fonction économique et de défense. C'est-à-dire qu'un cultivateur, un marchand, un artisan ou autre était aussi soldat lorsque le roi levait une armée.

 

 

Alors la cité de Wiang Kum Kam, naguère si florissante, se dépeuplera très rapidement et, en deux ou trois siècles, finira par se recouvrir d'alluvions et de limons.

 

Car non seulement les crues ne diminueront pas, mais le Ping aura la fantaisie de modifier quelque peu son cours.

 

Puis entre le 16ème et le 18ème siècle, lors de l'occupation birmane, Wiang Kum Kam se dépeuplera totalement et finira par disparaître de la surface de la terre et de la mémoire des hommes !...

 

Ensevelie sous des couches d'alluvions elle sommeillera deux siècles durant sans que personne ne se posât la moindre question sur l'origine des quelques chédis en ruines, rares et uniques témoins des heures glorieuses du passé de Wiang Kum Kam !...

 

Et puis en 1984 à l'occasion de travaux de terrassement divers objets, dont des tablettes gravées et des poteries, sont découverts fortuitement et exhumés.

 

Très rapidement le site retrouve son nom d'origine.

 

Mais rien n'est simple. Car pour entreprendre des fouilles il faudrait exproprier de nombreux petits propriétaires, et avoirs des fonds !...

 

 

Néanmoins, l'université de Chiang-Mai s'est attelée à la traduction des tablettes, et un intéressant centre d'information a été construit à l'intention du public.

 

 

Aujourd'hui, sur ce qui fut Wiang Kum Kam, cinq temples sont encore en activité, les wats Chang Kam (วัดช้างค้ำ) appelé aussi Kan Thom (วัดกานโถม) (*) et où aurait résidé le roi Mengraï, le wat Ku Come plus connu sous le nom de Chédi Liam (วัดเจดีย์เหลี่ยม), le wat Sri Bounruang (วัดศรีบุญเรือง) et le wat Sao Hin (วัดเสาหิน).

 

Vingt cinq autres wats ont été recensés. Parmi eux, certains ne semblent pas présenter grand intérêt, mais d'autres peuvent faire l'objet d'une petite visite et promenade très agréable.

 

 

La liste des 30 temples.

 

01 Wat Chedi Liem                   ©   วัดเจดีย์เหลี่ยม

02 Wat Phaya Mangrai              ©   วัดพญามังราย ou วัดพญาเม็งรา

03 Wat Phra Chao Ongkham   ©   วัดพระเจ้าองค์คำ

04 Wat Phra That Khao            ©   วัดพระธาตุขาว

05 Wat Pubia                             ©   วัดปู่เบี้ย

06 Wat E-Kang                          ©   วัดอิค่าง วัดอีก้าง

07 Wat Nanchang                                             วัดหนานช้าง

08 Wat Ku Padon                                    ©      วัดกู่ป้าด้อม

09 Wat Ubosot                                วัดอุโบสถ

10 Wat Patan                                   วัดป่าตาล

11 Wat That Noï                                                  วัดธาตุน้อย

12 Wat Kan Thom ou                ©   วัดกานโถม

     Wat Chang Kam                     วัดช้างค้ำ

13 Wat Kum Kam                                             วัดกุมกาม

14 Wat Kum kam 1                         วัดกุมกามหมายเลข 1

15 Wat Ku Ailan                               วัดกู่อ้ายหลาน

16 Wat Phanlao                               วัดพันเลา

17 Wat Huanong                       ©   วัดหัวหนอง

18 Wat Ku Aisi                                 วัดกู่อ้ายสี 

19 Wat Ku Tonpho                          วัดกู่ต้นโพธิ์ 

20 Wat Ku Magluea                         วัดกู่มะเกลือ

21 Wat Ku Khao                              วัดกู่ขาว

22 Wat Kum kam Teepram            วัดกุมกามทีปรา

23 Wat Kum kam Teepram 1        วัดกุมกามทีปรา หมายเลข 1

24 Wat Ku Maisong                         วัดกู่ไม้ซ้ง

25 Wat Ku Ridmai                           วัดกู่ริดไม้

26 Wat Ku Jok Pok                         วัดกู่จ๊อกป๊อก

27 Wat Bonamthip                          วัดบ่อน้ำทิพย์

28 Centre d'information            ©   ศูนย์ข้อมูล ฯ

29 Wat Sri Bounruang                     วัดศรีบุญเรือง

30 Wat Sao Hin                               วัดเสาหิน

 

Nota bene :

Les noms des temples en activité sont en couleur bleue.

Les noms des temples du circuit touristique sont en couleur rouge.

Les plus intéressants sont présentés dans la rubrique photos.

 

(*) Nom du menuisier qui aurait construit le viharn et qui fut par la suite nommé gouverneur de Muang Roï (Chiang-Saen). (Dans les légendes, deux récits le concernent.)



31/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres